Vingt ans après sa sortie de terre, la patinoire Polesud de Grenoble se fait une cure énergétique

sep article

Offres de locations exceptionnelles aux 2 Alpes

 

REPORTAGE VIDÉO – Les travaux entamés fin avril 2020 pour redonner un nouveau souffle à la patinoire Polesud se poursuivent. Réhabilitation énergétique des installations techniques, requalification de la dalle froide de la petite arène, éclairage de la grande piste… Autant d’améliorations visant l’exploitation écoresponsable d’un équipement accueillant annuellement près de 400 000 personnes. 

 

 

© Joël Kermabon - Place Gre'net

© Joël Kermabon – Place Gre’net

« La pati­noire Polesud est le troi­sième équi­pe­ment le plus fré­quenté de la Métropole. Nous nous devions d’ef­fec­tuer ces tra­vaux pour dis­po­ser d’un équi­pe­ment à nou­veau au top. » Ce lundi 25 mai 2020, Christophe Ferrari, le pré­sident de la Métropole, invi­tait la presse à visi­ter les tra­vaux menés dans l’en­ceinte de la pati­noire depuis fin avril.

 

L’occasion pour l’élu accom­pa­gné de Yannick Belle, vice-pré­sident en charge du sport, de faire un point d’é­tape. Notamment concer­nant la réha­bi­li­ta­tion éner­gé­tique enga­gée par la Métropole, cen­sée don­ner un nou­veau souffle à cet équi­pe­ment sorti de terre en 2001.

 

À terme, ces tra­vaux dotés d’un bud­get de 3,3 mil­lions d’eu­ros « devraient per­mettre d’assurer l’ex­ploi­ta­tion pour les vingt à trente pro­chaines années », garan­tit la Métropole. Quant aux joueurs des Brûleur de loups et des autres clubs, ils pour­ront pro­fi­ter de leur nou­velle glace dès le début de l’au­tomne 2020. De quoi éga­le­ment satis­faire, avec de meilleures condi­tions d’ac­cueil, les quelque 400 000 ama­teurs de hockey fré­quen­tant annuel­le­ment cet équi­pe­ment spor­tif majeur.

 

 

Une refonte des systèmes de production de froid et de traitement de l’air

 

Depuis 2001, beau­coup d’eau a coulé dans les cana­li­sa­tions de refroi­dis­se­ment de ce temple du hockey sur glace. Les tech­no­lo­gies évo­luant, il était grand temps de réha­bi­li­ter la pati­noire. « Vingt ans après sa construc­tion, elle deve­nait obso­lète », jus­ti­fie Christophe Ferrari. « Aujourd’hui, on peut pro­duire en consom­mant moins d’éner­gie, moins de fluides. Mais aussi moins de pro­duits dan­ge­reux tels l’am­mo­niac et en rédui­sant les gaz à effet de serre », explique-t-il.

 

Les travaux se poursuivent sur la grande piste de la patinoire. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Les tra­vaux se pour­suivent sur la grande piste de la pati­noire. © Joël Kermabon – Place Gre’net

 

L’objectif de ce grand coup de neuf ? « Améliorer les per­for­mances de la pati­noire pour dis­po­ser d’un équi­pe­ment tota­le­ment éco­res­pon­sable per­met­tant de consom­mer le moins d’éner­gie pos­sible. »  Comment ? Grâce au rem­pla­ce­ment des sys­tèmes de trai­te­ment de l’air et de pro­duc­tion de froid par des ins­tal­la­tions plus per­for­mantes au plan éner­gé­tique. Dans le même temps, les tra­vaux incluent la réfec­tion de la dalle de la piste ludique et la modi­fi­ca­tion de l’é­clai­rage de la pati­noire accueillant le public les soirs de grands matchs.

 

Accueillir des évènements sportifs à rayonnement international

 

« La pati­noire sera ainsi prête à accueillir des évè­ne­ments spor­tifs à rayon­ne­ment inter­na­tio­nal », se féli­cite la Métro. Tout comme ce fut le cas, ces trois pré­cé­dentes années, avec les
Inter­na­tio­naux de France de pati­nage.

 

Retour en images sur cette visite effec­tuée dans le res­pect des mesures pré­co­ni­sées pour faire face à la crise sani­taire.

 

 

 

Joël Kermabon

 

 

LA PATINOIRE MÉTROPOLITAINE POLESUD EN QUELQUES CHIFFRES

 

Polesud occupe une sur­face totale de 12 000 mabri­tant deux pistes de glace. L’une dite ludique de 1 500 m2 et l’autre, plus spor­tive, de 1 800 m2. Le tout pour une capa­cité d’ac­cueil de plus de  2 000 pati­neurs et une jauge pou­vant ras­sem­bler 4 200 spec­ta­teurs dont 3 500 assis sur ses gra­dins. Plus de 70 évé­ne­ments spor­tifs et cultu­rels, dont cer­tains d’am­pleur inter­na­tio­nale, y sont orga­ni­sés chaque année.

 

L'ancien joueur des Brûleurs de Loups Alexandre Texier a fait ses débuts en NHL avec Columbus le 5 avril. © Laurent Geni

les Brûleurs de loups à l’œuvre sur la glace de la pati­noire Polesud. © Laurent Genin – Place Gre’net

Côté clubs spor­tifs, Polesud, accueille un centre de for­ma­tion de haut niveau et les hockeyeurs pro­fes­sion­nels et ama­teurs des Brûleurs de loups (500 licen­ciés).

 

Mais ce n’est pas tout. Les 500 licen­ciés du club de pati­nage  artis­tique Grenoble Isère Métropole pati­nage (Gimp) évo­luent éga­le­ment sur ses pistes. Sans oublier la cen­taine d’adhé­rents du club de pati­nage de vitesse sur piste courte (short track) du Club de glace de l’amicale laïque d’Échirolles.

Offres de locations exceptionnelles aux 2 Alpes
commentez lire les commentaires
2686 visites | 0 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.