Les collectivités du Sud-Isère organisent une consultation sur le projet de reconstruction des usines de traitement des déchets

sep article

Notre indépendance c

FIL INFO – Les habitants de sept collectivités du sud-Isère sont invités à se prononcer sur un projet commun de reconstruction de deux sites de traitement des déchets, à La Tronche et Murianette. Objectif ? Répondre aux changements à venir, avec une réduction annoncée des incinérations et une augmentation du tri et du recyclage.

 

 

C’est un pro­jet qui concerne pas moins de sept col­lec­ti­vi­tés du sud-Isère, et au final plus de 700 000 habi­tants. La Métro, le Grésivaudan, le Pays voi­ron­nais, l’Oisans, Saint-Marcellin Vercors Isère, le Trièves et la Matheysine font cause com­mune autour de « solu­tions mutua­li­sées, pérennes et adap­tées » quant au retrai­te­ment des déchets. Et invitent les habi­tants de leur ter­ri­toire à don­ner leur avis sur la recons­truc­tion annon­cée des usines de trai­te­ment des déchets.

 

Sept collectivités du Sud-Isère consultent les habitants sur les projets de reconstruction des sites de traitement des déchets Athanor et Murianette.Empilement de déchets au centre de tri d'Athanor. © Alexandra Moullec - Place Gre'net

Empilement de déchets au centre de tri d’Athanor. © Alexandra Moullec – Place Gre’net

 

Les citoyens ont ainsi jus­qu’au ven­dredi 28 juin pour prendre connais­sance des pro­jets, et répondre s’ils le sou­haitent à des ques­tion­naires en ligne. Des ques­tion­naires qui, à l’ex­cep­tion d’un item, pro­posent des ques­tions ouvertes. Et invitent les inter­nautes à livrer leurs pro­po­si­tions « pour pré­ser­ver l’en­vi­ron­ne­ment et le cadre de vie » autour des usines concer­nées, ou encore leurs sug­ges­tions d’ac­tions pour « réduire [leurs] déchets rési­duels ».

 

 

Deux sites concernés : La Tronche et Murianette

 

Deux sites sont concer­nés. Pour ce qui est du site Athanor de La Tronche, il se ver­rait, d’une part, doté d’un centre de tri plus impor­tant, « d’une capa­cité de 51 000 tonnes par an, soit 20 000 tonnes en plus », chiffre la Métro. D’autre part, il est concerné par un deuxième pro­jet : une unité d’in­ci­né­ra­tion et de valo­ri­sa­tion éner­gé­tique de taille plus modeste que celle actuel­le­ment pré­sente sur le site. Cumulés, les deux pro­jets repré­sentent plus de 170 mil­lions d’eu­ros hors taxe.

 

L'usine Athanor est appelée à évoluer face au changement de mode de traitement des déchets © Grenoble-Alpes Métropole

L’usine Athanor est appe­lée à évo­luer face au chan­ge­ment de mode de trai­te­ment des déchets. © Grenoble-Alpes Métropole

 

Autre site : le centre de com­pos­tage de Murianette, quant à lui appelé à évo­luer avec « l’ajout d’une étape de métha­ni­sa­tion avant l’étape com­pos­tage ». Une unité de métha­ni­sa­tion « qui pro­duira du bio­gaz à par­tir de la fer­men­ta­tion des déchets ali­men­taires », indique la Métro. Sa capa­cité : 18 000 tonnes, dont 14 000 pro­ve­nant des habi­tants du ter­ri­toire. Le tout pour un inves­tis­se­ment estimé à 15 mil­lions d’eu­ros hors taxe.

 

Des inves­tis­se­ments par­ta­gés entre les sept col­lec­ti­vi­tés, avec pour objec­tif de répondre aux enjeux à venir en matière de déchets. Soit, d’ici une dizaine d’an­nées, une réduc­tion des déchets à inci­né­rer, mais « un volume de plus en plus impor­tant à recy­cler ». Et ceci au moment où, sou­ligne la Métro, « les outils indus­triels de trai­te­ment des déchets pré­sents sur le ter­ri­toire régio­nal se révèlent satu­rés et vieillis­sants ».

 

FM

 

commentez lire les commentaires
1429 visites | 0 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.