Des parents d’élèves mobilisés à Grenoble contre l’interdiction des sorties scolaires aux femmes voilées

sep article

Notre indépendance c

FOCUS – Remontés contre le projet de loi « pour une école de la confiance » et l’interdiction des sorties scolaires aux femmes voilées, des parents d’élèves du groupe scolaire Léon-Jouhaux – fréquenté par 400 élèves – ont organisé un « blocage » le mercredi 12 juin et une action symbolique de die-in le lendemain. Espérant calmer la fronde, le député de l’Isère (LREM) Olivier Véran leur propose de les rencontrer ce vendredi 14 juin.

 

 

Action de blocage de l'école Léon Jouhaux contre la réforme de l'école de Blanquer, suivie par 90% des familles du groupe scolaire Léon Jouhaux, selon les parents organisateurs de la mobilisation, mercredi 12 juin 2019 © Séverine Cattiaux - Place Gre'net

Action à l’é­cole Léon-Jouhaux contre la réforme de l’é­cole de Blanquer, le 12 juin 2019. © Séverine Cattiaux – Place Gre’net

Des parents du groupe sco­laire Léon-Jouhaux, situé dans le quar­tier Bajatière, non loin de Teisseire, à Grenoble, sont très remon­tés contre le pro­jet de loi « pour une école de la confiance ».

 

Leur cour­roux est tel qu’ils ont appelé au « blo­cage » de leur éta­blis­se­ment, ce mer­credi 12 juin au matin. Un terme du reste pas appro­prié car les ensei­gnants ont pu faire classe nor­ma­le­ment.

 

L’opération a tou­te­fois été cou­ron­née de suc­cès, selon les parents orga­ni­sa­teurs de la mobi­li­sa­tion. Ces der­niers affirment ainsi que 90 % des familles ont suivi le mou­ve­ment. Profitant de cette dyna­mique, les parents d’é­lèves pré­sents le mer­credi matin, ont décidé, à main levée, d’un die-in (action simu­lant la mort) pour le len­de­main.

 

Opération de mort-sur-place (die-in) jeudi 13 juin 2019 à l'école Léon Jouhaux de Grenoble contre le projet de loi pour une école de la confiance, jeudi 13 juin 2019 DR

Die-in jeudi 13 juin 2019 à l’é­cole Léon-Jouhaux de Grenoble contre le pro­jet de loi pour une école de la confiance. DR

 

Ce jeudi matin, vingt-cinq parents se sont ainsi allon­gés ou assis sur la place de l’a­mi­tié, devant l’é­cole mater­nelle. Et d’autres actions sont à venir, dès la semaine pro­chaine, assurent les parents d’é­lèves.

 

 

Interdites de sorties scolaires, des femmes voilées affirment se sentir « humiliées »

 

L’étincelle qui a mis le feu aux poudres et décidé les parents à se mobi­li­ser ? « L’introduction dans la loi par les séna­teurs d’in­ter­dire aux mamans voi­lées d’ac­com­pa­gner les sor­ties sco­laires », a rap­pelé mer­credi matin Pierre Gos, l’un des orga­ni­sa­teurs de la mobi­li­sa­tion, aux parents d’é­lèves.

 

Cet amen­de­ment apporté par les séna­teurs est incom­pré­hen­sible, estime Stéphanie Liabeuf, autre parent d’é­lève mobi­li­sée ce mer­credi : « Les trois quarts des mamans de l’é­cole sont voi­lées, constate-t-elle. Cela n’a jamais posé de pro­blème. Les mamans délé­guées sont voi­lées. On a tou­jours eu un dis­cours tota­le­ment ouvert. »

 

Mères voilées de l'école Jouhaux à Grenoble.

Action de blo­cage à l’é­cole Léon-Jouhaux pour pro­tes­ter contre la réforme de l’é­cole de Blanquer, mer­credi 12 juin 2019. © Séverine Cattiaux – Place Gre’net

 

Directement concer­nées par la loi, bon nombre de femmes voi­lées ont par­ti­cipé ce mer­credi matin à la mobi­li­sa­tion devant l’é­cole Léon-Jouhaux. « Avec cette inter­dic­tion de sor­ties sco­laires par le Sénat, on se sent humi­liéesLes autres parents n’ont jamais été cho­qués par notre voile, affirme Inès, en colère. Nous sommes d’une aide non négli­geable lors des sor­ties d’é­cole. Les maî­tresses nous remer­cient », sou­ligne-t-elle.

 

Soraya déplore, pour sa part, que l” « on s’en prenne encore au voile. On ne fait pas de pro­sé­ly­tisme, se défend-elle. On demande juste le res­pect de cha­cun ». Et ces mères de famille d’ac­cu­ser l’État « d’a­gi­ter une nou­velle fois le voile pour détour­ner l’at­ten­tion des vrais pro­blèmes que pré­sente cette loi ».

 

 

« Cette loi ne nous convient pas du tout »

 

Bon nombre de parents d’é­lèves de l’é­cole Léon-Jouhaux se méfient beau­coup du pro­jet de loi pour l’é­cole de la confiance. Ils lui reprochent ainsi d’être por­teur d’i­né­ga­li­tés entre les écoles et de ne pas per­mettre une prise en charge de qua­lité des enfants han­di­ca­pés. Mais aussi de s’en prendre aux plus pré­caires avec la « pos­sible rete­nue sur les allo­ca­tions fami­liales pour lut­ter contre l’absentéisme sco­laire ».

 

Mercredi 12 juin 2019, l'adjoint à la Ville de Grenoble, Fabien Malbet, prenant la parole pour soutenir la mobilisation des parents d'élèves de l'école Léon Jouhaux, contre la loi pour "une école de la confiance "© Séverine Cattiaux - Place Gre'net

L’adjoint à la Ville de Grenoble Fabien Malbet sou­tient la mobi­li­sa­tion des parents d’é­lèves de l’é­cole Léon-Jouhaux, contre la loi pour « une école de la confiance ». © Séverine Cattiaux – Place Gre’net

Les oppo­sants à la loi jugent par ailleurs que les ensei­gnants ont beau­coup à perdre avec celle-ci. Bref, « cette loi ne nous convient pas du tout ! », résume Pierre Gos.

 

Fabien Malbet, adjoint au patri­moine sco­laire de la Ville de Grenoble, est venu leur appor­ter son sou­tien ce mer­credi matin et rap­pe­ler son oppo­si­tion au pro­jet de loi. Notamment sur la mesure qui obli­ge­rait les com­munes à finan­cer les écoles pri­vées.

 

L’adjoint a par ailleurs assuré aux parents par­ta­ger bon nombre de leurs inquié­tudes. Fabien Malbet a ainsi pris la défense des mères voi­lées dési­reuses de par­ti­ci­per aux sor­ties sco­laires. « Quand on est parents d’é­lève, on est tous égaux ! », a lancé l’ad­joint, pour qui « le devoir de neu­tra­lité concerne les agents de l’État uni­que­ment ».

 

Interpellé par les parents d’é­lèves parmi d’autres élus, le député de l’Isère LREM Olivier Véran leur a quant à lui pro­posé une ren­contre ce ven­dredi matin… L’objet de la ren­contre ? Les « ras­su­rer », aurait répondu la col­la­bo­ra­trice du député.

 

Séverine Cattiaux

 

commentez lire les commentaires
6232 visites | 21 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 21
  1. Le port du voile avec visage visible ne me dérange pas du tout. Mais mes­dames, vous vivez en France, vous devez res­pec­ter la loi. Comme je le ferai dans tout autre pays. Accepteriez vous que j’ac­com­pagne vos enfants en mini jupe dans les pays du Maghreb ? Je ne pense pas. Alors, réflé­chis­sez bien

    sep article
  2. Si un jour les Le Pen arrivent au pou­voir, tous les Fabien Malbet pour­ront deman­der recon­nais­sance pour ser­vices ren­dus.

    sep article
  3. Ce qui est affli­geant ; notre per­son­nel élu vit de la poli­tique et il est tri­bu­taire
    de l’argent que lui verse le peuple pour effec­tuer sa mis­sion, cette mis­sion
    n’est que rare­ment effectuée.Le maire est le pre­mier magis­trat de sa ville,
    étant élu, il est à même à défendre la laïcité,qui est un des grands fon­de­ment
    de notre République. Je ne com­prends pas que sur ce sujet, il se trouve aux
    abon­nés absents …

    sep article
  4. Les citoyens fran­çais ne se lais­se­ront pas dic­ter une culture qui n est pas la leur
    Qui a lutté chaque jour pour sa liberté et pour faire nation après des guerres dont ils se sont rele­vés par leur tra­vail et leur cou­rage indé­fec­tible. Mille ans d his­toire pour que cer­tains accueillis et aidés depuis peu nous imposent leur obs­cu­ran­tisme est un outrage à notre his­toire et à nos ancêtres morts pour la paix et la liberté.

    sep article
  5. J’ai aucun pro­blème avec Fabien Malbet en bur­kini avec un voile sur son crâne chauve. Chez lui et dans sa pis­cine. Sinon, en sor­tie sco­laire, c’est l’é­cole et la loi s’ap­plique, y com­pris à Fabien Malbet.

    sep article
  6. Quelqu’un devrait essayer de leur expli­qué a ces femmes voi­lées, que la France est une répu­blique LAÏQUE , qu’elles ne soient pas d’ac­cord avec cela, c’est dom­mage pour elles, qu’elles se voilent et pro­voquent les citoyens avec leurs voiles, peu leur importe ??? Ou c’est une pro­vo­ca­tion cal­cu­lée ???? Comme à la pis­cine ???? Ou le maire tout ridi­cule, et tout mou, n’a rien dit, les à lais­ser entrer, avec leur bur­kini.

    sep article
  7. Rectification, Mesdames les musul­manes voi­lées : vous n’êtes pas « inter­dites de sor­tie sco­laire », vous êtes même les bien­ve­nues ! Mais pour res­pec­ter l’é­ga­lité de droits ET de devoirs entre citoyens et la liberté de conscience de cha­cun, il vous est juste demandé d’a­dap­ter votre tenue en vous décou­vrant la tête de votre sym­bole poli­tique et reli­gieux et cela vaut pour tout le monde ! Pas com­pli­qué ! Vous vous sen­tez visées ? Il faut dire que vous cher­chez un peu ! On ne voit que vous et pas beau­coup de sou­tanes ou de kip­pas, pour ne pas dire aucune ! Voilà com­ment une caté­go­rie de la popu­la­tion impose ses convic­tions poli­tiques et/ou reli­gieuses à tous les autres : en blo­quant un ser­vice public ! Or, le prin­cipe de laï­cité gou­ver­nant le ser­vice public a jus­te­ment pour fonc­tion d’é­vi­ter que des caté­go­ries de popu­la­tion imposent à l’Etat et aux citoyens ses convic­tions, quelles qu’elle soient ! Ceci démon­trant que ce prin­cipe ne s’ap­plique pas seule­ment aux agents de l’Etat, mais aussi aux assi­mi­lés fonc­tion­naires dont font par­tie les mamans voi­lées car consi­dé­rées comme col­la­bo­ra­trices occa­sion­nelles du ser­vice public ! « Les trois-quarts des mamans sont voi­lées », nous dit une inter­ve­nante de l’ar­ticle, car on a laissé faire pen­dant des années ! Mais la loi est la loi, le prin­cipe de laï­cité pré­exis­tait déjà et nul n’é­tait censé l’i­gno­rer ! Et on n’au­rait jamais dû lais­ser les direc­teurs et direc­trices d’é­cole se dépa­touiller avec cette ques­tion, ainsi que l’a­vait pré­co­nisé lâche­ment le Ministère de l’Education Nationale, sur la base des non moins lâches avis de l’Observatoire de la laï­cité et du Conseil d’Etat, néces­si­tant désor­mais l’in­ter­ven­tion du légis­la­teur ! Aujourd’hui, nous sommes mis devant le fait accom­pli ! Et les pires sont les idiots utiles de l’is­la­misme poli­tique que sont cer­tains élus à la mai­rie de Grenoble ou d’Echirolles, ou encore cette Alliance qui n’a plus de « citoyenne » que le nom, les­quels, n’é­tant même pas musul­mans mais pour com­plaire à leur clien­tèle ou pour se satis­faire leur ego d’a­voir défendu la veuve et l’or­phe­lin, mobi­lisent leurs troupes de voi­lées dans le cadre d’une ter­rible défaite de la pen­sée ! Encore pire, ils ins­tru­men­ta­lisent des enfants (cf. pho­tos!) En vic­ti­mi­sant ainsi toute une popu­la­tion musul­mane désor­mais sym­bo­li­que­ment astreinte au port du voile, alors que, faut-il le rap­pe­ler, nombre de musul­manes ne le portent pas ou plus et ne veulent pas se le voir impo­ser, la conver­sion douce de la société se pour­suit et les bar­bus en djel­la­bah n’ont même pas besoin de lever le petit doigt, car de (trop) gen­tils élus de la République font tout le bou­lot et font car­pette devant les bar­bues !

    sep article
  8. le mot lai­cite elles semblent igno­rer ce que cela veut dire peut etre devraient elles retour­ner a l ecole ? c est de la pro­vo­cat­tion comme dhab, ces gens la veulent a tout prix nous impo­ser leurs moeurs, leurs rites, leur reli­gion, ne nous lais­sons pas faire par ces tor­dues pas contentes, qu elles retournent en [modéré : pro­pos inju­rieux] avec leurs bar­bus et leurs sma­las ras le bol

    sep article
  9. La laï­cité est la sépa­ra­tion de l’Eglise (terme géné­rique, toutes reli­gions confon­dues) et de l’Etat.
    Il fau­drait donc consi­dé­rer les mamans comme des auxi­liaires de l’é­du­ca­tion natio­nale pour leur inter­dire le voile pen­dant les sor­ties sco­laires, comme aux enseignant.e.s. Je suis pour.

    sep article
    • Chère Caro, Fabien Malbet ‚adjoint au patri­moine de la ville
      de Grenoble sou­tient les mamans et leur reven­di­ca­tion de
      por­ter le voile . j’en déduis qu’il est en ser­vice com­mandé par
      le Maire .
      « Indemnité nette men­suelle muni­ci­pale de Fabien Malbet, adjoint au Maire … l’in­dem­nité brute men­suelle maxi­male pré­vue par la loi est de 8 317 €  »

      sep article
      • Cher Stef. Supputation mais aucun fait avéré dans ce que vous dites. Alors SVP atten­tion à ce que vous écri­vez. Que Macron envoie ses ministres en ser­vice com­mandé por­ter la nbonne parole est un fait avéré rien qu’a entendre les mêmes phrases sor­tir de dif­fé­rentes bouches. Ce n’est pas vrai pour la majo­rité muni­ci­pale où cha­cun peut libre­ment s’exprimer. Je connais des élus qui sont contre le port du voile.
        Avez vous oublié qu’en arri­vant à la mai­rie E. Piolle a fait bais­ser tous les salaires des élus, le sien com­pris, des 25% que Destot avait fait voter ? Que le salaire d’un adjoint est de 2 357€ ? D’ou tenez vous ce chiffre aber­rant de plus de 8000€ ?

        sep article
        • C’est très simple, j’ai demandé à mon ordi­na­teur de
          répondre à cette simple ques­tion ;
          « indem­ni­tés reçues pas nos élus de la ville de Grenoble
          pour leurs dif­fé­rents man­dats élec­tifs 2015 et 2018.
          Pour 2015 J’ai tout bête­ment copier la phrase où
          appa­rais­sait le nom de Monsieur Fabien Malbet.
          Je vous sou­haite un bon week-end dame Caro …

          sep article
          • SVP, don­nez le lien où vous avez trouvé cette rému­né­ra­tion …
            Voici ce que j’ai :
            « En 2017, les indem­ni­tés des élu-e‑s sont les sui­vantes (elles ont été bais­sées de 25% depuis l’ar­ri­vée au pou­voir d’Éric Piolle) :

            Adjoint-e‑s : 1795€ net/mois
            http://www.ici-grenoble.org/infospratiques/fiche.php?id=76

            Bonne soi­rée

            sep article
            • c’est sur un docu­ment de six pages , toutes les indem­ni­tés des élus
              sont ins­crites sur des tableaux.le docu­ment est pro­tégé « micro­soft word .
              Vous devez pou­voir le consul­ter ‚si vous en avez le désir d’en faire la recherche ?
              La somme de 8317 euros et la phrase qui va avec n’est qu’un copier/collé .

              sep article
          • Votre phrase reco­pié reprend tout bête­ment votre com­men­taire sur ce fil …
             » indem­ni­tés reçues pas nos élus de la ville de Grenoble pour leurs dif­fé­rents man­dats élec­tifs 2015 et 2018

            Source : article Des parents d’é­lèves mobi­li­sés à Grenoble contre l’in­ter­dic­tion des sor­ties sco­laires aux femmes voi­lées | Place Gre’net – Place Gre’net »

            sep article
  10. mobi­lisé ou pas, on s’en fout. C’est la loi en France. A tous (toutes) ceux qui ne com­prennent pas ce qui est la LOI, on peut conseiller la répa­tria­tion dans les pays d’où ils sont venus.

    sep article
    • Face au déclin de notre répu­blique et de ses lois,
      nous pos­sé­dons un bel arse­nal de bénis-oui-oui
      et de cou­cou­gnettes molles très bien rému­né­rées

      sep article
  11. Les sor­ties sco­laires, cela reste l’é­cole. Voile inter­dit.
    On veut accom­pa­gner ses enfants, on enlève son voile.
    Safi !

    sep article
  12. L’amendement sur l’in­ter­dic­tion sur le voile lors des sor­ties sco­laires
    a été sup­primé de la loi Blanquer.
    « La loi est dure,mais c’est la loi »

    sep article
  13. Fabien Malbet et muni­ci­pa­lité Piolle, « quand on est parent d’é­lève on est tous égaux » ? Donc celà veut dire qu’on res­pecte tous les lois de la répu­blique, sur ce sujet comme sur d’autres, que ça plaise ou pas.
    Les Grenoblois cins­tatent que le port du voile à très for­te­ment aug­menté à Grenoble et ailleurs, signe d’un pro­sé­ly­tisme évident et de la régres­sion de la liberté des femmes musul­manes en géné­ral.

    sep article
    • Le sort de la République,est entre les mains de nos élus.
      La seule ques­tion est ‚l’élu a‑t-il envie de défendre les acquis
      de la laï­cité, ou bien veut-il durer en poli­tique en satis­fai­sant
      les caprices des uns et des autres,enfin d’en­gran­ger des voix
      à sa réélec­tion ?

      sep article