Municipales 2020 : “Ensemble ! Grenoble Métropole” et Génération.s répondent présent à l’appel d’union du PCF

sep article



 

FOCUS – Une liste commune entre les collectifs grenoblois de gauche pour les élections municipales de 2020, est-elle possible ? En tout cas c’est envisageable ! Plusieurs mouvements ont répondu présent à l’appel du PC Grenoble-Meylan à « se rassembler pour répondre à l’urgence sociale, écologiste, démocratique et humaniste ». Derniers en date : le collectif local Ensemble ! Grenoble Métropole et la branche grenobloise de Génération.s.

 

 

Émilie Chalas. © CreditYuliya-Ruzhechka

Émilie Chalas, inves­tie par LREM. © Crédit Yuliya-Ruzhechka

Les incer­ti­tudes crois­santes quant au résul­tat des élec­tions muni­ci­pales de l’année pro­chaine ne laissent pas les mou­ve­ments de gauche indif­fé­rents. Surtout face aux can­di­da­tures de l’ancien maire Alain Carignon et de la député Emilie Chalas, frai­che­ment inves­tie pour LREM.

 

Le PC Grenoble-Meylan a ainsi lancé, la semaine der­nière, un appel au ras­sem­ble­ment des forces de gauche. Après le groupe local d’Europe éco­lo­gie – Les Verts (EELV), Génération.s et le col­lec­tif local Ensemble ! Grenoble Métropole ont répondu pré­sent quasi simul­ta­né­ment.

 

Dans leurs com­mu­ni­qués – conver­gents – les deux groupes s’ac­cordent ainsi pour favo­ri­ser l’é­mer­gence d’une union des gauches éco­lo­giste et soli­daire à Grenoble et dans la Métropole. Autant qu’ils mani­festent leur inten­tion de contrer, entre autres, les can­di­da­tures d’Alain Carignon (LR) et, main­te­nant, d’Émilie Chalas (LREM) aux manettes de Grenoble.

 

« L’urgence cli­ma­tique est telle que nous ne pou­vons plus nous payer le luxe des vieilles divi­sions sté­riles, sou­vent bien plus égo­tiques que réel­le­ment poli­tiques » tacle par ailleurs Ensemble ! Grenoble Métropole. Le ton est donné : cli­mat d’abord, poli­tique poli­ti­cienne ensuite.

 

 

« Nous assistons à des dérives autoritaires »

 

« Chaque jour les inéga­li­tés gran­dissent, entre les plus riches et les plus pauvres mais aussi entre les cam­pagnes et les villes, les centres villes et les quar­tiers popu­laires », affirme Carole Billon, la réfé­rente de Génération.s Grenoble Métropole. « Chaque jour nous consta­tons les bou­le­ver­se­ments majeurs pro­vo­qués par le chan­ge­ment cli­ma­tique, mena­çant la péren­nité de nos socié­tés et l’a­ve­nir de l’humanité. »

 

Paul Bron et Carole Billon. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Paul Bron et Carole Billon. © Joël Kermabon – Place Gre’net

Et la jeune femme ne se berce guère d’illu­sions. « Loin d’apporter des solu­tions, libé­raux, natio­na­listes et conser­va­teurs répondent en atta­quant les droits des tra­vailleurs », explique-t-elle. « Les poli­tiques qu’ils mènent contri­buent à défaire la trame de ce qui consti­tue notre société, au risque de pro­vo­quer son écla­te­ment. »

 

Son constat ? « Nous assis­tons à des dérives auto­ri­taires qui bafouent nos liber­tés indi­vi­duelles et fon­da­men­tales », décrit la réfé­rente. Avant de décla­rer que son groupe n’ac­cepte pas ces « alter­na­tives délé­tères » et pro­pose d’a­gir col­lec­ti­ve­ment « avec une déter­mi­na­tion à hau­teur de cet enjeu ».

 

 

Écrire une nouvelle page de la gauche écologiste

 

« Nous aspi­rons à une société res­pec­tueuse de notre envi­ron­ne­ment et des êtres vivants. Nous aspi­rons à une société garante du bien com­mun. Nous aspi­rons à une société juste, res­pec­tueuse de toutes les femmes et de tous les hommes. Nous aspi­rons à une démo­cra­tie ren­for­cée. Nous aspi­rons à une société du vivre-ensemble », plaide encore Carole Billon. Une autre manière de dire que le groupe a bien entendu l’ap­pel du PCF autant que la réponse d’EELV s’ins­cri­vant dans sa suite.

 

Paul Bron, en compagnie de Benoît Hamon. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Paul Bron, en com­pa­gnie de Benoît Hamon. © Joël Kermabon – Place Gre’net

 

Quant à l’é­chelle locale, Carole Billon se dit per­sua­dée de la capa­cité des métro­po­li­tains à faire preuve « d’in­tel­li­gence col­lec­tive » pour la construc­tion d’une « future mai­son com­mune ». En tout état de cause, elle l’as­sure, « Générations.s répond pré­sent, et par­ti­ci­pera à l’écriture de cette nou­velle his­toire de la gauche éco­lo­giste. »

 

 

« Menace de destruction » du mandat de la « majorité rouge-verte-citoyenne »

 

Bernard Macret, 4ème adjoint à la solidarité internationale à la Ville de Grenoble, à la conférence de presse du 10 février : " II ème rencontre paneuropéennes des villes contre TAFTA-CETA-TISA"

Bernard Macret, conseiller métro­po­li­tain membre du col­lec­tif Ensemble ! Grenoble Métropole © Placegrenet.fr

Pour le col­lec­tif Ensemble ! Grenoble Métropole, les pro­chaines élec­tions pour­raient bien mettre à mal l’i­mage de marque de Grenoble, en matière de tran­si­tion éco­lo­gique et d’avancées sociales. « La menace de des­truc­tion de tout ce qui a été ini­tié et bâti durant ce man­dat par la majo­rité rouge-verte-citoyenne est bien réelle. »

 

Quid des autres can­di­dats ? « Le retour aux manettes du paque­bot muni­ci­pal d’une droite réac­tion­naire, vio­lente et cor­rom­pue n’est cer­tai­ne­ment pas à sous-esti­mer », met en garde le col­lec­tif. Qui pour­suit, en taclant cette fois-ci LREM, « …laquelle serait faci­li­tée par l’irruption d’une droite affai­riste et pro­fon­dé­ment inéga­li­taire toute aux ordres d’un pré­sident des riches à l’autoritarisme aveugle ». N’en jetez plus !

 

Au-delà de la ges­tion de la ville, Ensemble ! évoque éga­le­ment le « chaos cli­ma­tique dans lequel l’humanité toute entière est entrée […] l’explosion des inéga­li­tés sociales sur fond de déplé­tion des res­sources et d’effondrement de la bio­di­ver­sité ». La solu­tion, donc ? L’unité pour mieux régner.

 

 

La raison fait la force

 

Une chose est sure, ces rap­pro­che­ments s’ap­pa­rentent à un « mariage de rai­son plus que d’amour ». « Si toutes les sen­si­bi­li­tés sont légi­times, la rai­son com­mande l’union des forces de la gauche éman­ci­pa­trice, éco­lo­giste et démo­cra­tique » écrit ainsi Ensemble ! Grenoble Métropole dans sa réponse à l’appel du PC.

 

Marche pour le climat à Grenoble le 24 mai 2019 © Florent Mathieu - Place Gre'net

Marche pour le cli­mat à Grenoble le 24 mai 2019 © Florent Mathieu – Place Gre’net

 

Reste à savoir si, comme en 2015, l’union de rai­son fera la force de la gauche gre­no­bloise éco­lo­giste. Génération.s affirme en tout cas vou­loir res­ter « fidèle à son iden­tité et à son sou­hait de par­ti­ci­per à la construc­tion d’une future « mai­son com­mune » Et « par­ti­ci­pera à l’écriture de cette nou­velle his­toire de la gauche éco­lo­giste ».

 

Pas mieux pour Ensemble ! Grenoble qui dit s’as­so­cier « plei­ne­ment à l’esprit des com­mu­ni­qués des sec­tions locales du PCF, d’EELV et Génération.s […] » Avec l’ob­jec­tif de « construire ce pro­jet local de trans­for­ma­tion sociale et de tran­si­tion éco­lo­gique, réso­lu­ment de gauche, fon­ciè­re­ment démo­cra­tique, pour la Ville de Grenoble et la Métropole ».

 

Avant de conclure opti­miste, para­phra­sant une cita­tion attri­buée à Lénine : « Là où il y a une volonté, il y a un che­min ! ».

 

JK et NS

 

Précision ajoutée le 22 juillet à 14 h 55

 

Le mou­ve­ment Ensemble ! Isère pré­cise que Ensemble ! Grenoble Métropole est le résul­tat d’une scis­sion mino­ri­taire sur­ve­nue en son sein à l’au­tomne 2016. Qui étaient les trans­fuges ? Ni plus, ni moins que « les membres favo­rables à un sou­tien incon­di­tion­nel à l’actuelle majo­rité en place à Grenoble ».

 

Logo du mouvement Ensemble! Isère. © Ensemble! Isère

Logo du mou­ve­ment Ensemble ! Isère. © Ensemble ! Isère

Pour sa part,  « la majo­rité de Ensemble ! Isère a tou­jours sou­haité gar­der sa liberté d’ap­pré­cia­tion et de cri­tique », sou­ligne le mou­ve­ment. Pour qui, « toute pro­po­si­tion poli­tique pour les muni­ci­pales de Grenoble passe par un bilan contra­dic­toire du man­dat écoulé ». Notamment en matière de démo­cra­tie locale, et par la « construc­tion de pro­po­si­tions avec la popu­la­tion et les forces enga­gées dans les mou­ve­ments sociaux por­teurs de pro­grès social et envi­ron­ne­mental ».

 

Lever toute ambiguïté sur le positionnement politique d’Ensemble ! Isère

 

Le mou­ve­ment signale par ailleurs que c’est cette concep­tion de la poli­tique qui a guidé l’ac­tion de Guy Tuscher et de Bernadette Richard-Finot. Ces anciens élus de la majo­rité d’Éric Piolle ont effec­ti­ve­ment fait séces­sion pour fon­der, dans la fou­lée, le groupe « Ensemble à Gauche » au conseil muni­ci­pal de Grenoble.

 

« Une dis­cus­sion est en cours  dans ce cadre-là entre dif­fé­rents acteurs et forces poli­tiques, dont Ensemble ! Isère », assure le mou­ve­ment. « Vis à vis des nos sym­pa­thi­sants et de nos par­te­naires de dis­cus­sion, il est impor­tant de lever toute ambi­guïté sur notre posi­tion­ne­ment poli­tique », veut encore appuyer Ensemble ! Isère.

Paysage>Paysages saison 04 été 2020 : spectacles expositions expériences en plein air en Isère
commentez lire les commentaires
5130 visites | 4 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 4
  1. Jolie pièce de théâtre mais c’est du déjà vu.
    Acte I : Appel au ras­sem­ble­ment par les com­mu­nistes des beaux quar­tiers à Meylan, sou­dain deve­nus éco­lo­gistes (MDR …). Acte II : le groupe le plus extrême de la majo­rité muni­ci­pale répond à l’appel.
    J’attends impa­tiem­ment la suite de la pièce. Ils ont prévu quoi au nom de l’écologie rouge ?
    Le ral­lie­ment de la CNT, le syn­di­cat anar­cho-liber­taire au chat noir dont pro­vient l’un des membres de ce groupe ?
    https://blogs.mediapart.fr/stephane-ortega/blog/300818/alternative-municipale-grenoble-le-pouvoir-est-il-maudit
    Le ral­lie­ment sur­prise des gre­no­po­li­tains (ex com­muns métro­po­li­tains, sans le « iste »), autre mon­tage de la majo­rité muni­ci­pale ?
    https://www.ledauphine.com/isere-sud/2017/01/24/les-communs-prennent-de-l-essor-et-se-reunissent-ce-soir-a-grenoble

    sep article
  2. sep article
  3. Sachant que seuls ils n’au­raient aucune chance, Piolle y com­pris.

    sep article
  4. les elc­teurs tran­che­ront : ca va sai­gner

    sep article