Le CHU Grenoble, toujours sur le pied de guerre face au Covid-19, peut réaliser jusqu’à 700 tests par jour

sep article



 

FIL INFO – Nouveau point de situation du CHU Grenoble-Alpes alors que le déconfinement est actif depuis le lundi 11 mai. Le Chuga maintient trois unités d’accueil pour des patients Covid à Grenoble et affiche une forte capacité de réalisation de tests par semaine. Le tout en continuant d’accueillir du public pour les autres spécialités et consultations, avec toutes les précautions d’usage face au coronavirus.

 

 

Quelle est la situa­tion du Chuga alors que le décon­fi­ne­ment est en route depuis le lundi 11 mai ? « La reprise d’activité au CHU Grenoble Alpes sera maî­tri­sée, pro­gres­sive et adap­tée à toute nou­velle vague de patients covid+ », indique l’é­ta­blis­se­ment dans un nou­veau point d’é­tape. Trois uni­tés d’hos­pi­ta­li­sa­tion (contre cinq au plus fort de la crise) demeurent dédiées aux patients Covid. Auxquelles s’a­joutent deux uni­tés au centre hos­pi­ta­lier de Voiron.

 

Covid-19 : le CHU Grenoble peut réaliser 700 tests par jour. Le CHU Grenoble Alpes © Florent Mathieu - Place Gre'net

Le CHU Grenoble Alpes. © Florent Mathieu – Place Gre’net

 

Le Chuga met aussi en avant « une forte capa­cité de pré­lè­ve­ment et d’analyse ». Son labo­ra­toire de viro­lo­gie est actuel­le­ment en mesure de réa­li­ser jus­qu’à 700 tests par jour. « Quatre autres struc­tures sur le bas­sin gre­no­blois réa­lisent des tests de diag­nos­tic du Covid par PCR* », note encore le Chuga. Au total : 12 000 à 15 000 tests seraient réa­li­sables chaque semaine. Soit le double des objec­tifs fixés par le gou­ver­ne­ment au niveau des ter­ri­toires.

 

 

Un accueil du public sous haute précaution

 

Si l’at­ten­tion reste por­tée sur le Covid-19, le Chuga affirme garan­tir l’ac­cès à toutes ses spé­cia­li­tés et assu­rer le suivi des patients chro­niques. « Des salles de bloc opé­ra­toires sont ouvertes afin d’assurer les opé­ra­tions chi­rur­gi­cales néces­si­tant une prise en charge rapide », pré­cise en outre l’é­ta­blis­se­ment.

 

Le port du masque est obligatoire au CHU Grenoble Alpes © Anissa Duport-Levanti - Place Gre'net

Le port du masque est obli­ga­toire au CHU Grenoble Alpes. © Anissa Duport-Levanti – Place Gre’net

 

Le CHU indique par ailleurs conti­nuer à pri­vi­lé­gier la télé­con­sul­ta­tion dans le cadre de la prise en charge des patients. Il est tou­te­fois natu­rel­le­ment pos­sible de se rendre sur place. Des points d’ac­cueil ont ainsi été mis en place dès le 11 mai.

 

Les règles sont strictes : port du masque (chi­rur­gi­cal ou grand public) obli­ga­toire, net­toyage des mains au gel hydro­al­coo­lique avant d’en­trer dans un bâti­ment, et res­pect de la dis­tan­cia­tion phy­sique. Enfin, les per­sonnes accom­pa­gnantes sont inter­dites. De même que les visites, sauf déro­ga­tion sur avis médi­cal.

 

Florent Mathieu

 

  • * Le test diag­nos­tique dit PCR (poly­me­rase chain reac­tion) ou viro­lo­gique consiste en un pré­lè­ve­ment naso-pha­ryngé qui se fait à l’aide d’un petit écou­villon inséré dans le nez.

 

Pays Voironnais, un jour, une activité
commentez lire les commentaires
3872 visites | 2 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 2
  1. Il est aujourd’­hui ques­tion de 25 nou­veaux clus­ters, avec des loca­li­sa­tions aussi glo­bales que « 3 en Auvergne-Rhone-Alpes ».
    Avez-vous connais­sance des la loca­li­sa­tion de ces 3 clus­ters dans notre région ? Combien y’en a t‑il déjà (puis qu’ils sont nou­veaux ceux-là) et où sont-ils ?
    L’Etat cache-t-il volon­tai­re­ment les loca­li­sa­tions un peu plus pré­cises de ces clus­ters (et des autres ?).

    sep article
    • MB

      17/05/2020
      16:12

      Nous avons en effet demandé dès le début de la crise sani­taire à l’a­gence régio­nale de santé le détail du nombre de cas par com­mune sans jamais obte­nir de réponse. Nous n’a­vons pas pu obte­nir de don­nées plus pré­cises que celles à l’é­chelle dépar­te­men­tale. Il semble en effet qu’il y ait une volonté de ne pas les com­mu­ni­quer à la presse et donc au grand public.

      sep article