Revenu de base local, ville post-carbone, services publics renforcés… au programme de la liste Noblecourt

sep article

 

FOCUS – Après avoir dévoilé ses colistiers, Olivier Noblecourt a exposé l’intégralité de son projet pour Grenoble, dans le cadre des municipales, le 30 janvier dernier. Un programme pour une « alternative à gauche » riche de vingt engagements, articulés autour de cinq défis prioritaires. Des « évolutions majeures des politiques publiques », censées apporter, selon la liste Noblecourt, des réponses concrètes aux préoccupations des Grenoblois.

 

 

La liste Noblecourt présentait ce 30 janvier l'intégralilté de son programme. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Le can­di­dat Olivier Noblecourt pré­sen­tait ce 30 jan­vier l’in­té­gra­lité de son pro­gramme. © Joël Kermabon – Place Gre’net

« Notre pro­jet vise à tirer la ville vers le haut et pro­pose un cer­tain nombre d’é­vo­lu­tions majeures des poli­tiques publiques », résu­mait Olivier Noblecourt ce jeudi 30 jan­vier. Jour où le can­di­dat et l’en­semble de sa liste Grenoble nou­vel air (GNA) ont pré­senté l’in­té­gra­lité de leur pro­jet pour les muni­ci­pales à Grenoble.

 

Une pré­sen­ta­tion en forme de mee­ting devant un par­terre de plus d’une cen­taine de per­sonnes, com­posé de sym­pa­thi­sants et de curieux, dans le cadre de l’Ancien musée de pein­ture. Sur la forme, le pro­jet s’ar­ti­cule autour de cinq grandes prio­ri­tés « non hié­rar­chi­sées », pré­cise David Bousquet, en l’oc­cur­rence maître de céré­mo­nie.

 

Les cinq priorité de la liste Noblecourt. © GNA

Les cinq prio­rité de la liste Noblecourt. © GNA

 

À savoir : la vie quo­ti­dienne ; l’in­ves­tis­se­ment dans la jeu­nesse ; la ville post-car­bone à l’heure de l’ur­gence cli­ma­tique ; le ren­for­ce­ment des ser­vices publics pour la mixité sociale et les soli­da­ri­tés ; et, enfin, la capa­cité de « redon­ner confiance aux citoyens en leur ren­dant le pou­voir ». Autant de thé­ma­tiques riches de vingt enga­ge­ments, que plu­sieurs colis­tiers d’Olivier Noblecourt ont pré­sen­tés à l’au­di­toire.

[…]
La suite du contenu est réservé aux abon­nés

Connectez vous…

Veuillez vous connec­ter pour accé­der à cette page.
S’inscrire

 

…ou choi­sis­sez votre abon­ne­ment ci-des­sous !

Musée de Grenoble et ses artistes du XIXe siècle
commentez lire les commentaires
3490 visites | 4 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 4
  1. Je pense que celui qui a trouvé la for­mule « Priorité à la vie quo­ti­dienne » devrait rece­voir la croix du slo­gan le plus intel­li­gent de ces 60 der­nières années.

    sep article
  2. Revenu de base local : sauf erreur, les com­munes n’ont pas la com­pé­tence pour créer ce revenu et se sub­sti­tuer en la matière à la Caf, au Département, à l’État. Ce serait donc illé­gal voire, allons‑y, popu­liste ?

    sep article
  3. On voit les résul­tats obte­nus par M. Noblecourt à son poste de la délé­ga­tion inter­mi­nis­té­rielle à la pré­ven­tion et à la lutte contre la pau­vreté des enfants et des jeunes dans le cadre du gou­ver­ne­ment Macron… Ca fait peur pour Grenoble !

    sep article
  4. Sortir les gens de la pau­vreté se fera en sor­tant Grenoble du marasme, pas en dis­tri­buant du « revenu de base local » pour ache­ter leur vote et les main­te­nir dans cet état.

    sep article