Collèges Lucie-Aubrac : l’ancien est déconstruit, les travaux du nouveau, plus sécurisé, vont bientôt débuter

sep article



 

FIL INFO — Le Conseil départemental de l’Isère et la Ville de Grenoble ont visité, mardi 11 février, les deux chantiers des collèges Lucie-Aubrac. Le premier de déconstruction de l’ancien collège incendié en juin 2017. Le second de travaux préparatoires, en attendant le début de la construction prévue pour avril 2021.

 

 

Double visite pour le col­lège Lucie-Aubrac de Grenoble mardi 11 février. En com­pa­gnie de repré­sen­tants de l’Éducation natio­nale, le pré­sident du Département de l’Isère Jean-Pierre Barbier et l’ad­joint aux Écoles de la Ville de Grenoble Fabien Malbet ont visité le chan­tier de décons­truc­tion du col­lège incen­dié en juin 2017. Puis, celui du nou­veau col­lège Lucie-Aubrac, dont l’ou­ver­ture est pré­vue pour la ren­trée de sep­tembre 2021.

 

Visite du chantier du futur collège Lucie-Aubrac © Département de l'Isère

Visite du chan­tier du futur col­lège Lucie-Aubrac. © Département de l’Isère

 

« Le pre­mier coup de pel­le­teuse des tra­vaux pré­pa­ra­toires du chan­tier de construc­tion du nou­veau col­lège Lucie Aubrac a été donné le 6 jan­vier 2020 », indique le Département. Un pre­mier chan­tier de trois mois qui com­prend notam­ment l’ins­tal­la­tion de clô­tures de chan­tier, le dévoie­ment des réseaux d’eau et des ter­ras­se­ments géné­raux. Les tra­vaux du col­lège pro­pre­ment dit doivent, pour leur part, démar­rer en avril 2021.

 

 

Un collège de proximité et mieux sécurisé

 

Quid de l’an­cien col­lège ? « La décons­truc­tion est ter­mi­née, le tri des maté­riaux et concas­sage des bétons est en cours d’a­chè­ve­ment », indique le Département. Par effet de recy­clage autant que de métem­psy­chose, les maté­riaux concas­sés du col­lège détruit « ser­vi­ront à la réa­li­sa­tion de la pla­te­forme du chan­tier de construc­tion du nou­veau col­lège ». La par­celle sera pas la suite enga­zon­née, à l’aide des terres végé­tales extraites du chan­tier de construc­tion.

 

Chantier du site du collège Lucie-Aubrac © Département de l'Isère

Chantier du site du col­lège Lucie-Aubrac. © Département de l’Isère

 

Dessiné par le cabi­net d’ar­chi­tec­ture Atelier Métis, la confi­gu­ra­tion du nou­veau col­lège Lucie-Aubrac a été déci­dée en bonne intel­li­gence avec la Ville de Grenoble, comme avec les habi­tants du quar­tier. Une enquête réa­li­sée par l’Ifop auprès de 2 200 ménages indi­quaient ainsi que les rive­rains sou­hai­taient un col­lège au cœur de leur ter­ri­toire. Et mieux sécu­risé, notam­ment via un sys­tème anti-intru­sion et un ren­for­ce­ment des accès exté­rieurs.

 

« La ques­tion de la sécu­rité a conduit le Département à choi­sir un site plus acces­sible, à proxi­mité de l’avenue La Bruyère, plus connecté sur le monde et donc plus sécu­risé », indique le Conseil dépar­te­men­tal. Qui sou­ligne encore que l’ac­cès des secours sera faci­lité, et que le site sera pro­tégé par une clô­ture plus haute que celle de l’an­cien éta­blis­se­ment. Une pré­sence humaine per­ma­nente sur le site sera éga­le­ment de mise.

 

Florent Mathieu

 

Grenoble Finaliste pour le concours de Capitale Verte
commentez lire les commentaires
2853 visites | 1 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 1
  1. « Une enquête réa­li­sée par l’Ifop auprès de 2 200 ménages indi­quaient ainsi que les rive­rains sou­hai­taient un col­lège au cœur de leur ter­ri­toire. »

    En même temps, poser la ques­tion, c’é­tait y répondre. Ce n’est pas demain la veille que la République ren­trera à nou­veau dans ces « ter­ri­toires ». Pourtant, on entend à tout bout de champ qu’il faut « ouvrir » ces ter­ri­toires sur le reste de la ville. Ce n’est pas en encla­vant un col­lège dans un ghetto qu’on y arri­vera.

    sep article