Pro et anti-Lyon-Turin s’écharpent autour du rapport de la Cour des comptes européenne

sep article



FLASH INFO – La bataille entre les pro et les anti-Lyon-Turin continue. Cette fois autour du rapport de la Cour des comptes européenne. En juin dernier, cette institution chargée de contrôler les finances de l’Union européenne avait publié un document dans lequel elle épinglait la ligne ferroviaire.

 

La contribution de la France au financement du Lyon-Turin a-t-elle été inscrite au budget de l'État ? Un document officiel atteste du contraire...

Chantier du Lyon-Turin à Saint-Martin-la Porte. © Telt

Un chan­tier qui accu­mule les retards (15 ans) et les sur­coûts (4,4 mil­liards d’eu­ros). « Les volumes de tra­fic réels s’écartent nota­ble­ment de ceux pré­vus, et il existe un risque élevé de sur­es­ti­ma­tion des effets posi­tifs de la mul­ti­mo­da­lité », sou­li­gnait alors Oskar Herics, membre de la Cour et res­pon­sable du rap­port.

 

Des deux côtés, pro et anti-Lyon-Turin – Comité pour la Transalpine et col­lec­tif No Tav – on a mis la main sur ce qui a pré­sidé à ce rap­port. Et notam­ment sur les tra­vaux d’un éco­no­miste fran­çais, pro­fes­seur à l’Université de Lyon *.

 

« Les pro­mo­teurs des grands pro­jets d’infrastructure doivent pro­duire des don­nées des­ti­nées à convaincre les déci­deurs et les finan­ceurs », y sou­ligne Yves Crozet. Pour cela, lorsqu’il s’agit de finan­ce­ments pri­vés, ils ont géné­ra­le­ment ten­dance à gon­fler les pré­vi­sions de tra­fic d’une part et à sous-esti­mer les coûts de réa­li­sa­tion d’autre part. »

 

 

« Des évaluations fantaisistes des gains en termes d’émissions de CO2 »

 

« Le tun­nel Lyon-Turin offre un exemple typique de cette mani­pu­la­tion du cal­cul éco­no­mique où, à la sur­es­ti­ma­tion des tra­fics, s’ajoutent des éva­lua­tions fan­tai­sistes des gains en termes d’émissions de CO2.  Une fois révi­sées, les don­nées du cal­cul éco­no­mique donnent du pro­jet une toute autre image. »

 

Le col­lec­tif No Tav applau­dit. Le Comité pour la Transalpine… moins. Et doute de l’in­dé­pen­dance de cet expert consulté par la Cour des comptes, poin­tant des « par­tis pris métho­do­lo­giques pour le moins sub­jec­tif » concer­nant le calen­drier du bilan CO² du Lyon-Turin.

 

Car Yves Crozet pré­side éga­le­ment le think thank de l’Union rou­tière de France. Qui regroupe, comme son son site web l’in­dique, « les orga­nismes repré­sen­ta­tifs des usa­gers de l’automobile et de la route, et des pro­fes­sions dont les acti­vi­tés touchent à la construc­tion et à la ges­tion des routes et auto­routes, à la construc­tion auto­mo­bile et aux équi­pe­ments, à la logis­tique et au trans­port rou­tier, à la cir­cu­la­tion et à la sécu­rité rou­tière ».

 

« Des acteurs aux inté­rêts par­fai­te­ment légi­times mais dont on peut aisé­ment com­prendre la fri­lo­sité vis-à-vis d’une infra­struc­ture comme le Lyon-Turin, des­ti­née à per­mettre un report modal mas­sif sur le rail du trans­port de voya­geurs et de mar­chan­dises », sou­ligne le Comité pour la Transalpine.

 

Enième bras de fer autour de la ligne fer­ro­viaire ? Ce 6 octobre, le par­le­ment euro­péen se pro­nonce sur la loi Climat. Une loi dont l’ob­jec­tif pour les pays de l’UE est de par­ve­nir  à un bilan neutre au regard des émis­sions de gaz à effet de serre à l’ho­ri­zon 2050.

 

 

PC

 

* Document pré­paré pour la Cour des comptes euro­péenne, reflé­tant uni­que­ment l’avis de ses auteurs, des experts indé­pen­dants de l’Université de Lyon et des cher­cheurs d’Anvers, de Milan, de Bucarest et de Berlin.

MC2 - La morsure de l
commentez lire les commentaires
1387 visites | 0 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.