Pour les fêtes, des parkings seront gratuits plusieurs jours à Grenoble et les transports en commun… un jour

sep article



 

FOCUS – Pour les fêtes de Noël, la Métropole et la société d’économie mixte Park Grenoble Alpes Métropole se montrent très généreux envers les automobilistes. Ces derniers se verront offrir des heures et même des journées entièrement gratuites dans certains parkings du centre-ville. Un peu moins bichonnés, les usagers des transports en commun n’ont toutefois pas été oubliés.

 

 

Nouvelle signalétique dans les parkings de la Métropole, décembre 2019 © Séverine Cattiaux - Place Gre'net

Nouvelle signa­lé­tique dans les par­kings de la Métropole, décembre 2019 © Séverine Cattiaux – Place Gre’net

Pour les fêtes de Noël 2019, le père Noël gre­no­blois a voulu faire plai­sir aux auto­mo­bi­listes. Un geste qui n’est tou­te­fois pas dés­in­té­ressé. Il s’a­git de les inci­ter à venir faire leurs emplettes de Noël à Grenoble… quitte à bra­ver quelques bou­chons.

 

Pour ne pas faire de jaloux, le père Noël gre­no­blois a aussi pensé aux usa­gers des trans­ports en com­mun. Les adeptes des modes doux pour­ront ainsi se dépla­cer gra­tui­te­ment le 14 décembre. Et les same­dis 21 décembre et 4 jan­vier, le ticket Tag SMS sera non seule­ment valable une jour­née com­plète, mais il don­nera accès gra­tui­te­ment aux par­king-relais.

 

 

Les parkings Mistral, Presqu’île, Notre Dame et Victor-Hugo gratuits certains jours

 

Particulièrement chou­chou­tés cette année, les auto­mo­bi­listes vont avoir la pos­si­bi­lité de cumu­ler les jours et les heures de gra­tuité dans les par­kings gre­no­blois à l’oc­ca­sion des fêtes. Ils pour­ront ainsi se garer gra­tui­te­ment dans le par­king Mistral comp­tant 440 places, les mer­credi 18, samedi 21 et dimanche 22 décembre.

 

Modernisation des parkings de la Métropole à l'instar du parking Lafayette, décembre 2019 © Séverine Cattiaux - Place Gre'net

Modernisation des par­kings de la Métropole à l’ins­tar du par­king Lafayette, décembre 2019 © Séverine Cattiaux – Place Gre’net

Le par­king Presqu’île de 450 places sera, lui, gra­tuit du mer­credi 18 au dimanche 22 décembre. Enfin, les auto­mo­bi­listes béné­fi­cie­ront de deux heures de sta­tion­ne­ment gra­tuit dans le par­king Notre Dame de 851 places, les 19 et 20 décembre, ainsi que dans le par­king Victor-Hugo de 677 places, du 18 au 22 décembre.

 

« Ces par­kings ont été choi­sis parce qu’ils sont dans le centre-ville, comptent moins d’a­bon­nés et sont par­fois sous-uti­li­sés », jus­ti­fie Yann Mongaburu, vice-pré­sident de la Métropole délé­gué aux dépla­ce­ments. « En temps nor­mal, et ce depuis 2015, une place de par­king est moins coû­teuse que le sta­tion­ne­ment payant sur la voi­rie », rap­pelle au pas­sage le vice-pré­sident. Pour deux heures de sta­tion­ne­ment au par­king, l’au­to­mo­bi­liste débourse entre 3,6 et 4 euros, contre 4,50 euros pour une place sur la voi­rie.

 

 

Satisfaction du côté des commerçants

 

Ayant par­ti­cipé à la mise au point des tarifs inci­ta­tifs de sta­tion­ne­ment, les com­mer­çants gre­no­blois sont ravis, à l’ins­tar de Christian Hoffmann, l’un de leurs porte-parole. Ces mesures inci­ta­tives pour les fêtes arrivent, qui plus est, à un moment où la situa­tion tend à s’ar­ran­ger pour eux. C’est tout au moins ce que semble indi­quer du bout des lèvres le pré­sident de l’association Labelville : « Le com­merce vit une période dif­fi­cile avec des amé­na­ge­ments qui se ter­minent. »

 

En passant outre la mise en concurrence, la ville de Grenoble a favorisé Chalet'Xpo sur le marché des chalets de Noël. Simple cafouillage ?

© Joël Kermabon – Place Gre’net

À l’oc­ca­sion d’une visite du par­king Lafayette rénové, Christian Hoffmann a éga­le­ment salué les efforts entre­pris pour moder­ni­ser les par­kings publics à Grenoble. Une remise en état salu­taire, la der­nière couche de pein­ture remon­tant aux années 80. Enfin, le pré­sident de Labelville for­mule le vœu, par­tagé par bon nombre de com­mer­çants, que la Métropole concède, dans un ave­nir proche, à agran­dir quelques par­kings.

 

« La part modale de la voi­ture est encore impor­tante, fait valoir Christian Hoffmann. Demain, elles seront plus silen­cieuses et plus propres, mais elles conti­nue­ront d’exis­ter. »

 

Séverine Cattiaux

 

 

REMISE A NEUF DES PARKINGS PUBLICS PAYANTS

 

Depuis quelques semaines, la Métropole et son délé­ga­taire la société d’économie mixte Park Grenoble Alpes Métropole œuvrent à amé­lio­rer l’ac­cès et le confort de leurs 21 par­kings – soit un total de 8 000 empla­ce­ments – situés à Grenoble. Le par­king Lafayette est l’un des pre­miers à béné­fi­cier de cette moder­ni­sa­tion.

 

Modernisation des parkings de la Métropole à l'instar du parking Lafayette, décembre 2019 © Séverine Cattiaux - Place Gre'net

Modernisation des par­kings de la Métropole à l’ins­tar du par­king Lafayette, décembre 2019. © Séverine Cattiaux – Place Gre’net

Murs et sols repeints, code cou­leur plus lisible, lumi­no­sité accrue… À la cure de jou­vence s’a­joutent une sécu­rité ren­for­cée, avec davan­tage de vidéo­sur­veillance, mais aussi l’élargissement des ser­vices : accès auto­ma­tisé, bornes élec­triques, loca­tion des vélos, trot­ti­nettes élec­triques et vélos-car­gos, à comp­ter du 16 décembre dans six par­kings du centre-ville…

 

 

La col­lec­ti­vité et son délé­ga­taire y inves­tissent 15 mil­lions. Les abords et la signa­lé­tique en ville infor­mant les conduc­teurs et les gui­dant jusqu’au par­king seront par ailleurs revus et cor­ri­gés en 2020. En pro­jet, enfin, le déve­lop­pe­ment des consignes pour vélos dans treize par­kings, por­tant leur nombre à 1 000 empla­ce­ments sur­veillés au total.

 

Réduire ses déchets
commentez lire les commentaires
6591 visites | 2 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 2
  1. Ca sent les élec­tions 😀

    En tout cas le lien semble enfin fait entre voi­ture / emploie.
    Les gens se déplacent et cela fait vivre les com­mer­çant. Donc soit ils vont dans des centre com­mer­ciaux soit dans des villes. Au poli­tique de choi­sir si il veut d’im­menses zones de com­merces / entre­pôt ou un modèle dif­fé­rent (mix habi­ta­tion / com­merce / emploi). On ne connait pas le mar­ke­ting géo­gra­phique ici !
    Plutôt que de nier la réa­lité (stop les voi­tures) c’est bien de mener des actions de sub­sti­tu­tion (bravo pour les trans­ports!!!) et de chan­ger le modèle en dou­ceur

    sep article
    • Cette mesure exis­tait déjà l’an passé sauf que c’é­tait le sta­tion­ne­ment sur voi­rie qui était gra­tuit en fin de jour­née. Honnêtement, je ne me sou­viens plus pour les par­kings en ouvrage mais comme ils dépen­daient encore de l’an­cien contrat de ges­tion, je doute qu’il y ait eu une mesure simi­laire.
      L’action de cette année me semble plus intel­li­gente (même si la gra­tuité n’existe pas, il y a bien quel­qu’un qui paie in fine) puisque cela incite les gens à aller direc­te­ment dans les par­kings en ouvrage plu­tôt que de tour­ner en rond à la recherche d’une place libre à 10 mètres de la place Victor Hugo et au final à se garer à che­val sur le trot­toir. On pour­rait en pro­fi­ter pour virer une par­tie du sta­tion­ne­ment sur voi­rie pour rendre les rues com­mer­çantes encore plus attrac­tives puisque, comme il est écrit, ces par­kings en ouvrage ne sont pas uti­li­sés à leur pleine capa­cité.
      Après, concer­nant la poli­tique du “stop voi­tures”, c’est plu­tôt une poli­tique pour moins de voi­tures au pro­fit des autres modes de dépla­ce­ments mais aussi au pro­fit des rive­rains. Il ne faut pas oublier qu’une rue « stan­dard », c’est 2 files de sta­tion­ne­ment, 1 ou 2 files de cir­cu­la­tion et 2 trot­toirs plus ou moins grands avec pote­lets, can­dé­labres, pou­belles et sta­tion­ne­ment illé­gal. Donc beau­coup de sur­face de l’es­pace public est encore consa­cré aux dépla­ce­ments et aux sta­tion­ne­ments des véhi­cules moto­ri­sés. Vouloir un meilleur par­tage de cet espace qui est à tout le monde ne me semble être ni héré­tique ni dog­ma­tique.

      sep article