Georges Oudjaoudi, candidat écologiste, conduit la liste Solid’Hères à Saint-Martin-d’Hères

sep article

 

FOCUS – Deuxième ville de la métropole, Saint-Martin-d’Hères est à n’en pas douter une des villes à suivre aux prochaines élections municipales. La commune restera-t-elle aux mains des communistes ? Le collectif Solid’Hères souhaite incarner l’alternance de gauche au maire sortant, David Queiros. Avec comme tête de liste, Georges Oudjaoudi, actuel vice-président à la Métro en charge des déchets.

 

 

Georges Oudjaoudi, candidat à la mairie de Saint Martin d'Hères. Ici entouré de quelques uns de ses soutiens devant le local de campagne de la liste Solid'Hères. © Thomas Courtade - Place Gre'net

Georges Oudjaoudi, candidat à la mairie de Saint-Martin-d’Hères, ici entouré de quelques-uns de ses soutiens devant son local de campagne. De gauche à droite, David Pisicchio, Annick Monneret, Georges Oudjaoudi, Denise Faivre et Abdallah Shaiek. © Thomas Courtade – Place Gre’net

 

Comme lors des élections municipales de 2014, il y aura bien deux listes de gauche concurrentes à Saint-Martin-d’Hères en mars prochain. En plus de David Queiros, maire sortant et candidat à sa réélection, c’est un figure politique bien connue qui se lance le défi de mettre fin à 75 ans de communisme dans la commune.

 

Georges Oudjaoudi, 76 ans, conseiller municipal d’opposition, membre d’EELV et par ailleurs vice-président à la Métro en charge des déchets, a pris la tête d’une liste qui se veut « citoyenne et sans étiquette », Solid’Hères.

 

 

Citoyenneté, écologie et solidarité

 

[…]

La suite du contenu est réservé aux abonnés

Connectez vous…

Veuillez vous connecter pour accéder à cette page.
S'inscrire

 

…ou choisissez votre abonnement ci-dessous !

commentez lire les commentaires
2544 visites | 1 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 1
  1. On est en 2020. Non au Grand’ Place bis de D. Queiros qui se croit encore dans les années 70 avec son projet ringard et destructeur qui ne correspond pas aux besoins.

    sep article