Lutte contre le trafic de drogue à Grenoble : le torchon brûle entre Gérald Darmanin et Eric Piolle

sep article



 

FOCUS – L’inimitié grandit chaque jour un peu plus entre le ministre de l’Intérieur, Gérald Darmanin et Eric Piolle, maire EELV de Grenoble. Chacun tient en effet l’autre pour responsable de la montée de l’insécurité et du trafic de drogue, notamment à Mistral. La polémique a éclaté après l’opération de la police nationale dans ce quartier, faisant suite à la diffusion de vidéos sur les réseaux sociaux montrant des dealers armés sur un point de vente.

 

 

Il s’est dit « effaré » tant sur le fond que sur la méthode. C’est peu dire qu’Eric Piolle, inter­rogé ce ven­dredi 28 août sur BFM TV, a peu appré­cié le cour­rier du ministre de l’intérieur Gérald Darmanin. Le maire ne s’at­ten­dait en effet pas à décou­vrir sur les réseaux sociaux la mis­sive minis­té­rielle de deux pages à son atten­tion.

 

 

Une réponse bien tar­dive, se plaint éga­le­ment le maire de Grenoble, à un cour­rier de sa part remon­tant à mars der­nier, juste avant le confi­ne­ment. Face à la mon­tée des ten­sions dans les quar­tiers, Eric Piolle avait alors cosi­gné avec les maires d’Échirolles et de Saint-Martin-d’Hères une lettre récla­mant des moyens sup­plé­men­taires afin que la police natio­nale puisse assu­rer la sécu­rité de leurs conci­toyens.

 

 

Une police municipale « dans le haut du panier »

 

Dans son cour­rier, Gérald Darmanin sou­tient que la police natio­nale ne ménage pas ses efforts ni ses moyens pour s’at­ta­quer à la délin­quance et au tra­fic de stu­pé­fiants à Grenoble. Mais il fau­drait par contre que le maire de Grenoble mette du sien dans la « co-pro­duc­tion » de la sécu­rité dénonce le ministre. Lequel passe en revue cer­tains aspects de la police muni­ci­pale de Grenoble pro­blé­ma­tiques à ses yeux.

 

Trafic à Grenoble : le torchon brûle entre Piolle et Darmanin

Eric Piolle lors de sa réélec­tion. © Corentin Bemol – Place Gre’net

À com­men­cer par les effec­tifs. Cent poli­ciers muni­ci­paux, c’est peu com­paré à ceux de Nice, par exemple, tacle Gérard Darmanin. On dénombre en effet un agent pour 1580 habi­tants à Grenoble contre un pour 550 habi­tants à Nice.

 

Elle fait par­tie des polices les « plus impor­tantes de France », conteste le maire de Grenoble sur BFM. « Nous sommes dans le haut du panier » ren­ché­rit-il.

 

Du reste, cette com­pa­rai­son n’a aucun sens pour­fend, dans un com­mu­ni­qué, le groupe EELV Grenoble. « Les effec­tifs de la police muni­ci­pale [de Nice] sont une excep­tion et la consé­quence de la dérive sécu­ri­taire de la droite locale. »

 

 

Un armement adapté aux missions selon Éric Piolle

 

Autre grief, for­mulé par le ministre, les poli­ciers muni­ci­paux de Grenoble ne dis­posent pas d’armes à feu. Ils sont dotés de pis­to­lets à impul­sion élec­trique, rétorque le maire sur BFM. Soit un équi­pe­ment adapté et qui cor­res­pond à leurs mis­sions de sécu­rité de l’es­pace public, estime-t-il. Et de sou­li­gner, contrai­re­ment à ce qu’af­firme le ministre, que la police muni­ci­pale de Grenoble effec­tue bien des patrouilles la nuit jusqu’à 3 heure 30.

 

© Joël Kermabon - Place Gre'net

L’armement de la police muni­ci­pale, un moyen de réduire le tra­fic à Grenoble ? (image d’illus­tra­tion) © Joël Kermabon – Place Gre’net

Le maire omet tou­te­fois de pré­ci­ser que seules deux équipes sont opé­ra­tion­nelles la nuit et se can­tonnent au centre-ville.

 

Quid de la vidéo­sur­veillance éga­le­ment en jeu ? Le maire n’a jamais caché sa méfiance à l’égard du dis­po­si­tif. Il dément néan­moins les allé­ga­tions du ministre.

 

 

Trafic à Grenoble : la vidéosurveillance en question

 

La vidéo­sur­veillance est bien opé­ra­tion­nelle dans la capi­tale des Alpes et pré­sente dans les « endroits stra­té­giques » mar­tèle Eric Piolle. Peu avant son inter­ven­tion sur BFM, Maud Tavel, adjointe à la tran­quillité s’é­tait, elle aussi, mon­trée tout aussi caté­go­rique.

 

Maud TAVEL

Maud Tavel  © Corentin Bemol – Place Gre’net

« On a conti­nué à entre­te­nir les camé­ras dans tous les lieux où elles fonc­tion­naient et à la déve­lop­per, là où on consi­dère qu’elle est impor­tante. À savoir dans les espaces clos, les trans­ports en com­muns et sur les axes de cir­cu­la­tions ».

 

Grenoble s’est tout de même pas­sée de l’aide finan­cière de la Région Aura pour l’installation de camé­ras, ne manque pas de sou­li­gner Les Républicains de l’Isère.

 

Une aide qui serait « consé­quente », pré­cise Nathalie Béranger, conseillère régio­nale au sein de la majo­rité de Laurent Wauquiez. Laquelle par­tage glo­ba­le­ment l’analyse du ministre LREM s’a­gis­sant des griefs à l’en­contre de la ges­tion de la sécu­rité par Eric Piolle. La secré­taire du groupe isé­rois et conseillère muni­ci­pale d’op­po­si­tion du groupe diri­gée par Alain Carignon ajoute que le « manque de vigi­lance dans l’attribution des loge­ments sociaux » par­ti­cipe à accen­tuer les dif­fi­cul­tés dans les quar­tiers.

 

 

« Stratégie de communication digne de l’extrême-droite »

 

« Cette mise en cause de notre police muni­ci­pale est irri­tante, déclare mécon­tente Maud Tavel, On n’a pas besoin de ça. Ce qu’il faut, plu­tôt, c’est une coor­di­na­tion avec l’État », affirme l’ad­jointe. Reste que ces récents échanges hou­leux par réseaux sociaux et médias inter­po­sés risquent fort de retar­der les prises de déci­sion contre le tra­fic de stu­pé­fiants à Grenoble.

 

D’autant qu’EELV Grenoble n’y va pas non plus avec le dos de la cuillère. Le groupe poli­tique qua­li­fie ainsi la réponse du ministre de « trum­prienne », d’« indé­cente » et de « stra­té­gie de com­mu­ni­ca­tion digne de l’ex­trême-droite ».

 

Trafic à Grenoble : le torchon brûle entre Piolle et Darmanin

Éric Piolle en dis­cus­sion avec un res­pon­sable de la police muni­ci­pale de Grenoble. © Joël Kermabon – Place Gre’net

Ce qui n’empêche pas Eric Piolle de pro­po­ser au ministre de venir à Grenoble sur BFM TV afin de « débattre de la coopé­ra­tion » entre la police muni­ci­pale et L’État, ainsi que « des stra­té­gies pos­sibles de lutte contre les tra­fics, contre toutes les vio­lences, dont celles faites aux femmes » ajoute-t-il. Une allu­sion grin­çante à l’accusation de viol visant le ministre de l’intérieur.

 

Et si besoin était d’en rajou­ter, le groupe EELV enfonce encore le clou à ce sujet. « Darmanin n’au­rait jamais dû deve­nir ministre de l’in­té­rieur, étant l’ob­jet d’une enquête suite à des accu­sa­tions d’a­voir obtenu des faveurs sexuelles en échange de pro­messes de loge­ments sociaux ». L’intéressé appré­ciera.

 

 

Légalisation du cannabis et revenu universel contre le trafic à Grenoble

 

Enfin, le déman­tè­le­ment du tra­fic de stu­pé­fiants à Grenoble réclame la mise en place de « solu­tions struc­tu­relles », rap­pelle le groupe local EELV. Ce qui passe, selon les Verts, par la léga­li­sa­tion du can­na­bis et la régle­men­ta­tion de sa vente, assor­ties d’une poli­tique de réduc­tion des inéga­li­tés, avec l’ins­tau­ra­tion d’un revenu uni­ver­sel. Des pro­po­si­tions pour sûr très éloi­gnées du logi­ciel du gou­ver­ne­ment LREM…

 

Séverine Cattiaux

 

MC2 - Saison 2020-21
commentez lire les commentaires
9689 visites | 11 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 11
  1. Un maire res­pon­sable de rien ne sert à rien !

    sep article
  2. @Pifou, deman­dez aux neu­ro­logues, toxi­co­logues et addic­to­logues ce qu’ils pensent des effets du can­na­bis que vous sou­hai­tez voir léga­lisé ! Et que faites-vous de la ques­tion de la cocaïne, déjà essayée par 600 000 jeunes, et de toutes les autres m.… ven­dues à Mistral et ailleurs (dont : opia­cés) ?
    Si les gens se droguent, 1) ce n’est pas une fata­lité ni une tra­di­tion ren­trée dans les mœurs comme j’ai pu le lire par ailleurs, 2) c’est de la faute des ven­deurs ET des consom­ma­teurs ET de leurs sou­tiens objec­tifs chez EELV ou ailleurs qui légi­ti­ment, excusent, sou­tiennent la consom­ma­tion de drogue. La res­pon­sa­bi­lité pre­mière d’un maire est de tenir un dis­cours anti-drogue et de dis­sua­der sa consom­ma­tion par tous les moyens, quand on en connaît les dégâts sur la société que ce soit en matière de santé publique ou de sécu­rité !
    Je ne sais plus qui dans ce fil fai­sait un odieux et mal­hon­nête rap­pro­che­ment avec l’at­ten­tat de Nice pour cri­ti­quer la vidéo­sur­veillance, mais il ne faut pas oublier que la vidéo a servi 1) à déjouer d’autres atten­tats, 2) à arrê­ter plus rapi­de­ment des cou­pables et com­plices ! Par contre, ils feraient mieux de faire preuve d’in­tel­li­gence en se disant que l’argent de la drogue sert aussi à ali­men­ter le tra­fic d’armes uti­li­sées à l’oc­ca­sion d’at­ten­tats, et oui tout est lié !
    Tous ces bobos-socié­taux qui sont fiers de légi­ti­mer la consom­ma­tion de drogue, sans se rendre compte que ça pour­rit la vie des classes popu­laires dans les quar­tiers, quar­tiers dans les­quels ils n’ha­bi­te­raient ni ne sco­la­ri­se­raient leurs enfants, me donnent la nau­sée.
    Il fau­drait enfin que les 3 consom­ma­teurs inter­pel­lés à Mistral en pos­ses­sion de bar­rettes de shit soient condam­nés non pas à de la prison,.car on va vite man­quer de place, mais à une ins­crip­tion au casier judi­ciaire qui sera bien han­di­ca­pante pour tour ce qui est recherche d’emploi, tra­vail dans la fonc­tion publique, etc. Ça ferait réflé­chir.

    sep article
  3. Le délé­gué syn­di­cal de la police muni­ci­pale en 2014 : « Le ratio effi­cace est d’un poli­cier muni­ci­pal pour mille habi­tants. Nous sommes aujourd’hui 97 agents pour plus de 157 000 habi­tants. On est loin du compte ».
    https://www.rue89lyon.fr/2014/12/24/prives-armes-a-feu-bientot-cameras-policiers-municipaux-grenoble-mecontents/
    Six ans plus tard, la police muni­ci­pale de Grenoble compte les mêmes pauvres effec­tifs et n’a tou­jours pas les moyens qu’ils devaient rece­voir (arme­ment, camé­ras), Piolle 1 ayant tout annulé au len­de­main de son élec­tion.

    sep article
  4. C’est ridi­cule. Comme si Piolle était vrai­ment inté­ressé par l’ordre dans ces quar­tiers. Les élec­teurs de Piolle : la gauche radi­cale, pseudo écolo et le public eth­nique dans les quar­tiers visés. Ce élec­to­rat a une haine vis­cé­rale vis à vis les forces d’ordre, d’où l’opposition de Piolle aux camé­ras, aux armes pour les agents muni­ci­paux etc etc. Piolle est , certes, un per­son­nage détes­table, mais pas fou, il va pas cou­per la branche sur laquelle il est assis.
    Au sujet de l’argument “ils ont des camé­ras à Nice et la délin­quance est tou­jours là “: pou­vez-vous ima­gi­ner la situa­tion à Nice s’ils n’avaient pas de camé­ras ? Faites un petit effort men­tal, ça aide.

    sep article
  5. Notre maire à temps par­tiel ne connait pas la sécu­rité, seule­ment de la tran­quillité. Et c’est son avant der­nière prio­rité.
    adjointe n°1 : E. Martin, éga­lité
    adjoint n°2 : G. Namur, fraî­cheur

    adjointe n°21 : M. Tavel, tran­quillité
    https://www.grenoble.fr/107-les-adjoints.htm

    sep article
  6. Ce qui m’in­té­res­se­rait, c’est d’en­tendre quelques poli­ciers muni­ci­paux, je sais, je sais « obli­ga­tion du devoir de réserve », une petite caméra cachée peut être ? mais je ne pense pas que la Police Municipale soit bien aimée par la muni­ci­pa­lité ?
    D’autre part, je serais curieux de savoir, si on leur demande de patrouiller très régu­liè­re­ment dans ces quar­tiers ou plu­tôt de les évi­ter ?

    sep article
  7. Faut il rap­pe­ler aux tenants des camé­ras de sur­veillance que Nice, modèle du genre, est la ville où un camion a réussi à tuer des dizaines de per­sonnes. Alors … camem­bert.
    Il fau­drait plu­tôt réta­blir la police de proxi­mité que Sarko a déman­telé jus­te­ment à Grenoble.
    Quant au can­na­bis, sa léga­li­sa­tion sup­pri­me­rait pas mal de tra­fics mais il faut bien rameu­ter les voix de droite !
    Darmanin n’a rien à pro­po­ser, alors qu’il se taise.

    sep article
  8. Hmm vu la réponse san­glante de Piolle à Darmanin … pas sûr qu’il reste long­temps Maire .. ça va irri­ter le haut de LREM et faire remon­ter toutes les cas­se­roles que pour­rait avoir M.Piolle pour mon plus grand plai­sir !

    sep article
  9. Conclusion à Grenoble, vous avez bien plus de chance de pâtir voire de mou­rir d’une agres­sion que de la covid-19.
    A Grenoble le masque est inutile dans les rues de la ville, mais le gilet pare-balles est indis­pen­sable.
    Renzo-Sulli, les maires tous com­mu­nistes de saint Martin d’Hères, Michel Destot et main­te­nant son digne suc­ces­seur en pire Éric Piolle, sont par leurs poli­tiques de la ville, leurs poli­tiques clien­té­listes dans les quar­tiers, leur laxisme, RESPONSABLES, de l’in­sé­cu­rité, de la délin­quance dans ces zones de non-droits. Zones qui désor­mais gan­grènent le centre ville de Grenoble.
    Quand à Maud Tavel, elle est à la sécu­rité ce que Corinne Bernard était à la culture (https://www.liberation.fr/debats/2016/06/02/grenoble-la-deception-de-l-ecologie-culturelle_1456879), ce n’est pas peu dire. Quant à la culture à Grenoble, ce n’est pas prêt de s’ar­ran­ger avec Lucille Lheureux !
    Éric Piolle et son équipe d’in­com­pé­tents ne repré­sentent pas les gre­no­blois. 65% d’abs­ten­tion ! Qu’ils aient les couilles (à l’é­poque du genre et du dé-genre, voilà encore un bien gros mot dans la nov­langue) de démis­sion­ner ! Voilà un grand ser­vice qu’ils ren­dront à la ville.

    sep article
    • Bonjour
      Mr Darmanin vous devriez voir le tra­vail de votre cama­rade mr chal­las aux elec­tions muni­ci­pales de Grenoble…Une veri­table honte.….(racisme, agres­sion de jour­na­listes .…son attache par­le­men­taire qui nego­cie des pots de vin sur l’a­chat de masque en pleine crise de covid 19.…)
      Vous savez mon­sieur le ministre vos ges­ti­cu­la­tions, qui me font pen­ser au monde d’hier, ne servent a rien d’autres que vous décré­di­bi­li­ser.
      La stra­té­gie poli­tique ‚les pos­tures n’ont jamais aide la popu­la­tion.
      Le misé­ra­bi­lisme de gauche ne se com­bat pas de cette façon …il faut comme le covid 19 être propre et s’ap­pli­quer une déon­to­lo­gie sans faille…
      Prenez donc ce petit conseil, d’un eboueur de la ville de Grenoble,et com­men­cer par expli­quer cela à mrs cha­las.

      BENYOUB.A

      sep article