Des syndicats dénoncent des atteintes au droit de grève à l’université Grenoble Alpes

sep article



 

FOCUS – Une trentaine de personnes se sont rassemblées, ce mardi 4 février, devant le bâtiment du Département de la licence sciences et technologies (DLST) du campus de Saint-Martin-d’Hères. En cause ? Les atteintes présumées au droit de grève des personnels et enseignants qui se mobilisent sur le campus depuis le 5 décembre. Les syndicats dénoncent les pressions exercées par les directions de plusieurs composantes pour empêcher la mobilisation.

 

 

Des syndicats dénoncent des atteintes au droit de grève à l'université Grenoble AlpesPrise de parole devant Département de la licence sciences et technologies (DLST) du campus de Saint-Martin-d’Hères. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Prise de parole devant Département de la licence sciences et tech­no­lo­gies (DLST) du cam­pus de Saint-Martin‑d’Hères. © Joël Kermabon – Place Gre’net

Près d’une tren­taine de per­sonnes se sont ras­sem­blées, ce mardi 4 février, devant l’en­trée du Département de la licence sciences et tech­no­lo­gies (DLST) du cam­pus de Saint-Martin-d’Hères.

 

Elles répon­daient ainsi à l’ap­pel d’une inter­syn­di­cale CGT, FSU, Solidaires et FO sou­te­nue par des per­son­nels et étu­diants en grève.

 

En fili­grane, la mobi­li­sa­tion en cours depuis le 5 décembre  contre la réforme des retraites. Mais aussi la loi de pro­gram­ma­tion plu­ri­an­nuelle de la recherche (LPPR) et la pré­ca­rité des étu­diants et des per­son­nels. Pour autant, là ne rési­daient pas les seules rai­sons de ce ras­sem­ble­ment.

 

 

Des atteintes au droit de grève ?

 

« Nous sommes ras­sem­blés parce qu’il y a des atteintes au droit de grève et aux droits fon­da­men­taux des tra­vailleurs à l’université dans plu­sieurs com­po­santes, dont le DLST », explique Gwenaël, res­pon­sable CGT du dépar­te­ment. Cet ensei­gnant-cher­cheur en grève dénonce « les pres­sions et menaces inac­cep­tables exer­cées sur les per­son­nels par les direc­tions de plu­sieurs com­po­santes de l’Université Grenoble-Alpes (UGA) pour empê­cher leur mobi­li­sa­tion ».

 

© Joël Kermabon - Place Gre'net

© Joël Kermabon – Place Gre’net

 

Mais ce n’est pas tout. Le petit groupe reproche éga­le­ment aux dites direc­tions le recru­te­ment de vigiles pri­vés. Ces der­niers ayant pour charge, accusent les gré­vistes, de s’op­po­ser aux dis­tri­bu­tions de tracts syn­di­caux ou aux affi­chages dans les bâti­ments. « Et ce pas plus tard que la semaine der­nière », rap­porte Gwenaël, lors de la Jour­née du lycéen orga­ni­sée le 28 jan­vier au DLST.

[…]
La suite du contenu est réservé aux abon­nés

Connectez vous…

Veuillez vous connec­ter pour accé­der à cette page.
S’inscrire

 

…ou choi­sis­sez votre abon­ne­ment ci-des­sous !

MC2 - A la Vie
commentez lire les commentaires
4237 visites | 1 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 1
  1. Ping : Sexisme à Grenoble | Academia