Les syndicats dénoncent "une répression syndicale" à Science Po Grenoble, sur fond de saisie de la déléguée à l'égalité

Fermeture tem­po­raire de l’Institut d’études poli­tiques de Grenoble pour cause de Covid-19

Fermeture tem­po­raire de l’Institut d’études poli­tiques de Grenoble pour cause de Covid-19

FOCUS – À comp­ter du mer­credi 23 sep­tembre et jusqu’au dimanche 4 octobre 2020 inclus, l’Institut d’études poli­tiques de Grenoble (IEP) fer­mera ses portes aux étu­diants de licences et mas­ters en sciences poli­tiques pour cause de Covid-19. Au pro­gramme désor­mais : cours magis­traux, sémi­naires et ate­liers à distance…

Sciences Po, UGA, vue extérieure avec étudiants masqués. © Simon Marseille - Place Gre'net

Sciences Po, vue extérieure avec étudiants masqués. © Simon Marseille – Place Gre’net

La mesure tombe après seule­ment deux semaines de reprise de cours. « Suite à la concer­ta­tion de l’Agence régio­nale de santé (ARS) avec la direc­tion de Sciences Po Grenoble, nous avons décidé de fer­mer l’établissement aux étu­diants », nous pré­cise l’IEP.

« L’ensemble des acti­vi­tés péda­go­giques et de vie étu­diante, ainsi que l’accueil en biblio­thèque et par les ser­vices admi­nis­tra­tifs, sont sus­pen­dus », a par ailleurs informé l’ins­ti­tut via un com­mu­ni­qué adressé à ses étu­diants. Une déci­sion lourde mais qui semble s’im­po­ser à la direc­tion, à l’heure où elle « constate une forte trans­mis­sion du virus à Sciences Po ». 

Un nombre gran­dis­sant de cas contacts

« Vendredi der­nier, nous avons déclaré à l’ARS sept cas posi­tifs et une cen­taine d’étudiants ayant été en contact avec ces der­niers », alerte ainsi l’IEP. Pour les ser­vices admi­nis­tra­tifs de l’école en lien avec l’ARS, cette fer­me­ture est sur­tout une réponse tem­po­raire aux incer­ti­tudes concer­nant le bilan épi­dé­mique réel à l’IEP.

« Ce n’est pas tant le nombre de cas posi­tifs qui inquiète l’ARS, mais sur­tout le nombre gran­dis­sant de cas contacts, pré­cise-t-il. Parmi ces der­niers, cer­tains attendent leurs résul­tats et d’autres attendent encore d’avoir une date de dépis­tage ». D’après eux, « il y a au moins dix jours de délai dans les labo­ra­toires gre­no­blois et sur le cam­pus, le centre de dépis­tage est lui aussi engorgé ».

Tests de dépis­tage. © Samara Heisz/iStock

Sciences Po juge sur­pre­nante cette flam­bée des cas contacts. L’école assure en effet avoir sen­si­bi­lisé ses étu­diants dès la ren­trée : « On avait anti­cipé très tôt en com­mu­ni­quant un pro­to­cole d’hygiène interne et en dési­gnant une ensei­gnante “réfé­rente-covid” au sein des étu­diants. Nous avons aussi mis en place une boîte mail spé­ci­fique aux signa­le­ments des cas sus­pects pour les faire remon­ter à l’ARS », rap­pelle l’IEP.

Pour l’ins­ti­tut, « les conta­mi­na­tions relèvent de contacts pri­vés [externes à l’école, ndlr] car il a « étalé les réunions de ren­trée sur plu­sieurs jours afin d’éviter l’afflux d’étudiants et annulé les évé­ne­ments internes à l’école comme les jour­nées d’intégration ».

Pour évi­ter toute forme de stig­ma­ti­sa­tion, l’IEP pré­fère ano­ny­mi­ser les cas sus­pects et avé­rés de coro­na­vi­rus. « Il n’y a que la « réfé­rente-covid » qui dis­pose des infor­ma­tions exactes sur les étu­diants concer­nés ». Par ailleurs, l’établissement confie qu’à ce jour « aucun pro­fes­seur ne s’est déclaré conta­miné de la Covid-19 ».

Et en attendant ?

Ce lundi 21 sep­tembre, les étu­diants doivent rece­voir leurs iden­ti­fiants intra­net pour suivre les cours magis­traux, sémi­naires et ate­liers à dis­tance. À par­tir du mer­credi 23, c’est grâce à Chamilo, la pla­te­forme de cours en ligne de l’UGA, et au logi­ciel Microsoft Teams qu’ils assu­re­ront leur conti­nuité péda­go­gique. Et ce pen­dant dix jours. 

Couloirs de Sciences Po avec étudiants masqués. © Simon Marseille - Place Gre'net

Couloirs de Sciences Po avec étudiants masqués. © Simon Marseille – Place Gre’net

En atten­dant, l’établissement est ouvert aux étu­diants lundi et mardi pour qu’ils suivent leurs cours sur place, à l’exception des cas posi­tifs et sus­pects, encou­ra­gés à se faire dépis­ter et invi­tés à res­ter confi­nés pen­dant au moins sept jours.

Si l’IEP décide de gar­der ses portes ouvertes ces deux jours c’est parce que l’ARS l’y auto­rise, en atten­dant de « fina­li­ser les der­nières ques­tions tech­niques pour la mise en dis­tan­ciel des ensei­gne­ments, notam­ment en per­met­tant de fina­li­ser les ins­crip­tions [admi­nis­tra­tives, ndlr] des étu­diants », explique l’établissement.

De son côté, le rec­to­rat a mis en ligne les nou­velles fiches à des­ti­na­tion des direc­teurs d’é­ta­blis­se­ments en cas de sus­pi­cion ou de confir­ma­tion de Covid-19 chez un élève. Une mise à jour des consignes qui fait suite aux récentes annonces du minis­tère de la Santé.

À Sciences Po Grenoble, la reprise phy­sique des cours pré­vue pour le lundi 5 octobre ne reste qu’une hypo­thèse. « Nous sommes en contact per­ma­nent avec l’ARS. Au bout de dix jours, nous ferons une rééva­lua­tion des cas sus­pects avec eux pour déter­mi­ner si une ren­trée en pré­sen­tiel est envi­sa­geable ou non ». À l’heure où l’épidémie semble de nou­veau gagner du ter­rain dans la région selon Santé publique France (7 367 nou­veaux cas enre­gis­trés entre le 7 et le 13 sep­tembre), dif­fi­cile de faire des pro­nos­tics quant au retour des étu­diants dans leurs amphi­théâtres au cours des pro­chaines semaines.

Simon Marseille

Simon Grange

Auteur

0 réflexion sur « Fermeture tem­po­raire de l’Institut d’études poli­tiques de Grenoble pour cause de Covid-19 »

  1. Pourquoi tem­po­raire ? On a pas besoin de ce machin qui pro­duit des appa­rat­chiks de la poli­tique. Fermeture défi­ni­tive et réorien­ta­tion des étu­diants vers de vraies études, utiles pour eux, utiles à la France.

    sep article
  2. Pourquoi tem­po­raire ? On a pas besoin de ce machin qui pro­duit des appa­rat­chiks de la poli­tique. Fermeture défi­ni­tive et réorien­ta­tion des étu­diants vers de vraies études, utiles pour eux, utiles à la France.

    sep article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A lire aussi sur Place Gre'net

Un second Chatipi, refuge pour chats errants, prochainement implanté rue Anatole-France à Grenoble
Un second Chatipi, refuge pour chats errants, pro­chai­ne­ment ins­tallé rue Anatole-France à Grenoble

FLASH INFO - La Ville de Grenoble annonce l'installation prochaine d'un second "Chatipi" sur son territoire, après celui mis en place en décembre 2022 quai Lire plus

Tirs de balles, coups de tournevis ou violences contre des policiers, un week-end agité sur l'agglomération grenobloise
Mehdi Boulenouane, ex-figure du nar­co­tra­fic dans le quar­tier Mistral, exé­cuté par balles en Seine-Saint-Denis

FLASH INFO - Mehdi Boulenouane, ex-caïd du trafic de stupéfiants dans le quartier Mistral, a été abattu par balles, jeudi 16 mai 2024, en fin Lire plus

Yassine Lakhnech (encore) réélu à la présidence de l'UGA, ses opposants pointent du doigt des failles démocratiques
Yassine Lakhnech (encore) réélu à la pré­si­dence de l’UGA : ses oppo­sants dénoncent des failles démocratiques

FOCUS - Alors que sa réélection en janvier 2024 avait été annulée par le tribunal administratif, Yassine Lakhnech a été ré-réélu président de l'UGA par Lire plus

"Femme et racisée", Maude Wadelec a-t-elle quitté la majorité grenobloise après s'être vue refuser la délégation Égalité des droits?
« Femme et raci­sée », Maude Wadelec a‑t-elle quitté la majo­rité gre­no­bloise après s’être vue refu­ser la délé­ga­tion Égalité des droits ?

FOCUS - Pour quelles raisons Maude Wadelec a-t-elle quitté la majorité du conseil municipal pour figurer désormais parmi les élus d'opposition, en tant que non Lire plus

Le Mois des fiertés 2024 prend son envol à Grenoble, avec sa traditionnelle Marche des fiertés samedi 1er juin
Le Mois des fier­tés 2024 prend son envol à Grenoble, avec sa tra­di­tion­nelle Marche des fier­tés samedi 1er juin

FLASH INFO - Le Mois des fiertés de Grenoble, porté par l'association Grenoble Fiertés, prend son envol jeudi 16 mai et se poursuivra jusqu'au dimanche Lire plus

Grenoble et son CCAS affectent un bâtiment à l'hébergement des sans-domicile et à la lutte contre le non-recours
Grenoble : un bâti­ment dédié à l’hé­ber­ge­ment des sans-domi­cile et à la lutte contre le non-recours

FLASH INFO - Lors du conseil municipal du lundi 13 mai, la Ville de Grenoble a validé une convention entre elle et son CCAS pour Lire plus

Flash Info

Les plus lus

Agenda

Je partage !