Plus d’un millier de personnes ont manifesté pour les droits des femmes dimanche à Grenoble

sep article

 

REPORTAGE VIDÉO – Ce dimanche 8 mars, une manifestation à rassemblé plus d’un millier de personnes pour la Journée internationale des droits des femmes à Grenoble. Une journée pour « briser le silence » sur les violences sexistes et sexuelles, les féminicides et pour libérer la parole. Mais aussi pour dénoncer, entre autres griefs, la réforme des retraites en prenant notamment à partie la députée Émilie Chalas.

 

 

© Joël Kermabon - Place Gre'net

© Joël Kermabon – Place Gre’net

Ce dimanche 8 mars vers 14 heures, les abords de l’hô­pi­tal couple-enfant du CHU de Grenoble com­men­çaient peu à peu à s’a­ni­mer. Chaque rame de tram­way déver­sait régu­liè­re­ment des groupes venant se mêler aux femmes et aux hommes déjà pré­sents. Beaucoup arbo­raient la cou­leur vio­lette, le code ves­ti­men­taire de la mani­fes­ta­tion qui se pré­pa­rait.

 

À l’oc­ca­sion de la Journée inter­na­tio­nale des droits des femmes, un col­lec­tif d’or­ga­ni­sa­tions* fémi­nistes, syn­di­cales et poli­tiques appe­lait les femmes à faire la grève et à mani­fes­ter pour leurs droits. Une manière de démon­trer que, sans elles, « rien ne tourne, ni l’é­co­no­mie ni la vie de tous les jours », indi­quait le tract dis­tri­bué sur place.

 

Ainsi 1 500 per­sonnes – 1 100 pour la police – ont défilé dans Grenoble à par­tir du CHU jus­qu’à la place Saint-André. Une mani­fes­ta­tion très ani­mée ponc­tuée par de nom­breux chants et slo­gans illus­trant la diver­sité des luttes fémi­nistes.

 

 

« L’immense colère » suscitée par la remise d’un César au réalisateur Roman Polanski

 

Les pan­cartes bran­dies par les mani­fes­tantes illus­traient, sou­vent avec humour, des mots d’ordres mul­tiples, mar­quant, « la conver­gence des dyna­miques fémi­nistes ». Si les vio­lences sexistes et sexuelles et les fémi­ni­cides étaient au centre de la mobi­li­sa­tion, d’autres reven­di­ca­tions y figu­raient. Notamment « la PMA pour tous.tes » et la for­ma­tion des per­son­nels médi­caux pour évi­ter les « vio­lences gyné­co­lo­giques et obs­té­tri­cales ». Sans omettre l’é­ra­di­ca­tion des « dis­cri­mi­na­tions sexistes, racistes, isla­mo­phobes et LGBTphobes » et « la fin des vio­lences patriar­cales »

 

© Joël Kermabon - Place Gre'net

© Joël Kermabon – Place Gre’net

 

Mais pas seule­ment. Les fémi­nistes réclament aussi la fin des inéga­li­tés de salaire ou encore le retrait de la réforme des retraites. Le tout com­plété par « l’im­mense colère » sus­ci­tée par la remise d’un César au réa­li­sa­teur Roman Polanski, visé par des accu­sa­tions de viol. Autant de thèmes visant à « bri­ser le silence » et à dénon­cer toutes les vio­lences faites aux femmes. Ce trois mois après les mani­fes­ta­tions qui ont mar­qué la fin du Grenelle ini­tié par le gou­ver­ne­ment, consa­cré à la lutte contre les vio­lences conju­gales.

 

 

Émilie Chalas décrétée persona non grata sur la manifestation

 

Au cours des prises de parole pré­cé­dant le départ, l’or­ga­ni­sa­tion remar­quant la pré­sence d’Émilie Chalas l’a prise à par­tie. Notamment lors de l’é­vo­ca­tion de la réforme des retraites vou­lue par le gou­ver­ne­ment En marche, parti de la can­di­date. « On se demande un peu ce que font les gens d’Émilie Chalas dans cette mani­fes­ta­tion », a lancé au micro une mili­tante saluée par des huées visant la dépu­tée.

 

Chorégraphie de « Le violeur c'est toi », un slam féministe repris un peu partout dans le monde. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Chorégraphie de « Le vio­leur c’est toi », slam fémi­niste repris un peu par­tout dans le monde. © Joël Kermabon – Place Gre’net

Autant dire qu’Émilie Chalas n’a guère appré­cié cette mise à l’in­dex, avouant « être cho­quée » par la méthode. En réac­tion, cette der­nière a quitté la mani­fes­ta­tion, non sans dénon­cer « une récu­pé­ra­tion poli­tique scan­da­leuse ». Avant de publier un com­mu­ni­qué jus­ti­fiant la légi­ti­mité de sa pré­sence fus­ti­geant « une mani­fes­ta­tion indigne ».

 

Retour en images sur cette mani­fes­ta­tion ponc­tuée de per­for­mances ins­pi­rées de « Le vio­leur c’est toi ». Un slam fémi­niste créé par le col­lec­tif de femmes chi­liennes LasTesis de Valparaiso dénon­çant les vio­lences sexuelles contre les femmes désor­mais repris dans de nom­breux ras­sem­ble­ments mili­tants.

 

 

 Joël Kermabon

 

 

* Les prin­ci­paux signa­taires de l’ap­pel : Alliance citoyenne, la Chorageuse, Dal38, groupe des colleur·se·s, Nous Toutes 38, Planning fami­lial 38. Et aussi Les Voies d’Elles, CGT Isère, CNT 38, FSU 38, Solidaires 38, Unef, UNL Isère, EELV, Ensemble ! Isère. Sans oublier la France insou­mise, Génération·s, NPA, Pag38, PG 38, PCF 38…

 

Ouverture Musée Champollion
commentez lire les commentaires
3243 visites | 0 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.