Plusieurs centaines de jeunes manifestants pour le climat dans les rues de Grenoble ce 24 mai

sep article

DIAPORAMA — Entre 600 et 800 jeunes manifestants se sont donné rendez-vous dans les rues de Grenoble, vendredi 24 mai, pour une manifestation contre le réchauffement climatique. Comme toujours, les pancartes truculentes et les slogans volontiers provocateurs traduisent une réelle inquiétude face à un avenir incertain. Et une volonté d’imposer aux gouvernements des mesures concrètes en matière d’environnement, mais aussi de social ou d’économie.

 

« Vous êtes à court d’excuses, nous sommes à court de slogans », clame une banderole des jeunes réunis contre le réchauffement climatique dans les rues de Grenoble, ce vendredi 24 mai. Vraiment ? « La mer monte comme notre colère », « Don’t break my earth », « Les calottes sont cuites »… Les pancartes confectionnés par les centaines de manifestants – entre 600 à 800 au plus fort du rassemblement – ne manquent pourtant pas de verve. Ni d’imagination.

 

Marche pour le climat dans les rues de Grenoble le 24 mai 2019 © Florent Mathieu - Place Gre'net

Marche pour le climat à Grenoble le 24 mai 2019. © Florent Mathieu – Place Gre’net

 

Une nouvelle fois, à l’appel des mouvements Fridays for Future, Youth For Climate France et l’UNL Isère, les lycéens ont “séch鐔 les cours et ont arpenté les rues pour crier leur colère et leur inquiétude face au dérèglement climatique. Un mouvement national, et même mondial, bien décidé à imposer aux gouvernements des mesures environnementales concrètes, face aux alertes répétées du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (Giec).

 

 

Un message hautement politique

 

Et pas question pour les jeunes de prôner une écologie dépolitisée : Emmanuel Macron et son ministre de la Transition écologique et solidaire, François de Rugy, en prennent pour leurs grades dans les refrains scandés par les manifestants. Qui crient encore leur dégoût du système économique (« Les riches polluent, les pauvres subissent, le responsable c’est le capitalisme »)… et s’écartent de temps en temps du sujet pour exiger la légalisation du cannabis.

 

 

En dépit de la teinte résolument festive du cortège et de la forte présence d’humour (noir) en son sein, les préoccupations des jeunes manifestants n’en sont pas moins sérieuses. Après avoir zigzagué dans les rues de Grenoble, le cortège s’est ainsi transformé en sit-in place de Verdun, avec dépôt symbolique de pancartes et de fleur. Sans oublier, une minute de silence pour toutes les victimes à venir de la pollution et du réchauffement climatique…

 

Au micro, un organisateur de la manifestation n’a pas manqué d’inviter les jeunes à aller voter pour les élections européennes du dimanche 26 mai : « Nous les jeunes, nous n’avons aucune voix. Ne pas voter, c’est accepter la confiscation de la démocratie ! ».

 

Convaincus qu’il « est encore temps » pour changer les choses et éviter le scénario catastrophe d’un changement climatique mortifère, les jeunes ont conclu leur manifestation… par un appel à rebattre prochainement le pavé.

 

Florent Mathieu

 

commentez lire les commentaires
1907 visites | 3 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 3
  1. Ils n’ ont pas essayé de travailler avant de réclamer quoi que ce soit ?

    sep article
  2. Ah ah, les riches polluent. Pourtant ils ont assez d’argent pour se payer leur beuh. Vraiment risible

    sep article
  3. Ping : Plusieurs centaines de jeunes manifestants pour le climat dans les rues de Grenoble ce 24 mai | France Politique