La Ville de Grenoble réaffirme sa lutte contre la « précarité menstruelle »

sep article



 

FLASH INFO – Après une pre­mière opé­ra­tion de col­lecte de pro­tec­tions pério­diques au mois de mai 2019, la Ville de Grenoble réaf­firme sa volonté de lut­ter contre la « pré­ca­rité mens­truelle ». « En France, 1,7 mil­lions de per­sonnes manquent régu­liè­re­ment de pro­tec­tions hygié­nique », écrit-elle ainsi. En se réfé­rant à un son­dage « Hygiène et pré­ca­rité en France », réa­li­sée par l’ins­ti­tut Ifop pour l’as­so­cia­tion Dons Solidaires.

 

Organisée dans dif­fé­rents lieux de la ville, la col­lecte de 2019 avait per­mis de redis­tri­buer 17 000 dons à des per­sonnes en dif­fi­cul­tés.« La col­lecte a aussi per­mis de sen­si­bi­li­ser à la pré­ca­rité mens­truelle, de décons­truire le tabou qui entoure les règles et d’évoquer les pro­tec­tions hygié­niques alter­na­tives, plus éco­lo­giques », note la Ville. Toutefois, pour cause de crise sani­taire, l’o­pé­ra­tion n’a pu être renou­ve­lée comme prévu en juin 2020.

 

« La pré­ca­rité mens­truelle s’étant cepen­dant accen­tuée pen­dant cette période, la Ville de Grenoble a cher­ché des solu­tions pour y répondre rapi­de­ment », sou­lignent les ser­vices muni­ci­paux. En col­la­bo­ra­tion avec les com­munes voi­sines, et en par­te­na­riat avec les asso­cia­tions Dons Solidaires et Règles élé­men­taires, 100 000 pro­tec­tions pério­diques ont pu être récep­tion­nées. Dont 50 000 pour la com­mune de Grenoble.

 

Pays Voironnais, un jour, une activité
commentez lire les commentaires
1943 visites | 0 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.