Après la vidéo de dealers armés, l’État montre ses muscles au cœur du quartier Mistral à Grenoble

sep article



 

REPORTAGE VIDÉO – Une importante opération de police (et de communication) a eu lieu ce mercredi 26 août 2020 au cœur du quartier Mistral de Grenoble. Après la diffusion de vidéos virales sur les réseaux sociaux montrant des dealers armés tenant un point de vente, l’État tenait ainsi à montrer qu’il reprend la main. Objectifs affichés de l’opération ? Sécuriser le quartier, rassurer les habitants et conforter les forces de l’ordre dans l’exercice de leurs missions.

 

« Ils uti­lisent des moyens de com­mu­ni­ca­tion pour faire savoir qu’ils veulent occu­per le ter­ri­toire.  Nous aussi nous nous empa­rons des mêmes moyens pour mon­trer que nous ne sommes pas impres­sion­nés et impo­ser l’ordre répu­bli­cain. »

 

Mistral : opération de police après la vidéo virale de dealers Important déploiement de police ce mercredi 26 août quartier Mistral. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Important déploie­ment de police ce mer­credi 26 août 2020 quar­tier Mistral. © Joël Kermabon – Place Gre’net

 

En réac­tion à la dif­fu­sion de vidéos virales sur les réseaux sociaux, Lionel Beffre, pré­fet de l’Isère, a ainsi super­visé, dans la soi­rée de ce mer­credi 26 août 2020, une impor­tante opé­ra­tion de police dans le quar­tier Mistral à Grenoble. Accompagné de Fabienne Lewandowski, direc­trice de la Direction dépar­te­men­tale de la sécu­rité publique de l’Isère (DDSP 38), le repré­sen­tant de l’État a arpenté dif­fé­rents lieux de ce quar­tier bien connu pour son tra­fic de stu­pé­fiants. Le tout en pré­sence d’im­por­tants effec­tifs de police pour « sécu­ri­ser les lieux, ras­su­rer les habi­tants et confor­ter les forces de l’ordre dans l’ac­com­plis­se­ment de leurs mis­sions ».

 

 

Des médias pris en charge par la préfecture pour rallier le quartier Mistral

 

Une opé­ra­tion d’en­ver­gure annon­cée par Gérald Darmanin sur son compte Twitter, juste avant le déploie­ment poli­cier : « Sur mon ins­truc­tion directe, une opé­ra­tion est en cours dans le Mistral (sic), à Grenoble ». Et le ministre de l’Intérieur de conclure mar­tia­le­ment son mes­sage en assu­rant que « l’État s’im­po­sera face à l’en­sau­va­ge­ment d’une mino­rité de la société ».

 

Lionel Beffre, préfet de l'Isère et Fabienne Lewandowski, directrice de la DDSP de l'Isère lors de l'opération de police menée quartier Mistral. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Lionel Beffre, pré­fet de l’Isère et Fabienne Lewandowski, direc­trice de la DDSP de l’Isère lors de l’o­pé­ra­tion de police menée quar­tier Mistral. © Joël Kermabon – Place Gre’net

En somme, une com­mu­ni­ca­tion bien hui­lée et orches­trée, le pré­fet la qua­li­fiant lui-même iro­ni­que­ment « d’o­pé­ra­tion mar­ke­ting ».

 

Pour preuve ? Le nombre de médias natio­naux et locaux conviés à cou­vrir l’é­vé­ne­ment et pris en charge par les ser­vices de la pré­fec­ture pour rejoindre le quar­tier Mistral.

 

Sur place, plu­sieurs groupes de jeunes gens ont copieu­se­ment raillé ce déploie­ment de force impromptu. « C’était une vidéo pour rire ! », ont affirmé cer­tains au groupe d’of­fi­ciels et de jour­na­listes avan­çant en ordre serré. Des dépla­ce­ment orga­ni­sés sous la sur­veillance constante de poli­ciers de la Bac scru­tant les étages pour pré­ve­nir d’é­ven­tuels jets de pro­jec­tiles.

 

 

 

« Il était important de réaffirmer notre autorité sur ce territoire »

 

Questionné sur la fameuse vidéo pour laquelle le par­quet de Grenoble a ouvert une enquête, Lionel Beffre n’y est pas allé par quatre che­mins. « On voit bien que c’est une mise en scène éphé­mère des­ti­née sans doute à impres­sion­ner [les tra­fi­quants rivaux, ndlr]. Mais on voit bien qu’au­jourd’­hui, c’est la police qui main­tient l’ordre, ce ne sont pas les délin­quants ! »

 

Mistral : opération de police après la vidéo virale de dealers Fabienne Lewandowski, directrice de la DDSP de l'Isère. © Joël Kermbon - Place Gre'net

Fabienne Lewandowski, direc­trice de la DDSP de l’Isère. © Joël Kermbon – Place Gre’net

Avant de pré­ci­ser que, pour autant, cette opé­ra­tion n’a­vait rien d’ex­cep­tion­nel, loin de là.

 

« Ce sont des opé­ra­tions que nous fai­sons régu­liè­re­ment […]. Depuis le début de l’an­née, nous comp­ta­bi­li­sons 160 inter­pel­la­tions dans ce quar­tier », a‑t-il ajouté. Reste qu’a­près la dif­fu­sion des vidéos, il fal­lait mar­quer le coup.

 

« Il était impor­tant de réaf­fir­mer notre auto­rité sur ce ter­ri­toire », a enchaîné le repré­sen­tant de l’État. Même tona­lité pour Fabienne Lewandowski. « Nous savons depuis très long­temps qu’il y a du tra­fic de stu­pé­fiants dans ce quar­tier, et ce bien avant la dif­fu­sion de ces vidéos. C’est un quar­tier sur lequel nous sommes pré­sents tous les jours accom­pa­gnés de ser­vices spé­cia­li­sés. Ils connaissent chaque habi­tant, chaque immeuble, chaque cave ou par­tie com­mune », explique la direc­trice de la DDSP de l’Isère.

 

 

Une vidéo pour impressionner des trafiquants rivaux ?

 

Toujours est-il que dans le contexte des règle­ments de comptes, dont cer­tains mor­tels, qui ont ponc­tué l’été, la vidéo n’a pas man­qué de faire réagir Éric Vaillant, le pro­cu­reur de la République de Grenoble.

 

Eric Vaillant procureur protocole prélévement organes

Eric Vaillant, pro­cu­reur de la République de Grenoble.  © Corentin Bemol – Place Gre’net

Lequel consi­dère, tout comme l’a déclaré le pré­fet de l’Isère, qu’il pour­rait s’a­gir d’une « mise en scène des tra­fi­quants des­ti­née à impres­sion­ner leurs concur­rents », a‑t-il déclaré à nos confrères de France 3.

 

« Inadmissible, poste-t-il sur Twitter. [Cela] renforce si besoin est la déter­mi­na­tion du par­quet de Grenoble à lut­ter contre les tra­fi­quants de stu­pé­fiants. » 

 

Mais quid du bilan de l’o­pé­ra­tion au final ? Les ser­vices de la pré­fec­ture indiquent avoir « contrôlé 50 consom­ma­teurs de stu­pé­fiants et saisi deux scoo­ters ».

 

Joël Kermabon

 

Grenoble Finaliste pour le concours de Capitale Verte
commentez lire les commentaires
3520 visites | 12 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 12
  1. à Grenoble il n’y a pas de sécu­rité, seule­ment de la tran­quillité et c’est l’a­vant der­nière prio­rité de notre maire à temps par­tiel.
    adjointe n°1 : E. Martin, éga­lité
    adjoint n°2 : G. Namur, fraî­cheur

    adjointe n°21 : M. Tavel, tran­quillité
    https://www.grenoble.fr/107-les-adjoints.htm

    sep article
  2. Bonjour
    mr le soit disant pro­cu­reur vous devriez com­men­cer la lutte contre les drogues au conseil muni­ci­pales de Grenoble. .…
    Je suis sûr que les consom­ma­teurs sont bien caches
    .…on parie mr vaillant.
    Je connait tres bien ma ville et je sais que mr pre­fet et mr pro­cu­reur sont comme des oenuque devant un harem…rien à craindre

    BENYOUB.A

    sep article
  3. Bonjour
    mr le soit disant pre­fet tu devrais com­men­cer ta lutte contre les drogues au conseil muni­ci­pales de Grenoble…
    Je suis sûr que les consom­ma­teurs y sont bien caches.. ..on parie mr bieffe

    BENYOUB.A

    sep article
  4. J’ai entendu Castex par­ler de l’apparition de Dermanin à Grenoble en disant que c’était une « parade ». Effectivement. Darmanin est venu para­der. Qu’est ce qu’il a dit ? Qu’il allait aider à éra­di­quer les gangs et les tra­fics ? Rien du tout et pour­tant c’est bien lui le grand chef de la police et de la sécu­rité !
    Encore un voyage qui ne sert à rien sauf à dépen­ser nos bons sous. Y a pas mieux à faire ?

    sep article
    • JK

      28/08/2020
      22:56

      Bonsoir

      Pour avoir cou­vert l’o­pé­ra­tion de police en ques­tion, je puis vous assu­rer que contrai­re­ment à ce dont vous auriez entendu par­ler, M. Darmanin n’est pas venu à Grenoble « para­der ». Les seuls repré­sen­tants de l’État étant en l’oc­cur­rence le pré­fet de l’Isère et la direc­trice de la sécu­rité publique.

      sep article
  5. sep article
  6. Bonjour
    Chere mon­sieur le pre­fet,
    L’association que je pre­side vous a ecrit à plu­sieurs reprises concer­nant la poli­tique meur­triere menee dans les quar­tiers populaires.Nous avons constate des mal­ver­sa­tions finan­cières gros­sieres qui nous avez surpris.….déficit de plus de 60 000 euros a la mdh bal­la­din. …

    Aucune reponse de la part du bureau du pre­fet.
    Nous avions ecrit a mon­sieur Piolle.…idem pas de reponse.
    Ce qu’il faut com­prendre dans cette histoire.….ces façons de faire existent depuis tres long­temps et nous coutent beau­coup d’argent pour un résul­tat plus que catas­tro­phique.
    Nous avons ren­con­tré les medias,idem.….pas d’article.…faut bien man­ger
    Lorsque les prin­ci­paux can­di­dats aux muni­ci­pales font du com­mu­nau­ta­risme (Challas en tête siivi par piolle…) que pen­sez vous qu’il se passe ?
    La popu­la­tion est prise entre deux feux :l’in­com­pé­tence fla­grante des maires et pre­fet et une délin­quance qui a jus­te­ment com­pris que les iins­ti­tu­tions sont diri­gees par de simples man­geurs de petits four.

    Je repete nous avons écrit des lettres avec accusé de récep­tion. ..
    Si quel­qu’un veut une copie de ces lettres n’he­si­ter pas.…Les jour­na­listes de place gre’­net peuvent faire le lien.

    BENYOUB.A

    sep article
    • @BENYOUB.A

      Cher Monsieur, je pense que nous sommes dans la meme tranche d’age. Il parait que aujourd’hui les moyens de com­mu­ni­ca­tion dont vous évo­quez (lettres au Maire et au Préfet avec l’AR) ce sont des outils d’un autre temps. Les dea­lers du quar­tier Mistral nous ont mon­tré l’ef­fet nucléaire des vidéos dif­fu­sées sur les réseaux sociaux. Vous vou­lez une réponse concrète et RAPIDE des pou­voirs publiques ? Il faut les frap­per là où ça fait mal – sur les réseaux sociaux.

      sep article
  7. D’après notre maire à temps par­tiel sur BFMTV, ce n’est pas la vidéo des dea­lers mas­si­ve­ment dif­fu­sée qui montre du doigt le quar­tier Mistral et Grenoble à toute la France, c’est le ministre de l’intérieur.

    sep article
  8. il faut ratis­ser le quar­tier, comme on l’a fait en 2007 au vil­lage Olympique sous Sarkozy, avec des per­qui­si­tions totales dans les appar­te­ments des délin­quants, qui sont d’ailleurs bien connus à la jus­tice

    sep article
  9. Bonjour
    Attention les trois singes de la sagesse (pre­fet maire pro­cu­reur) se mettent à bou­ger.….
    A mon avis ils craignent plus pour leur place que l’e­tat psy­cho­lo­gique des habi­tants des quar­tiers popu­laires.
    Vous devriez mon­sieur le pre­fet convo­quer les maires de ces ban­lieues qui ne sont pas pour rien dans cette affaire.….
    Nous avons aujourd’­hui une nou­velle race de citoyens, les pseu­dos citoyens.…avec tout ça nous allons faire nation…
    BENYOUB.A

    sep article
  10. Ridicule…
    Montrer les muscles devant la TV.
    Et lais­ser les flics locaux se démer­der au quo­ti­dien -> je ne parle même pas quand des jeunes se tuent lors de courses pour­suite où là c’est le drame.… méchant poli­ciers qui veulent ennuyer… c’est vrai que s’arreter aurait été trop dur.
    Merci à ces couillons sur la vidéo qui per­mettent de prendre conscience de ce qui se passe.
    Et met­tez plus de per­sonnes à la DGFIP sur le blan­chi­ment.… au moins les confis­ca­tions ser­vi­ront à qq chose. (on parle des jeunes à Teisseire dans les 4×4 Cayenne…)
    et je paris que nos poli­tiques vont s’é­mou­voir.
    On a un GROS sou­cis. Et plus on tarde plus cela va etre dur à régler

    sep article