Gem lance la chaire “Energy for society” pour passer du greenwashing à la révolution énergétique

Gem lance la chaire “Energy for society” pour passer du greenwashing à la révolution énergétique

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

 

FOCUS – Grenoble école de management a lancé sa chaire Energy for Society, soutenue par trois mécènes : Engie, Air liquide et la Banque populaire Auvergne-Rhône-Alpes. Son objet d’étude ? La capacité d’adaptation des entreprises à la transition énergétique et le modèle entrepreneurial ou économique à définir face à cette « révolution » en cours.

 

 

Concilier « l’at­trac­ti­vité busi­ness » et l’adhé­sion des citoyens à la tran­si­tion éner­gé­tique : tel est l’un des axes prin­ci­paux de réflexion de la nou­velle chaire lan­cée par Grenoble école de mana­ge­ment (Gem). Intitulée « Energy for Society », celle-ci veut étu­dier la capa­cité d’a­dap­ta­tion des entre­prises aux nou­veaux modèles éner­gé­tiques qui se des­sinent, et les débou­chés éco­no­miques des nou­veaux usages face au réchauf­fe­ment climatique.

 

Le directeur de Gem Loïck Roche signe très officiellement le lancement de la chaire consacrée à la transition énergétique © Florent Mathieu - Place Gre'net

Le direc­teur de Gem Loïck Roche signe très offi­ciel­le­ment le lan­ce­ment de la chaire consa­crée à la tran­si­tion éner­gé­tique. © Florent Mathieu – Place Gre’net

 

Pour tra­vailler sur ces sujets, la chaire affecte six pro­fes­seurs per­ma­nents et un post-doc­to­rat à plein temps, le tout sous l’œil de Carine Sebi, éco­no­miste à Gem et spé­cia­liste du sec­teur de l’éner­gie. Quelles res­sources finan­cières ? Energy for society est finan­cée à hau­teur de 150 000 euros annuels par l’é­cole et par trois mécènes direc­te­ment concer­nés par son sujet d’é­tude : Engie, Air liquide et la Banque popu­laire Auvergne-Rhône-Alpes.

 

 

Une chaire autour de trois thèmes phares

 

C’est plus pré­ci­sé­ment autour de trois thèmes que la chaire veut déve­lop­per son action d’é­tudes. Le pre­mier se penche sur la capa­cité des entre­prises à coopé­rer « pour créer de nou­veaux ser­vices éner­gé­tiques inno­vants ». Nouvelles tech­no­lo­gies ou recours mas­sif au numé­rique font que « les entre­prises ne se suf­fisent plus a elles-mêmes, elles ont besoin de col­la­bo­rer », juge ainsi Carine Sebi. Quitte à chan­ger de manière radi­cale de vieilles habitudes.

 

Le modèle des entreprises face à la transition énergétique. C'est le sujet d'étude de la nouvelle chaire de Gem Energy for Society. Carine Sebi © Florent Mathieu - Place Gre'net

Carine Sebi, éco­no­miste à Gem et spé­cia­liste du sec­teur de l’éner­gie. © Florent Mathieu – Place Gre’net

 

Deuxième thème : « Comprendre les stra­té­gies d’in­no­va­tion durable des entre­prises ». Autrement dit, étu­dier la manière dont les entre­prises évo­luent en faveur de la tran­si­tion éner­gé­tique, ou en matière de res­pon­sa­bi­lité sociale (RSE). Tout en mesu­rant l’adhé­sion en interne à ces chan­ge­ments. « Comment les sala­riés vont-ils écou­ter et prendre en compte le mes­sage qui leur est dicté par leur top mana­ger ? », s’in­ter­roge Carine Sebi.

 

Troisième et der­nier thème : « L’implication des nou­veaux usages sur les futurs modèles éco­no­miques du sec­teur de l’éner­gie ». « Pour sub­sis­ter, les entre­prises ont besoin d’in­no­ver », rap­pelle l’é­co­no­miste. La chaire s’in­ter­ro­gera sur les nou­veaux ser­vices à venir en matière d’éner­gie, autant que sur la capa­cité des entre­prises à pro­po­ser des nou­veaux modes de consom­ma­tions abor­dables pour le plus grand nombre.

 

 

Le modèle économique de demain face à la transition énergétique

 

Autant de thèmes qui touchent de près l’a­ve­nir des entre­prises mécènes. Rien d’é­ton­nant, dès lors, qu’Engie, Air liquide ou la BP Aura se soient for­te­ment impli­quées dans le pro­jet. « Nous avons choisi les sujets ensemble. Les études de cas ne sont pas encore iden­ti­fiées, mais on sent une envie de nos par­te­naires qui vont être forces de pro­po­si­tion », sou­ligne Carine Sebi. Qui se réjouit de voir des entre­prises désor­mais « au plus près des enjeux de société ».

 

Une station hydrogène à Dubai d'Air Liquide © Air Liquide

Une sta­tion hydro­gène à Dubai d’Air Liquide © Air Liquide

L’avenir est incer­tain pour les grands acteurs de l’éner­gie. Quel modèle à venir ? « Pour être franc, on ne le voit pas. Et je suis per­suadé que ce qu’on ima­gine n’est pas ce que sera demain », consi­dère Yohann Cordier.

 

Le DRH d’Engie insiste sur la dimen­sion col­lec­tive des besoins. « Aucune boîte, aucune admi­nis­tra­tion, aucune région ne peut faire les choses toutes seules », pré­vient-il. Et d’a­jou­ter : « La vision s’a­mé­liore quand on marche à plu­sieurs. »

 

Des pistes sont tou­te­fois d’ores et déjà tra­cées. Le direc­teur géné­ral d’Air liquide Xavier Vigor n’a que l’hy­dro­gène à la bouche, Eldorado à venir des pro­duc­teurs d’éner­gie conver­tis à la pro­duc­tion “verte”. Rien d’é­ton­nant : l’en­tre­prise a lancé la démarche « Blue Hydrogen », en pro­met­tant une « décar­bo­ni­sa­tion » de sa pro­duc­tion via l’u­ti­li­sa­tion des éner­gies renou­ve­lables (élec­tro­lyse de l’eau) ou encore en exploi­tant le refor­mage du biogaz.

 

 

Un changement de modèle… ou une révolution ?

 

Autre mot vedette de la pré­sen­ta­tion de la chaire : la « révo­lu­tion ». De Engie à la Banque popu­laire, per­sonne n’ou­blie de qua­li­fier ainsi le bou­le­ver­se­ment de la société qui se des­sine. Une révo­lu­tion encou­ra­gée par l’en­goue­ment d’une grande par­tie de la popu­la­tion pour les pré­oc­cu­pa­tions envi­ron­ne­men­tales, à com­men­cer par une jeu­nesse inquiète pour son ave­nir. Et qui s’in­carne actuel­le­ment dans la figure ultra-média­ti­sée de la jeune Greta Thunberg.

 

Les jeunes marcheurs pour le climat font-ils encore confiance aux grandes entreprises pour accompagner la transition énergétique ? © Florent Mathieu - Place Gre'net

Les jeunes mar­cheurs pour le cli­mat font-ils encore confiance aux grandes entre­prises pour accom­pa­gner la tran­si­tion éner­gé­tique ? © Florent Mathieu – Place Gre’net

 

Mais les révo­lu­tions ont aussi ten­dance à cou­per des têtes. Alors que les mou­ve­ments de défense de l’en­vi­ron­ne­ment prônent un chan­ge­ment majeur de modèle social ou poli­tique, des entre­prises cen­te­naires comme la Banque popu­laire, Air Liquide ou Engie (fusion de Suez et GDF) ont-elles encore la confiance des citoyens ?

 

Le Dieu Hypnos de Sciences-Po Grenoble emballé par le réchauffement climatique. DR

Le Dieu Hypnos de Sciences-Po Grenoble emballé par le réchauf­fe­ment cli­ma­tique. DR

« On le per­çoit par­fois, ce manque de confiance », recon­naît le DRH d’Engie. Pour qui la meilleure manière d’y remé­dier est l’é­coute et la dis­cus­sion. Tout en jouant la carte de la patience. « Je me dis qu’il faut prendre un peu de temps. Nous sommes en train de faire bou­ger des struc­tures énormes ! », insiste-t-il. Et de conclure, phi­lo­sophe : « Il faut accep­ter d’être cri­ti­qués, parce que nous avons fait des erreurs glo­bales. »

 

Business Developer d’Engie, Franck Le Baron décrit pour sa part « des actes cou­ra­geux » de la part de son entre­prise. « Nous avons osé : nous avons cédé notre entité de pro­duc­tion de gaz liqué­fié, nous avons décidé d’ar­rê­ter la pro­duc­tion d’éner­gie à par­tir de char­bon », décrit-il.

 

Autant de points qui, à ses yeux, marquent bel et bien un chan­ge­ment de modèle. « Nous n’a­vons plus le droit d’a­gir comme avant : ce n’est pas juste ver­dir », affirme-t-il.

 

 

Les solutions alternatives, « pas à la hauteur des enjeux »

 

Même tona­lité de la part d’Air liquide. Face à la méfiance d’une par­tie de la popu­la­tion, Xavier Vigor met en avant les « faits ». « Il y a des faits concrets, les pro­jets que l’on fait, les inves­tis­se­ments que l’on fait », rap­pelle le direc­teur géné­ral. Un dis­cours appuyé par Pierre-Henri Grenier : « Avant, on met­tait du vert un peu par­tout, mais plus per­sonne n’est dupe : il y a des élé­ments de preuve, de nou­veaux modes de finan­ce­ment », déclare le direc­teur adjoint de la BP Aura.

 

De gauche à droite : Franck Le Baron, Pierre-Henri Grenier, Carine Sebi, Yohann Cordier et Xavier Vigor © Florent Mathieu - Place Gre'net

De gauche à droite : Franck Le Baron, Pierre-Henri Grenier, Carine Sebi, Yohann Cordier et Xavier Vigor © Florent Mathieu – Place Gre’net

 

Pierre-Henri Grenier admet que cer­taines per­sonnes seront idéo­lo­gi­que­ment réfrac­taires aux entre­prises de “l’an­cien monde”… sans leur pré­dire le suc­cès. « Je pense que les enjeux sont tels aujourd’­hui que les pro­jets alter­na­tifs, notam­ment finan­ciers, n’ar­ri­ve­ront pas à lever suf­fi­sam­ment de fonds pour y répondre. Ils sont bien, mais pas à la hau­teur », estime-t-il, en appe­lant à la mobi­li­sa­tion des grands groupes finan­ciers pour la tran­si­tion énergétique.

 

« Les entre­prises ont un rôle à jouer », conclut ainsi Carine Sebi. Pour qui il ne s’a­git pas seule­ment de convaincre les consom­ma­teurs… mais aussi les action­naires. « Il faut s’at­ta­cher à regar­der l’im­pact de ces poli­tiques de RSE : est-ce que cela va embar­quer les sala­riés ? Quel va être l’im­pact sur la santé éco­no­mique des action­naires et des entre­prises ? » Tout cela pour espé­rer in fine ren­ver­ser la logique domi­nante « et trou­ver de nou­veaux mar­chés d’af­faires ».

 

Florent Mathieu

 

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Florent Mathieu

Auteur

A lire aussi sur Place Gre'net

Les bailleurs sociaux de l'Isère s'engagent dans une démarche d'innovation aux côtés de la French Tech
Les bailleurs sociaux de l’Isère s’engagent dans une démarche d’innovation aux côtés de la French Tech

FOCUS - L'Association des bailleurs sociaux de l'Isère (Absise) s'engage dans la démarche "Territoires Solutions" aux côtés de Grenoble École de management, de la French Lire plus

Le Festival de géopolitique de Gem placé sous le signe de l’adaptation du 22 au 26 mars

  FOCUS — La 13e édition du Festival de géopolitique de Grenoble École de management se tient en ligne du lundi 22 au vendredi 26 Lire plus

La licence en management de Gem accréditée PAS, un label de reconnaissance international
Grenoble École de management change ses statuts pour devenir une Société à mission

  FLASH INFO — Depuis le jeudi 25 février, Grenoble École de management compte parmi les Sociétés à mission. Un dispositif prévu par la loi Lire plus

Grenoble École de management lance la revue “Envies de changer”, dédiée à la "paix économique"
Grenoble École de management lance la revue “Envies de changer”, dédiée à la « paix économique »

  FLASH INFO – "Comment parler de Paix économique à tous?". Telle est la question à laquelle entend répondre la revue “Envies de changer”, proposée Lire plus

Gem propose au grand public des ateliers de géopolitique gratuits à retrouver en ligne
Gem propose au grand public des ateliers de géopolitique gratuits à retrouver en ligne

  FLASH INFO – "Permettre au grand public et aux professionnels de découvrir une géopolitique “d’entreprise” et d’approfondir leur socle de connaissances". Tel est l'objectif Lire plus

Seeyu, un site de rencontres et de partages d'activités amicales made in Grenoble
Seeyu, un site de rencontres et de partages d’activités amicales made in Grenoble

  FOCUS — Un site de rencontres amicales, pour recréer du lien et participer ensemble à des activités. Tel est l'objectif de Seeyu, imaginé par Lire plus

Eco'V

Flash Info

|

24/09

22h40

|

|

24/09

14h42

|

|

24/09

9h18

|

|

23/09

22h35

|

|

23/09

13h57

|

|

23/09

10h21

|

|

23/09

9h40

|

|

22/09

12h47

|

|

22/09

11h34

|

|

22/09

10h50

|

L'Oeil de Perotto - La défaite d'Eric Piolle à la primaire écologiste, vue par Marc Perotto sur Place Gre'net

Les plus lus

Montagne| Première édition du Raid multisports Grenoble-Alpes le dimanche 19 septembre 2021

Art en ville. © Grenoble-Alpes Métropole

Culture| Des sentiers d’art vont relier une vingtaine d’œuvres sur le territoire métropolitain grenoblois

L’art déconfiné, des confiné(e)s : une expo participative sur la pandémie © Sarah Krakovitch - Place Gre'net

Culture| L’art déconfiné, des confiné(e)s : une exposition participative de réflexion artistique sur la pandémie

Économie| Deux « Petits Magasins » de la marque Kiabi vont voir le jour à Grenoble pour soutenir l’insertion par l’emploi

Tourisme de l'Isère : VAE en montagne

Société| Tourisme : le Département de l’Isère place l’été 2021 sous le signe de la santé et du bien-être

Hexagone

Agenda

Je partage !
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin