Festival numérique, plateforme ou groupe d’entraide… Grenoble fait face au confinement

sep article



 

FOCUS — Comment mieux vivre le confinement face au coronavirus ? La Ville de Grenoble lance à partir du vendredi 20 mars un « festival en ligne » baptisé Fête comme chez vous. Le principe : des publications quotidiennes sur la page Facebook de la Ville pour accompagner le rythme des journées. Autre initiative : une plateforme pour favoriser l’entraide entre voisins. Tandis qu’un groupe Facebook propose lui aussi aux Grenoblois confinés de s’organiser et s’entraider.

 

 

Un « fes­ti­val en ligne » gra­tuit, public et quo­ti­dien ? C’est ce que pro­met la Ville de Grenoble avec « Fête comme chez vous », une série de publi­ca­tions sur sa page Facebook qui sera lan­cée à comp­ter du ven­dredi 20 mars. Objectif, selon la muni­ci­pa­lité ? Faire en sorte que les Grenoblois « conti­nuent de se culti­ver, de par­ta­ger et de se ren­con­trer ». Le tout en res­tant à leur domi­cile, règles de confi­ne­ment obligent.

 

Un “festival” web et une plateforme d'entraide à Grenoble. Outre le festival numérique « Fête comme chez vous », la Ville de Grenoble annonce que l'inscription à la numothèque Grenoble Alpes est désormais possible en ligne.

Outre le fes­ti­val numé­rique « Fête comme chez vous », la Ville de Grenoble annonce que l’ins­crip­tion à la numo­thèque Grenoble Alpes est désor­mais pos­sible en ligne.

 

Au menu de la pro­gram­ma­tion du « fes­ti­val » numé­rique ? « Découverte d’artistes et d’œuvres, ate­liers à dis­tance, films, spec­tacles en ligne, acti­vi­tés spor­tives et créa­tives… », évoque la Ville. Le tout réa­lisé par ses ser­vices, en par­te­na­riat avec des asso­cia­tions et des habi­tants. Des exemples ? Une « cap­sule sport » le matin, des tuto­riels créa­tifs ou culi­naires en fin de mati­née, ou une séance « art et essai jeune public » à l’heure du goû­ter.

 

De quoi per­mettre aux Grenoblois (et aux autres) de vivre le mieux pos­sible une situa­tion de confi­ne­ment qui per­turbe gran­de­ment leurs habi­tudes. À cet effet, la Ville signale que l’ins­crip­tion (gra­tuite) sur la Numothèque Grenoble-Alpes peut désor­mais être réa­li­sée en ligne. Avec, à la clé, l’ac­cès à des mil­liers de res­sources cultu­relles, depuis des livres en for­mat numé­rique à des films, des titres de presse ou des modules de for­ma­tion.

 

 

Une plateforme d’entraide entre voisins

 

Face au confi­ne­ment, la Ville ne veut pas oublier les actions de soli­da­rité. Et annonce le lan­ce­ment de Grenoble voi­sins voi­sines. Non pas une ver­sion isé­roise du sit­com dif­fusé par la Cinq à la fin des années 80, mais une page en ligne per­met­tant aux Grenoblois de pro­po­ser leur aide ou d’en deman­der. Les règles de confi­ne­ment peuvent en effet affec­ter gran­de­ment la vie quo­ti­dienne des per­sonnes ou des ménages les plus fra­giles.

 

Une plateforme d'entraide à Grenoble. Le confinement peut se révéler très difficile pour les personnes fragiles, notamment les personnes âgés © Place Gre'net

Le confi­ne­ment peut se révé­ler très dif­fi­cile pour les per­sonnes fra­giles, notam­ment les per­sonnes âgés © Place Gre’net

 

Objectif ? « Lutter contre le virus en créant un sys­tème d’entraide qui per­met­tra d’améliorer le quo­ti­dien des habi­tant-es, de réduire la soli­tude liée aux mesures de confi­ne­ment et de ren­for­cer les liens de soli­da­ri­tés envers les plus fra­giles », décrit la Ville de Grenoble. Le tout en créant des « boucles de soli­da­ri­tés entre habi­tants », autour par exemple d’as­sis­tance aux devoirs ou d’aide pour les courses, entre voi­sins d’im­meuble ou de quar­tier

 

 

Solidarité à l’échelle locale ou dématérialisée

 

Confinement oblige, l’am­pli­tude géo­gra­phique des demandes et pro­po­si­tions est par nature extrê­me­ment res­treinte. « Ces soli­da­ri­tés seront […] pen­sées à l’échelle de chaque adresse, grâce à un sys­tème pré­cis de géo­lo­ca­li­sa­tion pour les néces­si­tés », explique la Ville. Autre solu­tion : une forme d’en­traide déma­té­ria­li­sée. Appeler des per­sonnes âgées pour lut­ter contre l’i­so­le­ment ou par­ta­ger des conseils et tuto­riels consti­tuent autant de ser­vices d’en­traide.

 

Entraide à Grenoble. La plateforme géolocalise les aides. Ici, les solutions de courses de première nécessité sur le (grand) quartier Berriat. © Ville de Grenoble

La pla­te­forme géo­lo­ca­lise les aides. Ici, les solu­tions de courses de pre­mière néces­sité sur le (grand) quar­tier Berriat. © Ville de Grenoble

 

Si l’ou­til se veut « souple et évo­lu­tif », il n’en répond pas moins à des règles pré­cises. La pre­mière étant que les ser­vices pro­po­sés doivent être tota­le­ment gra­tuits. « Toute tari­fi­ca­tion des ser­vices pro­po­sés est inter­dite, des pla­te­formes pri­vées pro­po­sant déjà ces solu­tions », insiste la Ville de Grenoble. Les annonces seront modé­rées par des agents muni­ci­paux volon­taires, afin de pré­ve­nir tout abus.

 

 

Un groupe Facebook « Entraide confinement »

 

Comment fonc­tionne la pla­te­forme ? Deux caté­go­ries dis­tinctes existent : « Je pro­pose mon aide » et « J’ai besoin d’aide ». La pre­mière pro­pose de rem­plir un for­mu­laire, la deuxième pour sa part ren­voie sur les aides pro­po­sées, via mot clé ou choix de caté­go­rie et de quar­tier. En ligne depuis quelques heures, la pla­te­forme compte déjà quelques dizaines de pro­po­si­tions, majo­ri­tai­re­ment concen­trées dans les zones du centre-ville. En atten­dant de s’é­tof­fer sur le reste de la com­mune ?

 

Le groupe Entraide confinement Grenoble et alentours a été créé le mardi 17 mars © Capture d'écran Facebook

Le groupe Entraide confi­ne­ment Grenoble et alen­tours a été créé le mardi 17 mars. © Capture d’é­cran Facebook

 

À noter qu’un groupe Facebook moins ins­ti­tu­tion­nel a éga­le­ment vu le jour le mardi 17 mars. Baptisé « Entraide confi­ne­ment Grenoble et alen­tours », le groupe dif­fuse des infor­ma­tions pra­tiques sur les mesures de confi­ne­ment, des mes­sages de soli­da­rité, ou sim­ple­ment des témoi­gnages de ses membres. Le suc­cès semble au ren­dez-vous : en qua­rante-huit heures, le groupe public a enre­gis­tré plus de 500 ins­crits.

 

Florent Mathieu

 

 

AIDONS NOS SOIGNANTS 38, UN APPEL AUX JEUNES BÉNÉVOLES

 

Aidons Nos Soignants 38 (#38ANS) lance un appel aux #béné­voles, sur l’ag­glo­mé­ra­tion gre­no­bloise et plus lar­ge­ment. Objectif : assu­rer la garde à domi­cile des enfants du per­son­nel soi­gnant et de tout pro­fes­sion­nel œuvrant dans les hôpi­taux, les éta­blis­se­ments de santé, etc.

 

« Ces pro­fes­sion­nels ont plus que jamais besoin de la soli­da­rité citoyenne pour conti­nuer à sau­ver des vies », rap­pellent en effet Camille Chaussinand et Laura Mery, à l’i­ni­tia­tive de ce dis­po­si­tif.

 

Sont recherchées des personnes jeunes ayant déjà gardé des enfants

 

Prérequis ? Avoir entre 18 et 30 ans, être en bonne santé et avoir une expé­rience dans la garde d’en­fants. Après un entre­tien préa­lable, ces béné­voles rece­vront ensuite une for­ma­tion aux gestes d’hygiène à adop­ter avec les enfants, orga­ni­sée par le CHU. Ils seront éga­le­ment équi­pés de masques.


Plus d’information, n’hésitez pas à contac­ter le dis­po­si­tif d’aide : aidonsnossoignants38@gmail.com.
Tél. 07 69 66 81 98

S’inscrire ici

 

Paysage>Paysages saison 04 été 2020 : spectacles expositions expériences en plein air en Isère
commentez lire les commentaires
4929 visites | 0 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.