Une nouvelle saison de La Source de Fontaine à la fois accessible et exigeante

sep article



 

FOCUS – La salle de spectacles fontainoise La Source vient de débuter sa nouvelle saison tout feu toute flamme. Le tout avec des propositions entre découvertes grand public et artistes de renom. Tour d’horizon avec Ludivine Bosc, assistante de production et chargée de communication.

 

 

La salle de spectacle La Source, avenue Lénine, à Fontaine. © Léa Raymond - placegrenet.fr

La salle de spec­tacle La Source, ave­nue Lénine, à Fontaine. © Léa Raymond – placegrenet.fr

Eclectisme, voici le cré­neau de La Source. En témoigne ce début de sai­son mar­qué tout à la fois par un concert pour la paix, hono­rant les tra­di­tions man­dingues, et un autre des jeunes artistes pop Shake Shake Go. 

 

« On pro­pose des for­mats éclec­tiques pour croi­ser les publics, explique Ludivine Bosc, assis­tante de pro­duc­tion. Les spec­ta­teurs viennent car il suivent un groupe ou pour décou­vrir un autre type de musique. Le but est de sus­ci­ter la curio­sité et d’habituer le public au lieu. » 

 

Un cré­neau qui semble en tout cas gagnant car La source a connu l’an der­nier une fré­quen­ta­tion en hausse. Le tout notam­ment grâce à « des tarifs acces­sibles ». « Le fait d’être un éta­blis­se­ment public nous offre la chance de ne pas pou­voir être en défi­cit », sou­ligne en outre Ludivine Bosc.

 

 

Des styles et des formats multiples

 

Si les styles musi­caux pré­sen­tés sont mul­tiples, La Source montre une cer­taine appé­tence pour le jazz, le rock et la pop. Outre Jean-Louis Murat qui se pro­duira le 21 novembre, notons par exemple le 14 novembre Elias Dris, « un artiste en train de mon­ter et pro­gres­si­ve­ment pro­grammé dans des fes­ti­vals. Il vien­dra pré­sen­ter son uni­vers folk et pop. »

 

« À la Source, on est dans un croi­se­ment entre le jazz, le rock et la pop. Mais le public vient aussi décou­vrir d’autres musiques, d’autres esthé­tiques, comme la musique du monde. » Le 16 octobre, se pro­duira ainsi Vaudou Game, groupe qui mélange afro-funk des années 70 et des rituels Vaudou du Togo. « Ça peut par­ler à plein de gens ! »

 

La salle La Source à Fontaine a présenté sa nouvelle saison 2019-2020 avec des propositions entre découvertes grand public et artistes de renom.

Vaudou Game ©Julien Lebrun

 

Toujours dans le domaine « world music », Fawzi Al-Aiedy, « une figure de la scène jazz orien­tale, un grand artiste de Oud », vien­dra le 12 novembre jouer de la musique tra­di­tion­nelle arabe, notam­ment d’Irak. Et Ifriqiyya Electrique, qui mélangent rock indus et culture ber­bère, don­ne­ront quant à eux un concert « impro­bable » le 28 novembre.

 

Cette sai­son, la musique est vrai­ment trai­tée « sous toutes ses formes ». Lieu dédié à la musique, La Source peut en effet aussi bien accueillir du théâtre musi­cal, des BD concerts, du ciné-concert… « Il est pos­sible de tout dif­fu­ser à par­tir du moment où la qua­lité est là. »

 

Le pro­jet pia­no­céan

Notons, par exemple, le 8 octobre la confé­rence Non mais t’as vu c’que t’écoutes ?, dans laquelle le musi­cien ensei­gnant en musique Sapritch ana­lyse le mou­ve­ment “mains­tream” et « revi­site la musique actuelle. » 

 

Autre pro­jet inté­res­sant, celui le 5 novembre de Pianocéan, une lec­ture photo concert. « L’artiste est par­tie jouer du piano sur un voi­lier. Avec sa meilleure amie pho­to­graphe, elles en ont fait un livre photo album. Elle vient par­ler de son expé­rience. »

 

 

Mettre en avant les artistes alentour 

 

« Notre but est aussi d’ouvrir La Source à des asso­cia­tions locales, à des artistes du coin pour bras­ser le public sur le ter­ri­toire. On accueillera par exemple La ligue d’impro de Fontaine. » Ainsi que, le 12 octobre, l’Harmonie Echo des Balmes, « un orchestre semi-pro­fes­sion­nel clas­sique et jazz qui fête ses cin­quante ans. » Ou encore un concert de Barefoot Iano le 20 novembre. « L’artiste basé sur Grenoble fêtera à La Source la sor­tie de son album. »

 

À noter éga­le­ment, le pas­sage de Julie Bally le 10 novembre, qui se pro­duira avec un groupe ita­lien cold wave. « L’artiste gre­no­bloise de rock indé est en train de gran­de­ment évo­luer. Elle a d’ailleurs été signée par un “boo­ker” [agent, ndlr] natio­nal. »

 

Toujours dans l’optique de favo­ri­ser les créa­tions locales, une date est dédiée chaque semestre à un groupe qui répète dans les stu­dios de La Source. Car « c’est vrai­ment un lieu de pra­tique et de dif­fu­sion ama­teur et pro­fes­sion­nel », assure Ludivine Bosc. Pour preuve, « l’or­chestre des profs du conser­va­toire de musique de Fontaine et de l’agglomération gre­no­bloise vien­dra jouer les grands thèmes de Star Wars », le 4 octobre. 

 

 

Des projets expérimentaux à La Source

 

Si Grenoble est un ter­reau fer­tile de la scène expé­ri­men­tale, La Source tient à la valo­ri­ser. « Grenoble est une ville où naissent de nom­breuses pro­po­si­tions expé­ri­men­tales. Il n’y a qu’à voir le 102 rue d’Alembert ! Nous avons beau­coup d’artistes dans le coin, autant dans la musique que dans le cinéma. S’ils ne sont pas for­cé­ment connus ici, d’un point de vue natio­nal, ils le sont. L’expérimental est un petit milieu. »

 

L’Ensemble 1

 

Mardi 1er octobre jouera donc l’Ensemble 1, « qui réunit 22 musi­ciens, du chant, des machines… L’esthétique est aty­pique et c’est une créa­tion Ovni. Ils vont impro­vi­ser en direct sur des images. De manière géné­rale, les gens sont éton­nés par la musique expé­ri­men­tale. Mais fina­le­ment, c’est ce que l’on entend dans les films à tra­vers les musiques d’ambiance. » De quoi convaincre les plus sep­tiques donc !

 

Alice Colmart

 

commentez lire les commentaires
2029 visites | 0 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.