École primaire et collège : le nouveau protocole sanitaire de l’Éducation nationale

sep article

 

EN BREF – Le nouveau protocole sanitaire à suivre dans les établissements scolaires a été dévoilé ce mercredi 17 juin par le ministère de l’Éducation nationale. Dès le lundi 22 juin 2020, les règles changeront : la distanciation physique sera supprimée en maternelle. Elle devra cependant être respectée dans les écoles élémentaires si les conditions le permettent. Au collège, le masque sera quant à lui obligatoire lorsque la distance d’un mètre ne pourra pas être respectée.

 

 

Un nouveau protocole dans les établissements scolaires dès lundi 22 juin.Cour de récréation de l'école Les Genêts à la Villeneuve juin 2020 © Séverine Cattiaux - Place Gre'net

Cour de récréa­tion de l’é­cole Les Genêts à la Villeneuve, juin 2020. © Séverine Cattiaux – Place Gre’net

Dans quelles condi­tions les élèves vont-ils retour­ner en classe le lundi 22 juin ? Telle est la ques­tion à laquelle doit répondre ce nou­veau pro­to­cole sani­taire dif­fusé ce mer­credi.

 

Désormais, la dis­tan­cia­tion phy­sique n’est plus exi­gée en mater­nelle. Dans un entre­tien accordé à la chaîne Public Sénat, le ministre de l’Éducation Jean-Michel Blanquer a en effet expli­qué que cette règle n’é­tait pas « réa­liste » et donc impos­sible à faire res­pec­ter.

 

 

Un protocole encore flou dans les écoles

 

En revanche, concer­nant l’é­cole élé­men­taire, le pro­to­cole est encore un peu flou. En effet, la dis­tan­cia­tion phy­sique devra être conser­vée entre les élèves, mais des excep­tions seront pos­sibles. « [Dans] cer­taines classes, quand on rece­vra tous les élèves, par­fois on sera obli­gés d’a­voir un peu moins d’un mètre », a pré­cisé le ministre.

 

 

Distance d’un mètre dans les collèges

 

Sortie des élèves du collège Fantin Latour, en janvier 2018, à Grenoble. © Léa Raymond - placegrenet.fr

Sortie des élèves du col­lège Fantin Latour, en jan­vier 2018, à Grenoble. © Léa Raymond – placegrenet.fr

Pour ce qui est du col­lège, la dis­tan­cia­tion devra, quoi qu’il en soit, être res­pec­tée. Lorsqu’elle ne sera pas pos­sible, le port du masque sera alors obli­ga­toire. Soit à par­tir de 25 élèves par classe, selon François Lecointe, adjoint au Syndicat natio­nal des ensei­gne­ments de second degré de Grenoble (Snes).

 

En qui concerne la ren­trée, ce pro­fes­seur dans un col­lège de Saint-Martin-d’Hères est plu­tôt confiant. « On sera prêt le 22 juin, dès l’ins­tant où le pro­to­cole est assou­pli », indique-t-il. En revanche, pour cer­tains éta­blis­se­ments de la région gre­no­bloise, ce sera plus déli­cat, notam­ment sur des com­munes comme Grenoble où il y a de facto plus d’é­lèves. Mais pas seule­ment. Et celui-ci de citer l’exemple d’un col­lège de Vif où les élèves auront cours seule­ment deux jours par semaine, faute de places pour tous les accueillir.

 

 

Des sondages envoyés aux parents d’élèves

 

Rentrée 2019 au collège Charles Münch de Grenoble © Séverine Cattiaux - Place Gre'net

Collège Charles Münch de Grenoble © Séverine Cattiaux – Place Gre’net

Les chefs d’é­ta­blis­se­ment s’at­tellent à envoyer des son­dages aux parents pour savoir si leur enfant revien­dra bien le 22 juin. « Avant, c’é­tait pour savoir qui revien­drait. Maintenant, c’est plus pour savoir qui ne revien­dra pas », pré­cise François Lecointe.

 

Il craint néan­moins que les élèves déjà décro­cheurs ne reviennent pas. « Plus les élèves sont défa­vo­ri­sés et plus le contact se perd », regrette-t-il par ailleurs.

 

Le pro­to­cole exi­gera éga­le­ment un sens de cir­cu­la­tion dans les cou­loirs pour évi­ter le bras­sage des élèves. Jusqu’ici, c’é­tait les pro­fes­seurs qui cir­cu­laient entre les classes, explique François Lecointe. Qui se demande com­ment les col­lèges vont s’or­ga­ni­ser pour faire cir­cu­ler des classes de trente élèves.

 

 

Retour en classe facultatif pour les lycéens

 

Concernant les lycées, le retour en classe le 22 juin ne sera pas obli­ga­toire. Alors que les élèves auraient dû pas­ser leur épreuve de phi­lo­so­phie à la mi-juin, la plu­part d’entre eux ont déjà ter­miné l’an­née. Les ensei­gnants ne sont pas pour autant en vacances. « Actuellement, on orga­nise les jurys pour faire pas­ser les oraux de rat­tra­page », explique Corine Baffert, secré­taire du Snes 38 et par ailleurs ensei­gnante de lettres dans un lycée voi­ron­nais.

 

Julien Morceli

 

 

Ouverture Musée Champollion
commentez lire les commentaires
2721 visites | 0 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.