La LPO demande l’interdiction de la chasse au lagopède alpin en Isère, Savoie et Haute-Savoie

sep article

FIL INFO — La Ligue de protection des oiseaux attaque devant la justice les arrêtés préfectoraux d’autorisation de la chasse au lagopède alpin. En Isère, Savoie et Haute-Savoie, les préfets ont en effet chacun donné le feu vert à des « prélèvements » sur cette espèce. Car, argue la LPO, le lagopède alpin est en régression dans les montagnes. Et pourrait in fine purement et simplement disparaître.

 

 

« Si cette espèce disparaît de nos montagnes, nous ne pourrons pas dire “nous ne savions pas“ », prévient la Ligue de protection des oiseaux Auvergne-Rhône-Alpes (LPO). Quelle espèce ? Le lagopède alpin. Également appelée lagopède des rochers, perdrix des neiges ou perdrix blanche, l’espèce se distingue par une très forte sensibilité à la chaleur. Face au réchauffement climatique, la lagopède alpin est ainsi contraint d’abandonner des territoires pour gagner en altitude.

 

Un lagopède alpin et son plumage d'été. DR

Un lagopède alpin et son plumage d’été. DR

 

« L’urgence est là : le lagopède alpin (…) est en régression constante depuis cinquante ans et son aire de répartition a déjà diminué de 29 % », note ainsi la LPO. La perdrix blanche n’est pas seulement menacée par les changements environnementaux : l’urbanisation, l’équipement en montagne… et la chasse sont également responsables de son déclin dans les Alpes.

 

 

Des autorisations de chasse attaquées en justice

 

« Le succès annuel de la reproduction du lagopède est aléatoire et généralement faible et (…) la préservation de l’espèce est plus basée sur la survie des adultes que sur la production de jeunes », explique l’association. La pérennité de l’espèce repose donc sur « la favorisation des actions visant à réduire la mortalité des adultes », poursuit-elle. Tout en faisant remarquer qu’un chasseur ne peut distinguer un jeune d’un adulte avant le tir.

 

Le plumage d'hiver du lagopède alpin. DR

Le plumage d’hiver du lagopède alpin. DR

 

C’est pourquoi la LPO demande l’arrêt de la chasse de cette espèce, et sa « protection définitive ». À cet effet, écrit encore l’association, des centaines de cartes postales ont été adressées au président de la République depuis le mois de juin. Et ceci alors que les préfets de l’Isère, de la Savoie et de la Haute-Savoie ont tous trois signé en 2019 de nouveaux arrêtés préfectoraux autorisant la chasse de cette espèce.

 

Des arrêtés immédiatement attaqués en référé et sur le fond par la LPO, les défenseurs des oiseaux entendant bien faire annuler les décisions préfectorales. En faisant valoir notamment que le lagopède alpin figure sur les listes rouges de l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN). L’audience pour les trois arrêtés est prévue ce jeudi 31 octobre à 13 h 45 au tribunal administratif de Grenoble.

 

Florent Mathieu

 

commentez lire les commentaires
2530 visites | 2 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 2
  1. Bravo, la LPO agît avec courage , cette association s’oppose à la disparition
    de la faune sauvage.Depuis 1970,soixante dix milliards d’oiseaux ont disparus
    de la surface de la terre,sans avoir été remplacés par les naissances …

    sep article
    • 70 milliards mais bien sûr … vous avez un peu trop fumer dans les hautes montagnes

      sep article