Plan de restructuration à Raidlight : le cofondateur Benoît Laval pourrait racheter l’activité à Rossignol

sep article

Conférence 50 ans IFTS à Echirolles : vers des politiques publiques de la relation avec Hartmut Rosa

 

EN BREF – C’est une annonce qui a beaucoup secoué le petit village de Saint-Pierre-de-Chartreuse. Le 14 octobre dernier, le groupe Rossignol a annoncé un plan de restructuration. En tout, cinq postes ont été supprimés dans l’atelier de production de la filiale Raidlight Vertical. L’un des fondateurs, Benoît Laval, parti il y a quelques mois, a fait dans la foulée une proposition de reprise de l’activité.

 

 

L'entreprise Raidlight à Saint-Pierre-de-Chartreuse. © Laurent Genin

L’entreprise Raidlight à Saint-Pierre-de-Chartreuse. © Laurent Genin

Les salariés de Raidlight Vertical, tout comme le petit village de Saint-Pierre-de-Chartreuse, sont sous le choc depuis l’annonce, le 14 octobre dernier, d’un plan de restructuration du groupe Rossignol. Au total, cinq postes viennent d’être supprimés dans l’atelier de production de la filiale. Une annonce qui n’a pas laissé insensible Benoît Laval. Sans surprise, le cofondateur de Raidlight condamne cette décision.

 

« Je n’ai pas très bien accueilli cette nouvelle. Je pense qu’il y aurait eu d’autres solutions que de fermer l’activité d’un trait de plume. Avec un peu d’intelligence collective, il y avait moyen de trouver une solution intermédiaire », juge ainsi celui qui avait créé cette entreprise en 2008 (cf. encadré).

 

 

Vers une reprise rapide de l’atelier de production ?

 

Benoît Laval a tout de suite cherché une alternative. « Si je peux apporter quelque chose de différent qui permet de sauver partiellement ou complètement la situation de ces personnes, c’est très bien. Ma décision est de trouver une solution nouvelle pour préserver le savoir-faire et les emplois. »

 

Benoit Laval, ex-PDG de Raidlight et fondateur du réseau Stations trail. © Patricia Cerinsek - placegrenet.fr

Benoit Laval, ex-PDG de Raidlight et fondateur du réseau Stations trail. © Patricia Cerinsek – placegrenet.fr

Concrètement, il a fait par mail une proposition de reprise au groupe Rossignol, ce mardi 15 octobre.

 

« Ils m’ont répondu dans les deux heures. On a discuté jusqu’en fin de semaine. L’idée serait de rester sur des produits que l’on sait faire, notamment des sacs à dos. Il ne s’agit pas de faire une marque concurrente à Raidlight mais de trouver une voie alternative. »

 

De là à continuer à travailler avec Rossignol ? « Je suis tout à fait ouvert à produire pour eux. Mais je veux créer une entreprise indépendante. »

 

 

« Ni dans deux ans ou deux mois, mais dans deux semaines »

 

Touché par la situation de ces salariés qu’il connaît personnellement, Benoît Laval souhaite que les négociations autour d’un plan de reprise soient rapides. Les idées continuent d’être échangées. Les discussions pourraient se terminer dans les prochains jours.

 

« Ce ne sera pas dans deux ans, ni dans deux mois. Mais, je l’espère, d’ici une à deux semaines. » En cas d’échec, Rossignol pourrait reclasser les salariés en interne. Affaire à suivre…

 

Sébastien Riglet

 

 

Raidlight : une longue aventure entrepreneuriale avant le rachat par Rossignol

 

Benoît Laval crée Raidlight en 1999, équipementier spécialisé dans l’univers du trail, de la course à pied et la randonnée légère. En 2010, il rachète Vertical qui devient une filiale du groupe, avant d’emménager un an plus tard à Saint-Pierre-de-Chartreuse et d’ouvrir la première station de trail d’Europe.

 

En 2014, Raidlight remporte un appel à projet du ministère de l’Industrie. Un tournant pour l’entreprise qui investit dans un atelier plus grand, avec d’autres technologies. Elle emploie alors onze personnes et fabrique 30 000 pièces chaque année, avec un chiffre d’affaires qui atteint 400 000 euros par an.

 

Cette réussite attire un acteur emblématique du sport outdoor. En 2016, Rossignol rachète Raidlight Vertical. L’unité de production compte alors onze salariés, contre cinq à ce jour, une grosse partie ayant été délocalisé en Chine. Les fondateurs Vincent Thibaudat et Benoît Laval quittent ainsi l’aventure en février 2019, notamment à cause de divergences stratégiques.

 

 

commentez lire les commentaires
2360 visites | 0 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.