Mobilité hydrogène : le CEA passe la vitesse supérieure avec l’équipementier Symbio

sep article



 

FIL INFO - Le Commissariat à l’énergie atomique de Grenoble (CEA-Liten) et Symbio, filiale de Michelin et de Faurecia, ont signé un accord pour accélérer l’industrialisation de systèmes hydrogène. L’objectif est d’utiliser cette technologie pour aider à la transition énergétique, notamment dans le domaine des transports.

 

Si le CEA et l’équipementier col­la­borent depuis dix ans, le champ de cette col­la­bo­ra­tion est désor­mais étendu. Leurs équipes devraient main­te­nant tra­vailler ensemble pour accé­lé­rer l’industrialisation de sys­tèmes hydro­gène pour les trans­ports.

 

Inauguration de la première unité de production industrielle d'hydrogène renouvelable au CEA de Grenoble © Edouard Merlo

Première unité de pro­duc­tion indus­trielle d’hy­dro­gène renou­ve­lable au CEA de Grenoble, juin 2018. © Edouard Merlo

Des sys­tèmes moins coû­teux, plus per­for­mants et plus faciles à inté­grer dans les véhi­cules. « Les tech­no­lo­gies hydro­gène jouent un rôle majeur dans la tran­si­tion éner­gé­tique et sont donc au cœur de notre stra­té­gie », affirme Florence Lambert, direc­trice du CEA.

 

Concrètement, cet accord doit se dérou­ler en deux étapes. Le site du CEA à Grenoble devra accueillir les déve­lop­pe­ments amont en recher­chant les maté­riaux et archi­tec­tures offrant les meilleurs couples per­for­mance-dura­bi­lité jusqu’à la preuve du concept. Le site de Symbio héber­gera, quant à lui, les bancs de tests et de qua­li­fi­ca­tion jusqu’à la ligne indus­trielle elle-même.

 

 

La collaboration recherche-industrie, facteur clef de succès

 

Au tra­vers de cette col­la­bo­ra­tion, Symbio et le CEA sou­haitent par­ti­ci­per à la struc­tu­ra­tion rapide de la filière indus­trielle aux niveaux fran­çais et euro­péen. Il s’agit aussi de par­ti­ci­per à la créa­tion d’emplois locaux. De nom­breux acteurs de la filière hydro­gène sont d’ailleurs déjà implan­tés en Auvergne-Rhône-Alpes, une région où les solu­tions public-privé ont fait la preuve de leur effi­ca­cité, à l’image du pro­jet de mobi­lité hydro­gène le plus ambi­tieux d’Europe, « Zero Emission Valley ».

 

Les 21 véhicules se rechargent en hydrogène auprès des stations d’Air Liquide à Sassenage, et à Grenoble sur les sites de Symbio FCell et du CEA. © Pierre Jayet

Véhicule se rechar­geant en hydro­gène auprès des sta­tions d’Air Liquide à Sassenage, et à Grenoble sur les sites de Symbio FCell et du CEA. © Pierre Jayet

Ce par­te­na­riat inter­vient alors que l’Europe vient de rendre publique sa stra­té­gie pour opti­mi­ser l’apport de l’hydrogène dans la tran­si­tion éner­gé­tique. « Nous sommes plus que jamais convain­cus qu’une étroite col­la­bo­ra­tion entre la recherche et l’industrie est un fac­teur clef de suc­cès sur la scène mon­diale », com­mente Fabio Ferrari, PDG de Symbio.

 

La course est bel et bien lan­cée au niveau inter­na­tio­nal pour ren­for­cer la com­pé­ti­ti­vité des entre­prises du sec­teur : la Chine a annoncé un plan hydro­gène de 16 mil­liards de dol­lars et la Corée compte pro­duire près de 3 mil­lions de véhi­cules en 2040.

 

TI

 

Pays Voironnais, un jour, une activité
commentez lire les commentaires
2709 visites | 1 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 1
  1. Bonjour
    La crise nous pousse à réflé­chir et à anti­ci­per l’avenir,malheureusement la confiance elle n’est pas au ren­dez-vous.
    Des construc­teurs et équi­pe­men­tiers auto­mo­biles qui n’ont pas voir rien anti­ci­per et au moindre pro­blème viennent pleu­rer sous les jupons de l’état.Cette filière doit rapi­de­ment trou­ver les moyens de rebon­dir et sor­tir des sub­ven­tions pour affron­ter non sans beau­coup de retard la muta­tion néces­saire à son exis­tence.
    La France par l’intermédiaire du CICE déve­loppe et sub­ven­tionne la recherche et après les construc­teurs et équi­pe­men­tiers auto­mo­biles délo­ca­lisent en chine par exemple avec trans­fert de tech­no­lo­gie.…..
    ET UNE BANANE DE PLUS

    BENYOUB.A

    sep article