Des per­son­nels du CHU Grenoble Alpes dénoncent « le pis­ton » à l’hô­pi­tal, la direc­tion dément

Des per­son­nels du CHU Grenoble Alpes dénoncent « le pis­ton » à l’hô­pi­tal, la direc­tion dément

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

 

FOCUS - Les syndicats de l'hôpital Nord de Grenoble manifestaient ce jeudi 17 septembre en face de la direction Michallon. Leur but : obtenir une répartition des emplois "plus juste" mais également la reconnaissance d'un statut spécifique pour les brancardiers du bloc opératoire.

 
 

Piston" à l'hôpital ? Les manifestants accusent. © UNSA CHUGA

Les manifestants s'apprêtent à négocier © Unsa Chuga


Devant la direction Michallon au CHU de la Tronche, plus d'une cinquantaine de personnes étaient rassemblées ce jeudi sous la bannière "Stop piston !" Des personnels membres de quatre des syndicats représentés au CHU de Grenoble : l'Unsa, Sud, Force ouvrière (FO) et la CGT. La CFDT et le syndicat Defis étant quant à eux absents.
 
Les deux syndicats n'ont en effet pas souhaité participer au mouvement dénonçant une situation qui dure "depuis très longtemps", selon Nidhal Hamdani, responsable du syndicat Unsa.
 
"Jusqu'aux dernières élections, ces syndicats étaient majoritaires et verrouillaient tout... Parce que, pour organiser un mouvement comme celui-là, il faut que nous ayons la majorité des sièges. Aux dernières élections, les deux syndicats majoritaires ont chuté, et les quatre qui sont restés, ce sont les quatre présents."
 
 

"Stop piston !" à l'hôpital

 

Des personnels dénoncent "le piston" à l'hôpital.Le responsable UNSA, Nidhal Hamdani, organise les troupes © Laure Gicquel

Le responsable Unsa Nidhal Hamdani, mène les troupes. © Laure Gicquel


Le but de cette manifestation ? Avant tout, dénoncer les injustices d'évolutions de carrières au sein de l'hôpital. "Ils créent des postes, les attribuent aux copains, ne les font pas paraître alors qu'on est dans la fonction hospitalière, dénonce Nidhal Hamdani. Alors qu'on dépend de décrets, de notes de services, de concours officiels. Ils créent des concours et ne les diffusent pas, comme la loi oblige, sur notre intranet."
 
L'affaire qui a déclenché la mobilisation, c'est la note de service DG/ED/20-005. En effet, suite à l'épreuve du Covid-19, certains personnels de l'hôpital de catégorie B et C ne se sentent pas reconnus. "Un ras-le-bol général se fait sentir. Cette nomination suspecte des nouveaux surveillants de garde est la goutte d’eau qui a fait déborder le vase."
 
 

"Attribution d'une mission transversale supplémentaire" ou "copinage" ?

 
Que s'est-il passé ? "Nous nous sommes aperçu au début de l'été qu'un agent allait se voir attribuer des fonctions sans même qu'une note de service paraisse afin de laisser la même chance à tous", déclare le responsable de l'Unsa. À la suite de quoi, l'intersyndicale s'est réunie afin de "porter la question au prochain comité technique d'établissement."
 

Médecins, personnel soignant, hopital couple enfant, CHU La tronche© Chloé Ponset - Place Gre'net

Médecins, personnel soignant, hopital couple enfant, CHU La tronche© Chloé Ponset - Place Gre'net


La direction de l'hôpital répond sur le plan technique. "La situation individuelle évoquée ne concernait ni une création de poste, ni une vacance de poste, mais l’attribution d’une mission transversale supplémentaire à une personne déjà présente au sein du CHU, en plus de ses missions régulières." Les dispositions réglementaires applicables diffèrent donc de celles d'un concours, "que le CHU respecte par ailleurs bien évidemment."
 
S'agissant d'un "simple choix parmi plusieurs candidatures issues du CHU", la direction conclut à une "différence d’appréciation de la qualité des candidats retenus", tous ayant selon elle passé un entretien "de manière équitable". Elle admet la parution tardive, "en raison du Covid-19" de la note de service annonçant la vacance de cette mission. Mais déclare que celle-ci était liée "à un souci de transparence pour permettre à tous ceux qui le souhaitaient de candidater." Et conclut sur un ton définitif : "L’accusation de “copinage” ne saurait donc être entendue."
 
 

Un statut pour les brancardiers

 

A l'hôpital, les brancardiers réclament un statut © Laure Gicquel

Les brancardiers réclament un statut © Laure Gicquel


Un groupe de brancardiers du bloc opératoire manifestaient également. Avec une formation "basique" d'agent des services hospitaliers (ASH), ceux-ci se retrouvent régulièrement en position d'aide-soignant polyvalent.
 
"On brancarde les patients au bloc, en salle de réveil. On fait toutes les installations spécifiques des patients en salle d'op', avec l'aide des infirmières et du médecin anesthésiste. En plus de la désinfection des salles en fin de programme et du ménage entre deux patients."
 
Ils souhaitent la reconnaissance d'un statut spécifique. En effet, "dans d'autres CHU, ce sont les aide-soignants qui font les installations. Il y a des équipes de ménage. Nous, on fait toutes les fonctions. Des statuts de brancardiers existent également, mais pas à Grenoble."
 
Pourquoi cette demande ? "Déjà du point de vue de la législation, ça serait important. On n'a pas le droit de toucher aux patients normalement. Alors que les massages cardiaques, quand ça arrive en urgence, ce sont les infirmiers de bloc opératoire qui les effectuent."
 
 

"Moi, j'avais une formation de plombier"

 
Autre intérêt : l'accès à une formation. Car, pour l'instant, les "anciens" forment les nouveaux. "Moi, j'avais une formation de plombier, témoigne l'un d'entre eux. Je suis rentré au CHU il y a trente ans. Maintenant, quand les jeunes arrivent, on les forme sur le tas." Il souhaiterait également qu'ils restent dans le même service. "On fait les installations de salle. Si, un coup, on nous demande de faire de l'ophtalmo, et juste après de la gastro... comment voulez-vous que les jeunes s'y retrouvent ?" Sachant que "chaque chirurgien, pour la même opération, a des installations différentes"...
 

Chirurgie au CHU © Place Gre'net

Chirurgie au CHU © Place Gre'net


Ce à quoi le CHU répond "qu’il n’existe pas de “statut” de brancardier", sans plus de détails. Et rappelle que "ces personnels ne peuvent être nommés sur le grade d’aide-soignant qui requiert un diplôme ad-hoc." Le seul statut disponible dans la fonction publique hospitalière serait donc celui d'ASH. Et la direction insiste sur le fait que cela "a été expliqué et est non contesté".
 
Cependant, elle ne nie pas la position polyvalente des brancardiers. Et affirme qu'une "réflexion pourra être engagée sur les missions qui leur sont confiées [de] sorte que celles-ci n’excèdent en effet pas leur position statutaire." Cela "tout en veillant à garantir pour chacun ce qui participe aussi à l’intérêt du travail".
 
 

La direction de l'hôpital refuse de revoir la nomination incriminée

 
La rencontre a, au final, duré pas moins de deux heures. Avec, d'un côté, les dix représentants des syndicats. Un groupe composé des représentants du personnel, ainsi que des agents des différents secteurs d’activité du CHU. De l'autre, M. Verdun, directeur des ressources humaines de l’établissement, et M. Douheret directeur des services logistiques.
 

Malaise au CHU de Grenoble : après le rapport Couty, la direction a mis en place un plan d'actions pour améliorer les conditions de travail. Verdict dans un un ? © Patricia Cerinsek

Malaise au CHU de Grenoble © Patricia Cerinsek


notre grand regret, M. Villard, directeur des services techniques, était absent", observe Nidhal Hamdani.

 
Et la demande principale n'a pas abouti, regrette-t-il. Sur le thème de la note de service, "la direction persiste". Et déclare "que l’agent nommé était le plus compétent de tous les candidats qui ont postulé", restant "sourde face aux arguments apportés." Le groupe intersyndical n'étant pas d'accord, la direction propose un geste "pour tenter d’apaiser le malaise".
 
 

Des négociations tout de même fructueuses

 
L'idée serait de créer deux nouveaux postes de surveillant de garde, "afin que les agents lésés puissent avoir une nouvelle chance d’être nommés."
 

© UNSA CHUGA

Les représentants du personnel hospitalier ont été entendus par la direction © Unsa Chuga


Mais cela ne convient pas non plus aux négociateurs, qui considèrent que cela ne fait que déplacer le problème. En effet, la proposition risque de léser l’ensemble des surveillants de garde de notre établissement, "qui auront moins de gardes sur l’année". Nidhal Hamdani regrette l'absence d'une "solution plus équitable". Par exemple, "reprogrammer en bonne et due forme une sélection plus juste avec un jury neutre, qui aurait reçu à nouveau tous les candidats qui se seraient présentés."
 
 

Quelles modalités pour le futur ?

 
Par ailleurs, la question du futur est posée. Quid des prochains concours, créations de postes et de leurs parutions ? Sur ce point, le responsable de l'Unsa est plus satisfait. "Le directeur des ressources humaines a bien entendu notre message. Depuis le début du mouvement, tout le personnel hospitalier reçoit sur sa boîte mail tous les concours, ce qui est une avancée majeure."
 
Cependant, l'impartialité du jury reste une pierre d'achoppement. "Le DRH a assuré que ce sujet serait inclus au projet social “qualité de vie au travail”." Quant à la mobilité des agents hospitaliers, elle reste une difficulté majeure. "Par exemple, pour un ASH, il est presque impossible de pouvoir postuler sur une fonction d’agent administratif, étant donné que les deux domaines ne sont pas de la même filière. Les agents techniques et logistiques éprouvent souvent des difficultés pour changer de secteur". Concernant ce type de changement, le DRH de l'hôpital a toutefois indiqué qu'il serait "inclus au projet social".
 
À noter enfin, les concours, vacances de postes et répartitions sur l’établissement sont au programme du "prochain CTE [Comité technique d'établissement] du 22 septembre 2020".
 
Laure Gicquel
 
 

Suite à la publication de l’article, le CHU Grenoble Alpes a souhaité préciser que "la procédure visée ne concernait que l’inscription sur un tableau d’astreinte d’un personnel œuvrant au quotidien au sein des services techniques et logistiques". Le Chuga rappelle une nouvelle fois qu’il ne s’agit pas d’un concours ou d’une vacance de poste.
 
"C’est par ailleurs la première fois que la possibilité de participer à ce tableau d’astreinte fait l’objet d’une note diffusée largement aux personnels éligibles et que ce type de procédure est soumise à un examen des candidatures et à une audition des candidats, le CHU Grenoble Alpes souhaitant vivement renforcer la transparence avec l’ensemble des personnels", fait savoir la direction.

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Simon Grange

Auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A lire aussi sur Place Gre'net

Les syndicats dénoncent une baisse de l'offre sur le réseau Tag, le Smmag dément catégoriquement
Les syn­di­cats dénoncent une baisse de l’offre sur le réseau Tag, le Smmag dément catégoriquement

FLASH INFO – "Il n'y a aucune décision politique générale de baisse d'offre sur le réseau de la Tag, ce n'est absolument pas à l'ordre Lire plus

Grève et manifestation à Grenoble pour "l’augmentation des salaires et des pensions" jeudi 17 mars
Grève et mani­fes­ta­tion à Grenoble pour « l’augmentation des salaires et des pen­sions » jeudi 17 mars

FLASH INFO – "L’augmentation des salaires et des pensions: une priorité pour toutes et tous!". Tel est le mot d'ordre du mouvement de grève et Lire plus

FO dénonce l'absence de dialogue social dans l'Académie de Grenoble, le rectorat... et deux syndicats démentent
FO dénonce l’ab­sence de dia­logue social au rec­to­rat de Grenoble, la direc­tion… et deux syn­di­cats démentent

FOCUS - Alors que Force ouvrière dénonce très sévèrement les conditions de travail au sein du rectorat de Grenoble et le refus de la rectrice Lire plus

Une délégation syndicale du CEA de Grenoble se rend à Paris pour participer à la manifestation nationale devant Bercy
Grève et ras­sem­ble­ments des sala­riés du CEA de Grenoble et du Bourget-du-Lac

FLASH INFO — "Ce sont les premiers ras-le-bol qui commencent à s'exprimer, dans les mois qui viennent ça va prendre de l'ampleur". C'est ainsi que Lire plus

Après la grève très suivie des 12 et 13 novembre, les syndicats de la Tag maintiennent la pression
Après la grève très sui­vie des 12 et 13 novembre, les syn­di­cats de la Tag main­tiennent la pression

EN BREF — Après un mouvement de grève très suivi, vendredi 12 et samedi 13 novembre, sur le réseau de la Tag, les syndicats annoncent Lire plus

Les syndicats dénoncent une baisse de l'offre sur le réseau Tag, le Smmag dément catégoriquement
Les syn­di­cats annoncent une grève très sui­vie sur le réseau Tag les ven­dredi 12 et samedi 13 novembre

FLASH INFO — "Nous savons déjà, grâce aux déclarations d’intention de participer à la grève, que pas un tram, pas un bus ou presque ne Lire plus

Flash Info

|

08/08

19h10

|

|

08/08

12h16

|

|

07/08

10h59

|

|

07/08

10h36

|

|

06/08

16h39

|

|

06/08

14h57

|

|

05/08

11h49

|

|

05/08

9h50

|

|

04/08

17h00

|

|

04/08

12h07

|

Les plus lus

Environnement| Sécheresse : Éric Piolle pointe du doigt les « greens » de golf qui conti­nuent d’être arrosés

À voir| Fête médié­vale à Saint-Antoine-L’Abbaye : « le chan­tier des bâtis­seurs » de retour les 6 et 7 août 2022

Abonnement| Sécheresse en mon­tagne : le pas­to­ra­lisme en Belledonne en pre­mière ligne face au dérè­gle­ment climatique

Agenda

Je partage !
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin