Lycée Argouges : après la réponse du rectorat de Grenoble, les enseignants ne décolèrent pas

sep article



 

FIL INFO — Les enseignants du lycée Argouges ne décolèrent pas. Alors que sont dénoncées, depuis le début de la rentrée scolaire, des classes surchargées, la réponse du rectorat ne leur apporte aucune satisfaction. Et ceci, jugent les professeurs, au risque d’assister à une « détérioration du climat scolaire ».

 

 

Une ren­trée sco­laire « nor­male » avait iro­nisé Hélène Insel, rec­trice de l’a­ca­dé­mie de Grenoble, en réfé­rence à la mobi­li­sa­tion du lycée Argouges dès les pre­miers jours contre des classes jugées sur­char­gées. Une « nor­ma­lité » guère appré­ciée par les ensei­gnants du lycée gre­no­blois, qui avaient porté leurs reven­di­ca­tions devant les portes du rec­to­rat, en marge d’une ren­contre avec ses ser­vices. Et estiment aujourd’­hui ne pas avoir été enten­dus.

 

Rassemblement devant le lycée Argouges le 2 septembre 2020 © Florent Mathieu - Place Gre'net

Rassemblement devant le lycée Argouges le 2 sep­tembre 2020. © Florent Mathieu – Place Gre’net

 

« La mise à jour des listes d’élèves fait appa­raître des sec­tions pleines mais pas en sur­ef­fec­tif au sens du rec­to­rat, même si cer­taines classes ont un effec­tif supé­rieur à 35 pour res­pec­ter les choix d’options des élèves », écrivent les pro­fes­seurs mécon­tents par voie de com­mu­ni­qué. Et de décrire sept classes de seconde géné­rale avec des effec­tifs pou­vant aller de 33… à 36 élèves selon les cas.

 

 

Une « dégradation du climat scolaire à venir » ?

 

« Le rec­to­rat pro­pose quand même quelques heures pour assu­rer ponc­tuel­le­ment des dédou­ble­ments en seconde géné­rale », pré­cisent les ensei­gnants. Qui, à leur tour, ne manquent pas de manier l’i­ro­nie : « Enfin des pro­messes fortes ont été faites : la pré­pa­ra­tion de la ren­trée 2021 sera faite avec la plus grande vigi­lance pour le lycée Argouges », écrit-il. Pas de quoi bien sûr cal­mer la grogne.

 

Les professeurs du lycée Argouges redonnaient de la voix devant le Rectorat le 7 septembre © Florent Mathieu - Place Gre'net

Les pro­fes­seurs du lycée Argouges devant le rec­to­rat le 7 sep­tembre 2020. © Florent Mathieu – Place Gre’net

Pour les ensei­gnants, une telle situa­tion ne per­met­tra pas d’ac­cueillir dans de bonnes condi­tions la quin­zaine d’é­lèves allo­phones atten­dus en cours d’an­née.

 

Ni d’ac­com­pa­gner effi­ca­ce­ment les situa­tions de décro­chage. « Le rec­to­rat semble pen­ser qu’une année dif­fi­cile est accep­table si elle reste excep­tion­nelle, nous refu­sons cette logique », écrivent-il. En crai­gnant par avance une dété­rio­ra­tion du « cli­mat sco­laire ».

 

D’autres éta­blis­se­ments semblent avoir été mieux enten­dus. C’est le cas de l’é­cole mater­nelle Pont-de-Vence de Saint-Égrève. Le mer­credi 9 sep­tembre, les parents d’é­lève orga­ni­saient un ras­sem­ble­ment pour dénon­cer des classes sur­char­gées. Avec, en appui, une péti­tion mise en ligne affi­chant plus de 250 signa­tures au comp­teur. Les parents ont fina­le­ment appris l’ou­ver­ture d’une qua­trième classe, effec­tive à comp­ter du 24 sep­tembre.

 

Florent Mathieu

 

MC2 - La morsure de l
commentez lire les commentaires
1775 visites | 0 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.