Festival numérique, plateforme ou groupe d’entraide… Grenoble fait face au confinement

sep article



 

FOCUS — Comment mieux vivre le confinement face au coronavirus ? La Ville de Grenoble lance à partir du vendredi 20 mars un « festival en ligne » baptisé Fête comme chez vous. Le principe : des publications quotidiennes sur la page Facebook de la Ville pour accompagner le rythme des journées. Autre initiative : une plateforme pour favoriser l’entraide entre voisins. Tandis qu’un groupe Facebook propose lui aussi aux Grenoblois confinés de s’organiser et s’entraider.

 

 

Un « fes­ti­val en ligne » gra­tuit, public et quo­ti­dien ? C’est ce que pro­met la Ville de Grenoble avec « Fête comme chez vous », une série de publi­ca­tions sur sa page Facebook qui sera lan­cée à comp­ter du ven­dredi 20 mars. Objectif, selon la muni­ci­pa­lité ? Faire en sorte que les Grenoblois « conti­nuent de se culti­ver, de par­ta­ger et de se ren­con­trer ». Le tout en res­tant à leur domi­cile, règles de confi­ne­ment obligent.

 

Un “festival” web et une plateforme d'entraide à Grenoble. Outre le festival numérique « Fête comme chez vous », la Ville de Grenoble annonce que l'inscription à la numothèque Grenoble Alpes est désormais possible en ligne.

Outre le fes­ti­val numé­rique « Fête comme chez vous », la Ville de Grenoble annonce que l’ins­crip­tion à la numo­thèque Grenoble Alpes est désor­mais pos­sible en ligne.

 

Au menu de la pro­gram­ma­tion du « fes­ti­val » numé­rique ? « Découverte d’artistes et d’œuvres, ate­liers à dis­tance, films, spec­tacles en ligne, acti­vi­tés spor­tives et créa­tives… », évoque la Ville. Le tout réa­lisé par ses ser­vices, en par­te­na­riat avec des asso­cia­tions et des habi­tants. Des exemples ? Une « cap­sule sport » le matin, des tuto­riels créa­tifs ou culi­naires en fin de mati­née, ou une séance « art et essai jeune public » à l’heure du goû­ter.

 

De quoi per­mettre aux Grenoblois (et aux autres) de vivre le mieux pos­sible une situa­tion de confi­ne­ment qui per­turbe gran­de­ment leurs habi­tudes. À cet effet, la Ville signale que l’ins­crip­tion (gra­tuite) sur la Numothèque Grenoble-Alpes peut désor­mais être réa­li­sée en ligne. Avec, à la clé, l’ac­cès à des mil­liers de res­sources cultu­relles, depuis des livres en for­mat numé­rique à des films, des titres de presse ou des modules de for­ma­tion.

 

 

Une plateforme d’entraide entre voisins

 

Face au confi­ne­ment, la Ville ne veut pas oublier les actions de soli­da­rité. Et annonce le lan­ce­ment de Grenoble voi­sins voi­sines. Non pas une ver­sion isé­roise du sit­com dif­fusé par la Cinq à la fin des années 80, mais une page en ligne per­met­tant aux Grenoblois de pro­po­ser leur aide ou d’en deman­der. Les règles de confi­ne­ment peuvent en effet affec­ter gran­de­ment la vie quo­ti­dienne des per­sonnes ou des ménages les plus fra­giles.

 

Une plateforme d'entraide à Grenoble. Le confinement peut se révéler très difficile pour les personnes fragiles, notamment les personnes âgés © Place Gre'net

Le confi­ne­ment peut se révé­ler très dif­fi­cile pour les per­sonnes fra­giles, notam­ment les per­sonnes âgés © Place Gre’net

 

Objectif ? « Lutter contre le virus en créant un sys­tème d’entraide qui per­met­tra d’améliorer le quo­ti­dien des habi­tant-es, de réduire la soli­tude liée aux mesures de confi­ne­ment et de ren­for­cer les liens de soli­da­ri­tés envers les plus fra­giles », décrit la Ville de Grenoble. Le tout en créant des « boucles de soli­da­ri­tés entre habi­tants », autour par exemple d’as­sis­tance aux devoirs ou d’aide pour les courses, entre voi­sins d’im­meuble ou de quar­tier

 

 

Solidarité à l’échelle locale ou dématérialisée

 

Confinement oblige, l’am­pli­tude géo­gra­phique des demandes et pro­po­si­tions est par nature extrê­me­ment res­treinte. « Ces soli­da­ri­tés seront […] pen­sées à l’échelle de chaque adresse, grâce à un sys­tème pré­cis de géo­lo­ca­li­sa­tion pour les néces­si­tés », explique la Ville. Autre solu­tion : une forme d’en­traide déma­té­ria­li­sée. Appeler des per­sonnes âgées pour lut­ter contre l’i­so­le­ment ou par­ta­ger des conseils et tuto­riels consti­tuent autant de ser­vices d’en­traide.

 

Entraide à Grenoble. La plateforme géolocalise les aides. Ici, les solutions de courses de première nécessité sur le (grand) quartier Berriat. © Ville de Grenoble

La pla­te­forme géo­lo­ca­lise les aides. Ici, les solu­tions de courses de pre­mière néces­sité sur le (grand) quar­tier Berriat. © Ville de Grenoble

 

Si l’ou­til se veut « souple et évo­lu­tif », il n’en répond pas moins à des règles pré­cises. La pre­mière étant que les ser­vices pro­po­sés doivent être tota­le­ment gra­tuits. « Toute tari­fi­ca­tion des ser­vices pro­po­sés est inter­dite, des pla­te­formes pri­vées pro­po­sant déjà ces solu­tions », insiste la Ville de Grenoble. Les annonces seront modé­rées par des agents muni­ci­paux volon­taires, afin de pré­ve­nir tout abus.

 

 

Un groupe Facebook « Entraide confinement »

 

Comment fonc­tionne la pla­te­forme ? Deux caté­go­ries dis­tinctes existent : « Je pro­pose mon aide » et « J’ai besoin d’aide ». La pre­mière pro­pose de rem­plir un for­mu­laire, la deuxième pour sa part ren­voie sur les aides pro­po­sées, via mot clé ou choix de caté­go­rie et de quar­tier. En ligne depuis quelques heures, la pla­te­forme compte déjà quelques dizaines de pro­po­si­tions, majo­ri­tai­re­ment concen­trées dans les zones du centre-ville. En atten­dant de s’é­tof­fer sur le reste de la com­mune ?

 

Le groupe Entraide confinement Grenoble et alentours a été créé le mardi 17 mars © Capture d'écran Facebook

Le groupe Entraide confi­ne­ment Grenoble et alen­tours a été créé le mardi 17 mars. © Capture d’é­cran Facebook

 

À noter qu’un groupe Facebook moins ins­ti­tu­tion­nel a éga­le­ment vu le jour le mardi 17 mars. Baptisé « Entraide confi­ne­ment Grenoble et alen­tours », le groupe dif­fuse des infor­ma­tions pra­tiques sur les mesures de confi­ne­ment, des mes­sages de soli­da­rité, ou sim­ple­ment des témoi­gnages de ses membres. Le suc­cès semble au ren­dez-vous : en qua­rante-huit heures, le groupe public a enre­gis­tré plus de 500 ins­crits.

 

Florent Mathieu

 

 

AIDONS NOS SOIGNANTS 38, UN APPEL AUX JEUNES BÉNÉVOLES

 

Aidons Nos Soignants 38 (#38ANS) lance un appel aux #béné­voles, sur l’ag­glo­mé­ra­tion gre­no­bloise et plus lar­ge­ment. Objectif : assu­rer la garde à domi­cile des enfants du per­son­nel soi­gnant et de tout pro­fes­sion­nel œuvrant dans les hôpi­taux, les éta­blis­se­ments de santé, etc.

 

« Ces pro­fes­sion­nels ont plus que jamais besoin de la soli­da­rité citoyenne pour conti­nuer à sau­ver des vies », rap­pellent en effet Camille Chaussinand et Laura Mery, à l’i­ni­tia­tive de ce dis­po­si­tif.

 

Sont recherchées des personnes jeunes ayant déjà gardé des enfants

 

Prérequis ? Avoir entre 18 et 30 ans, être en bonne santé et avoir une expé­rience dans la garde d’en­fants. Après un entre­tien préa­lable, ces béné­voles rece­vront ensuite une for­ma­tion aux gestes d’hygiène à adop­ter avec les enfants, orga­ni­sée par le CHU. Ils seront éga­le­ment équi­pés de masques.


Plus d’information, n’hésitez pas à contac­ter le dis­po­si­tif d’aide : aidonsnossoignants38@gmail.com.
Tél. 07 69 66 81 98

S’inscrire ici

 

commentez lire les commentaires
5391 visites | 0 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.