Un enfant sur cinq victime de harcèlement dans les transports scolaires en Auvergne-Rhône-Alpes

sep article



 

EN BREF – À l’occasion de la Journée nationale de lutte contre le harcèlement scolaire, la Région Auvergne-Rhône-Alpes dévoile les résultats d’une enquête inédite en France sur le harcèlement dans les transports scolaires. Selon cette étude, un enfant sur cinq reconnaît avoir été victime d’intimidations ou de violences au cours de ses déplacements dans les trains ou les bus

 

 

Un groupe d'élèves s'apprête à monter dans un bus scolaire. DR

Un groupe d’é­lèves s’ap­prête à mon­ter dans un bus sco­laire. DR

Un élève sur cinq se recon­naît comme vic­time d’intimidations ou de vio­lences dans les trans­ports sco­laires. C’est ce que révèle, entre autres, une enquête « inédite en France » menée par la Région Auvergne-Rhône-Alpes (Aura) auprès de 840 élèves* de la Drôme, de l’Ardèche, de la Savoie et la Haute-Savoie.

 

Cette étude, dévoi­lée à l’oc­ca­sion de la Journée natio­nale de lutte contre le har­cè­le­ment à l’é­cole, ce jeudi 7 novembre, vise à « obte­nir un état des lieux des faits d’intimidations, de vio­lences et de har­cè­le­ment qui peuvent se mani­fes­ter lors des dépla­ce­ments col­lec­tifs des élèves », indique la Région.

 

Ce n’est pas sa pre­mière ini­tia­tive en la matière. Laurent Wauquiez, son pré­sident, a en effet créé une mis­sion de lutte contre le har­cè­le­ment sco­laire. Le but visé ? Que la col­lec­ti­vité ter­ri­to­riale « soit moteur en France et en Europe pour faire recu­ler le har­cè­le­ment ».

 

 

Des conséquences négatives pour les élèves concernés

 

Que nous apprennent encore les résul­tats de cette étude ? Que les inti­mi­da­tions psy­cho­lo­giques sont deux à trois fois plus fré­quentes que les atteintes phy­siques et que les deux tiers des pro­blèmes ren­con­trés sont occa­sion­nels. De quoi « mul­ti­plier par deux à trois le sen­ti­ment d’insécurité et l’angoisse des jeunes », est-il sou­li­gné. Avec, à la clé, « des consé­quences néga­tives pour l’ensemble des élèves uti­li­sa­teurs ».

 

Le harcèlement des élèves dans les transports scolaires est similaire à celle qu'il peuvent vivre dans les établissements scolaires. © Région Auvergne-Rhône-Alpes

Le har­cè­le­ment des élèves dans les trans­ports sco­laires est de nature simi­laire à celle qu’il peuvent vivre dans les éta­blis­se­ments sco­laires. © Région Auvergne-Rhône-Alpes

L’étude montre aussi que 80 % des vic­times d’intimidations ou de vio­lences seraient en mesure d’identifier leurs agres­seurs. « Une iden­ti­fi­ca­tion d’autant plus aisée, pré­cise l’enquête, que ces der­niers fré­quentent le même éta­blis­se­ment, voire la même classe que les vic­times ». De fait, seul un agres­seur sur cinq est une per­sonne exté­rieure à l’univers sco­laire de l’enfant har­celé.

 

De sur­croît, le lien entre har­cè­le­ment dans les trans­ports et à l’é­cole est patent. « Les élèves ren­con­trant des ennuis ou subis­sant du har­cè­le­ment dans les trans­ports connaissent éga­le­ment des pro­blèmes, de nature et d’intensité simi­laires, dans leur éta­blis­se­ment sco­laire », com­mentent les auteurs de l’en­quête.

 

« L’étude confirme que le har­cè­le­ment déborde lar­ge­ment le cadre de l’établissement sco­laire. À la manière du cybe­rhar­cè­le­ment, les trans­ports s’inscrivent dans les lieux d’extension du phé­no­mène », sou­ligne la Région.

 

 

Stopper le harcèlement, une priorité pour la Région

 

La col­lec­ti­vité affirme pour­suive ses inves­tis­se­ments pour ren­for­cer la sécu­rité dans les trans­ports sco­laires. Et va ainsi lan­cer, début 2020, l’équipement de 60 à 80 cars, pour un mon­tant glo­bal de 250 000 euros. « Le sou­tien aux ini­tia­tives lycéennes pour mobi­li­ser les jeunes eux-mêmes et la sen­si­bi­li­sa­tion des parents et des agents des lycées sont plus que jamais des prio­ri­tés abso­lues », réaf­firme par ailleurs la Région. À cet effet, elle pré­voit, dès 2020, plus de 100 000 euros d’aides à des ini­tia­tives locales dans le cadre du grand appel à pro­jet « Stop har­cè­le­ment ».

 

L'affiche des assises du harcèlement scolaire organisées au mois de mars par la Région. © Région Auvergne-Rhône-Alpes

L’affiche des assises du har­cè­le­ment sco­laire orga­ni­sées au mois de mars par la Région. © Région Auvergne-Rhône-Alpes

 

« Cette enquête est un outil pré­cieux […] qui valide les inves­tis­se­ments récents de la Région en matière de sécu­rité des trans­ports sco­laires et nous ouvre de nou­velles pistes », se féli­cite Paul Vidal, conseiller délé­gué en charge des trans­ports sco­laires et inter­ur­bains.

 

Joël Kermabon

 

 

* Soit 45,7 % de filles et 54,3 % de gar­çons col­lé­giens, lycéens et étu­diants en BTS cir­cu­lant sur 10 lignes régu­lières de trans­port sco­laires

 

Pays Voironnais, un jour, une activité
commentez lire les commentaires
2265 visites | 1 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 1
  1. La vio­lence s’ins­talle dans tous les domaines,y com­pris dans les trans­ports sco­laires .

    sep article