Canicule en Isère : consignes, dispositifs de prévention… et mise en garde contre le vandalisme des bornes à incendies

sep article

 

FOCUS – Le préfet de l’Isère a décidé d’activer le niveau 3 « alerte canicule », ce lundi 22 juillet à midi, au vu de la vigilance météorologique orange canicule de Météo-France. Sans attendre, la Ville de Grenoble a quant à elle lancé son automate d’appel. Enfin, la Métropole met en garde contre le vandalisme des bornes à incendies, aux conséquences potentiellement graves.

 

 

Ecole maternelle Bajatière. Canicule fin juin 2019 à Grenoble : les écoles ne sont toujours pas équipées contre les fortes chaleurs ? Des enfants et adultes ont été pris de malaises, vomissement et saignements de nez dans deux écoles. © Séverine Cattiaux - Placegrenet.fr

Déjà, fin juin 2019, Grenoble avait connu un épi­sode de cani­cule. Enfants et adultes avaient été pris de malaises, vomis­se­ment et sai­gne­ments de nez dans deux écoles. © Séverine Cattiaux – Placegrenet.fr

Le dépar­te­ment de l’Isère passe en vigi­lance orange. Les tem­pé­ra­tures y seront en effet éle­vées toute la semaine, avec des pics de cha­leur atten­dus mardi 23 et mer­credi 24 juillet. Les tem­pé­ra­tures pour­ront alors atteindre 37 °C à 39 °C en jour­née, et entre 21 et 23 °C la nuit, d’après les pré­vi­sions de Météo France.

 

Afin de limi­ter l’impact sani­taire des fortes cha­leurs, le pré­fet de l’Isère a déclen­ché une série de mesures concer­nant notam­ment la sen­si­bi­li­sa­tion des éta­blis­se­ments de santé, de ceux accueillant des per­sonnes âgées et en situa­tion de han­di­cap, ou encore des mineurs ou des per­sonnes sans abris. Il rap­pelle par ailleurs les consignes de pré­cau­tion habi­tuelles (cf. enca­dré).

 

 

La ville de Grenoble déclenche son automate d’appel

 

De son côté, la Ville de Grenoble ren­voie sur la carte des îlots de fraî­cheurs et lieux frais de la ville. Et rap­pelle qu’elle a créé de nou­veaux jeux d’eau et de bru­mi­sa­tion.

 

Le CCAS de Grenoble, épinglé par la chambre régionale des comptes de Rhône-Alpes. DR

Le CCAS de Grenoble. DR

Face à ce nou­vel épi­sode de cani­cule, elle vient de lan­cer, ce lundi, l’automate d’appel du CCAS. Celui-ci contacte chaque per­sonne ins­crite sur le Registre per­sonnes fra­giles pour infor­mer des bons réflexes à adop­ter pour faire face à la cha­leur.

 

Quand les per­sonnes ne répondent pas à ces appels, la Croix-Rouge, par­te­naire de la Ville, réa­lise des visites à domi­cile et déclenche, au besoin, les mesures de secours.

 

 

La Métropole met en garde contre le vandalisme des bornes à incendies

 

De son côté, la Métropole, en charge au bon fonc­tion­ne­ment du réseau des 6 300 bornes à incen­dies ins­tal­lées sur son ter­ri­toire, tient à rap­pe­ler les risques liés aux actes de van­da­lisme. Il arrive que des habi­tants ouvrent en effet les bornes pour se rafraî­chir et créer des “pis­cines de rue” (street poo­ling), ce qui est bien sûr stric­te­ment inter­dit. « Tout contre­ve­nant s’expose à des pour­suites judi­ciaires », rap­pelle ainsi la Métro.

 

Les pompiers tentent d'éteindre le feu après qu'un cocktail molotov jeté depuis une voiture a provoqué l'embrasement de poubelles et d'un véhicule, lundi 22 mai, aux abords du camp Valmy.

L’ouverture de ces bornes incen­die com­plique for­te­ment le tra­vail des pom­piers. DR

 

Une telle pra­tique peut avoir des consé­quences dra­ma­tiques, sou­ligne-t-elle. « En pre­mier lieu, l’ouverture de ces bornes incen­die com­plique for­te­ment le tra­vail des pom­piers en les empê­chant d’intervenir rapi­de­ment et effi­ca­ce­ment en cas d’incendie ». Mais cela peut aussi entraî­ner des bles­sures graves pour les per­sonnes situées à proxi­mité, en rai­son de la pres­sion très forte de l’eau, ainsi que des élec­tro­cu­tions en cas d’inondation d’équipement élec­trique, ou encore des acci­dents de la route.

 

L’utilisation des bornes à incen­die pro­voque en outre une chute de pres­sion sur le réseau et donc une baisse du débit de l’eau au robi­net pour les usa­gers, indique la Métro.

 

Enfin, cette der­nière attire l’at­ten­tion sur ce gas­pillage de cette res­source « par­ti­cu­liè­re­ment pré­cieuse en été ». En 2017, près de 178 000 m3 d’eau ont ainsi été gas­pillés à Grenoble par des ouver­tures de bornes à incen­die. Soit la consom­ma­tion annuelle d’une ville de plus de 3 500 habi­tants.

 

 

Des bornes à incendie anti-vandalisme en test

 

Pour lut­ter contre l’ouverture de ces « points d’eau incen­die », la Métropole teste depuis l’été 2018 une nou­velle géné­ra­tion de maté­riel de pro­tec­tion sur un nombre limité de bornes. Ce « dis­po­si­tif d’inviolabilité » semble faire ses preuves puisqu’aucun point équipé n’a pour l’heure été van­da­lisé.

 

La Métropole a enre­gis­tré dans la fou­lée une baisse signi­fi­ca­tive du volume d’eau ainsi perdu : 48 000 m3 en 2018 contre 178 000 m3 en 2017, soit 130 000 m3 éco­no­mi­sés. Elle pré­voit donc le déploie­ment pro­gres­sif du dis­po­si­tif sur les sec­teurs les plus tou­chés par le street poo­ling.

 

MB

 

 

CONSIGNES DE PRÉCAUTION EN PÉRIODE DE FORTE CHALEUR

 

Le pré­fet de l’Isère rap­pelle les consignes de pré­cau­tion sui­vantes pour se pro­té­ger des effets néfastes de la cha­leur.

 

Canicule à Grenoble. Ilôts de chaleur urbains et changement climatique. © Patricia Cerinsek - placegrenet.fr

Canicule à Grenoble. Ilôts de cha­leur urbains et chan­ge­ment cli­ma­tique. © Patricia Cerinsek – placegrenet.fr

- Buvez régu­liè­re­ment de l’eau sans attendre d’avoir soif
– Rafraîchissez-vous et mouillez-vous le corps plu­sieurs fois par jour
– Mangez en quan­tité suf­fi­sante et ne buvez pas d’alcool
– Ne sor­tez pas aux heures les plus chaudes, et pas­sez plu­sieurs heures par jour dans un lieu frais
– Maintenez votre loge­ment au frais (au moyen d’un ven­ti­la­teur si besoin)
– Si vous devez sor­tir, por­tez un cha­peau et des vête­ments légers
– Évitez les efforts phy­siques
– Pensez à don­ner régu­liè­re­ment de vos nou­velles à vos proches
– Consultez régu­liè­re­ment le site de Météo-France pour vous infor­mer

 

 

Soyez attentifs à votre entourage

 

La vigi­lance doit être accrue pour les per­sonnes vul­né­rables (âgées de plus de 65 ans, nour­ris­sons, enfants de moins de 4 ans, per­sonnes han­di­ca­pées, malades à domi­cile ou dépen­dantes).

 

Niveau 3 "alerte canicule" : la Ville de Grenoble lance son automate d’appel et la Métro met en garde contre le vandalisme des bornes à incendies.

© Léa Raymond

Prenez des nou­velles des per­sonnes âgées, iso­lées ou souf­frant de mala­dies chro­niques que vous connais­sez ou ren­dez-leur visite deux fois par jour. Accompagnez-les dans un endroit frais. En cas de mala­die ou de troubles du com­por­te­ment (grande fai­blesse, grande fatigue, maux de tête, ver­tiges, troubles de la conscience, nau­sées…), appe­lez un méde­cin. Et si vous avez besoin d’aide, appe­lez la mai­rie.

 

De même, si vous avez connais­sance d’une per­sonne se trou­vant en dif­fi­culté du fait de ces fortes cha­leurs, n’hésitez pas à appe­ler les ser­vices de secours :

 

- Le 15, numéro d’ap­pel gra­tuit du ser­vice d’aide médi­cale urgente (Samu).
– Le 115, numéro d’ap­pel gra­tuit des urgences sociales, qui a pour mis­sion d’in­for­mer, orien­ter et recher­cher un héber­ge­ment pour les per­sonnes sans domi­cile fixe.

 

commentez lire les commentaires
3797 visites | 0 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.