À Grenoble : un premier conseil municipal “confiné” mais émaillé de débats

sep article



 

FOCUS – Le premier conseil municipal “confiné” de Grenoble s’est tenu en visioconférence lundi 20 avril. Les élus ont pu valider les actions mises en place par la Ville de Grenoble depuis les premières mesures de confinement. L’occasion pour l’élu d’opposition Guy Tuscher de demander plus à la Ville. Et pour le conseiller municipal Alain Carignon, autoproclamé « premier opposant », de la juger pusillanime.

 

 

Dans la forme comme dans le fond, le conseil muni­ci­pal de Grenoble du lundi 20 avril n’a res­sem­blé à aucun autre. Pour la pre­mière fois de son his­toire, la réunion men­suelle entre élus se dérou­lait entiè­re­ment en vidéo-confé­rence. Confinement oblige, c’est via la pla­te­forme StarLeaf que le maire de Grenoble a fait face aux membres de la majo­rité comme de l’op­po­si­tion. Quitte à se voir attri­buer par le site de visio­con­fé­rence le sta­tut sin­gu­lier de « pré­sen­ta­teur ».

 

Éric Piolle est le « présentateur » du conseil municipal en visio-conférence de Grenoble.

Éric Piolle, « pré­sen­ta­teur » du conseil muni­ci­pal en visio-confé­rence de Grenoble.

 

À l’ordre du jour, une seule déli­bé­ra­tion d’ad­mi­nis­tra­tion géné­rale : les « actions mises en place par la Ville face à la pan­dé­mie ». Les conseillers muni­ci­paux étaient ainsi invi­tés à vali­der les ini­tia­tives prises par la muni­ci­pa­lité depuis la mi-mars. Des ini­tia­tives dont les pré­si­dents des groupes poli­tiques avaient été régu­liè­re­ment infor­més par le maire. Qui a par ailleurs pré­senté ces mêmes mesures lors de ses points d’é­tape avec la presse.

 

 

Guy Tuscher attend plus de la Ville

 

L’union com­mu­nale est-elle au ren­dez-vous ? Certes, aucun élu ne conteste la néces­sité des actions menées par la Ville. Pour autant, Mireille d’Ornano fait preuve d’un opti­misme débor­dant en jugeant que « devant l’ad­ver­sité, il n’y a plus vrai­ment de diver­gences poli­tiques ». Car, sans sur­prise, l’élu “dis­si­dent” Guy Tuscher et le can­di­dat aux muni­ci­pales de Grenoble Alain Carignon se sont tous deux rap­pe­lés au bon sou­ve­nir d’Éric Piolle.

 

Grenoble : un conseil municipal “confiné” mais animé. Guy Tuscher demande à la Ville d'aller plus loin pour les publics les plus précaires.

Guy Tuscher demande à la Ville d’al­ler plus loin pour les publics les plus pré­caires.

 

[…]
La suite du contenu est réservé aux abon­nés

Connectez vous…

Veuillez vous connec­ter pour accé­der à cette page.
S’inscrire

 

…ou choi­sis­sez votre abon­ne­ment ci-des­sous !

A la rentrée, (re)mettez-vous en selle en toute sécurité : Grenoble-Alpes Métropole compte plus de 450 km de pistes cyclables.
commentez lire les commentaires
3814 visites | 2 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 2
  1. Premier coup d’é­clat sur le che­min du sau­ve­tage de la pla­nète pen­dant que d’autres trouvent des solu­tions pour appro­vi­sion­ner ou fabri­quer des masques : la demande au pré­fet de pou­voir ré-ouvrir les mer­ce­ries.
    Hyper impres­sion­nant de la part d’un ex cadre en logis­tique.

    sep article
  2. J’adore la brosse à reliure per­ma­nente concer­nant le tra­vail des « ser­vices ». J’aimerai pour­tant connaître le nombre d’a­gents publics qui sont en arrêt mala­die depuis le début du confi­ne­ment, et sur­tout connaître le nombre d’employés muni­ci­paux en début et en fin de man­dat.
    D’autre part les élus peuvent dire ce qu’ils veulent mais où se trouve l’in­for­ma­tion concer­nant l’é­tat des EHPAD muni­ci­paux, la situa­tion des centres d’hé­ber­ge­ment, des sdf, etc.
    Au fond, cette situa­tion doit faire plai­sir aux par­ti­sans de la décrois­sance puni­tive.

    sep article