Les jeunes majeurs étrangers sans logement se tournent désormais vers le rectorat

sep article

Notre indépendance c

 

FIL INFO — Nouvelle manifestation des jeunes majeurs étrangers à Grenoble, ce jeudi 10 octobre. Exclus des logements du Conseil départemental de l’Isère, ceux-ci se tournent à présent vers le rectorat de Grenoble, à l’appel de la CGT Éduc’action et avec le soutien du Dal 38 et de Solidaires. Les manifestants demandent aux services de l’Éducation nationale de mettre à disposition des places en internat ou des bourses spécifiques.

 

 

« Le Département ne veut pas entendre rai­son, alors on déplace le pro­blème », résume le syn­di­ca­liste CGT Éduc’action Pedram Zouechtiagh. Depuis plu­sieurs semaines, des jeunes majeurs étran­gers et leurs sou­tiens mani­festent ainsi dans les rues de Grenoble pour se faire entendre.

 

Motif ? Nombre d’entre eux se sont vu reti­rer leur loge­ment par le Conseil dépar­te­men­tal de l’Isère. Un loge­ment qu’ils occu­paient jus­qu’a­lors au titre de la pro­tec­tion de l’en­fance et des mineurs étran­gers non accom­pa­gnés.

 

Les jeunes majeurs étrangers sans logement en appellent au rectorat de Grenoble, avec le soutien de la CGT, du Solidaires et du Dal. La soixantaine de manifestants, en majorité des jeunes, ont arpenté les rues de Grenoble en direction du Rectorat © Florent Mathieu - Place Gre'net

La soixan­taine de mani­fes­tants, en majo­rité des jeunes, ont arpenté les rues de Grenoble en direc­tion du rec­to­rat ce jeudi 10 octobre. © Florent Mathieu – Place Gre’net

 

Ce n’est plus devant l’Hôtel du Département, mais cette fois devant le rec­to­rat de Grenoble qu’une soixan­taine de per­sonnes s’est ainsi donné ren­dez-vous, ce jeudi 10 octobre. Un mou­ve­ment orga­nisé dans une rela­tive pré­ci­pi­ta­tion, recon­naît le syn­di­ca­liste de la CGT Éduc’action. Qui met en avant une situa­tion d’ur­gence : « Beaucoup de ces jeunes dorment dans la rue ! », confie ainsi Pedram Zouechtiagh.

 

 

Des places en internat ou des bourses spécifiques

 

Pourquoi le rec­to­rat ? De nom­breuses per­sonnes concer­nées sont encore en for­ma­tion, pré­cise le délé­gué syn­di­cal. D’autres sont frap­pées d’une OQTF (obli­ga­tion de quit­ter le ter­ri­toire fran­çais) par la pré­fec­ture de l’Isère. De quoi ame­ner les syn­di­cats et les asso­cia­tions – CGT, Solidaires et Dal 38 pré­sents sur place – à sus­pec­ter une action “coor­don­née” entre les ser­vices de l’État et ceux du Département.

 

Rassemblement devant le rectorat de Grenoble © Florent Mathieu - Place Gre'net

Rassemblement devant le rec­to­rat de Grenoble © Florent Mathieu – Place Gre’net

 

Les reven­di­ca­tions ? Les mili­tants attendent de l’Académie qu’elle ouvre des places d’in­ter­nat ou débloque des bourses spé­ci­fiques pour les jeunes en for­ma­tion. Une demande d’au­dience auprès de la rec­trice a ainsi été dépo­sée à l’oc­ca­sion de la mani­fes­ta­tion.

 

Après quelques pour­par­lers, ils ont obtenu un entre­tien avec une délé­ga­tion pour le mardi 15 octobre à 17 h 30. Un ren­dez-vous qui sera l’oc­ca­sion d’une nou­velle mani­fes­ta­tion, pré­viennent d’ores et déjà les orga­ni­sa­teurs.

 

Florent Mathieu

 

commentez lire les commentaires
2460 visites | 3 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 3
  1. sep article
  2. Si ils n’ont pas de papier, ils n’ont rient à faire en France, non ?

    Pourquoi le contri­buable devrait leur « offrir » un loge­ment ?

    sep article
  3. Sans papers ? Expulsion immé­diate

    sep article