Travaux d’élargissement de l’A480 à Grenoble : l’ADTC accuse Area de mettre les cyclistes en danger

sep article

REPORTAGE – Les militants de l’ADTC (Association pour le développement des transports en commun, voies cyclables et piétonnes dans la région grenobloise) condamnent la manière dont Area et les pouvoirs publics gèrent les travaux d’élargissement de l’A480. Si les automobilistes sont pris par la main pour leur occasionner le moins de gêne possible, la sécurité des cyclistes n’est pas assurée, selon l’association. Le message, c’est « débrouillez-vous et à vos risques et périls », résume l’ADTC, qui s’insurge contre cette différence de traitement.

 

 

Militants de l'ADTC dénonçant la mise en danger des cyclistes sur les cheminements proposés par l'Aréa dans le cadre des travaux d'élargissement de l'A480 vendredi 26 avril 2019 © Séverine Cattiaux - Place Gre'net

Militants de l’ADTC dénonçant la mise en danger des cyclistes sur les cheminements proposés par l’Area dans le cadre des travaux d’élargissement de l’A480 vendredi 26 avril 2019. © Séverine Cattiaux – Place Gre’net

« Les cyclistes sont méprisés alors qu’on demande juste de la considération pour ne pas être mis en danger ! »

 

Les militants de l’ADTC (Association pour le développement des transports en commun, voies cyclables et piétonnes dans la région grenobloise) veulent témoigner du danger que leur fait courir la société d’autoroutes Area pendant les travaux d’élargissement de l’A480.

 

D’où l’idée de se rassembler, vendredi 26 avril en fin d’après-midi, au nord de l’avenue des Martyrs sur le Polygone scientifique à Grenoble. Les responsables de leur mise en danger, selon eux ? Area mais aussi ses partenaires : la Métropole de Grenoble, le conseil départemental de l’Isère et la Dréal. Autant d’acteurs qui n’ont pas réagi, à en croire l’association, malgré ses mises en garde répétées.

[…]

La suite du contenu est réservé aux abonnés

Connectez vous…

Veuillez vous connecter pour accéder à cette page.
S'inscrire

 

…ou choisissez votre abonnement ci-dessous !

commentez lire les commentaires
4574 visites | 13 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 13
  1. “A l’origine du rassemblement, un collègue ingénieur de Laura et l’Association pour le Développement des Transports en Commun qui précise que le « but n’est pas de polémiquer ni d’accuser quiconque mais de demander fortement et massivement que les cyclistes, nombreux sur cette zone, soient plus en sécurité sur ce chantier qui va durer encore deux ans ».

    Quels beaux paroles suite à l’accident du 2013! Mais en réalité des [modéré : injurieux] qui se ressemblent sans aucun but précis, sauf de pleurnicher, sans demandes concrètes politiques (l’ADTC ne voulant pas critiquer la gestion gauchiste de Grenoble). “Demander fortement et massivement “! Vous avez oublié de réclamer “world peace and white pony” à la même occasion 🙂

    sep article
  2. J’ai pris mon vélo, aucun doute que l’itinéraire de l’ADTC est dangereux actuellement ! Mais pourquoi le prennent-ils alors qu’il est déconseillé aux cyclistes pendant 3 semaines pour cause de travaux ?
    https://www.a480rondeau.fr/perturbations-cycles/viaduc-isere-rive-gauche/
    La réalité, c’est qu’il y a une belle piste cyclable, dont le tracé est en cours de modification. Les barrières et les murets qui indignent l’ADTC sont une sécurité pour la fermer pendant le temps des travaux.
    L’ADTC dénonce un accident en 2013 pendant les travaux du tramway et en 2019 ils se plaignent de devoir franchir des barrières de sécurité ? Ils feraient mieux de prendre un des itinéraires recommandés.

    sep article
    • Une fois de plus, vous répandez de fausses informations. Vous devriez vraiment changer de pseudo… Et en plus, vous n’avez absolument pas compris le sens de l’action de l’ADTC à cet endroit.

      Tout d’abord, pouvez-vous nous dire où l’ADTC recommande l’itinéraire que vous qualifiez de « itinéraire de l’ADTC » ? À part dans votre tête, nulle part.

      Je vois également que vous n’avez aucune notion de ce qu’est un trajet de vélotaf dont la distance est en moyenne comprise entre 3 et 5 km. Les deux déviations proposées font faire un détour au choix de 7 km entièrement sécurisés ou bien un détour entre 3,5 et 4km en passant par le pont du Vercors (aménagement cyclable un peu limite…), la rue Félix Esclangon dont une partie de la piste cyclable est en travaux puis l’avenue des Martyrs avec une voie mixte bus/vélo. Il est donc normal que certain(e)s cyclistes soient tenté(e)s de couper au plus court par la zone de travaux. Raisonnement en pire pour les piétons qui eux ne peuvent plus passer du tout de façon sécurisé (bien que l’arrêté de la métropole 19-AC00476 oblige AREA à maintenir un cheminement piétonnier continu et sécurisé). Or, AREA a fait le choix délibéré et volontaire de ne pas avertir les autres usagers motorisés (qui n’ont aucune contrainte en heures de pointe matin et soir, ceci dit au passage) de la présence de cyclistes sur la chaussée dans la zone de travaux et d’oublier les piétons. Pire, elle a coupé la voie verte beaucoup trop tôt (1 km avant le chantier côté rive gauche de l’Isère) et renvoyé les cyclistes sur l’avenue des Martyrs, à 2 voies de circulation dans le même sens avec limitation de vitesse à 80 km/h alors qu’il était facile de laisser les cyclistes et piétons cheminer sur la voie verte sur 700 mètres sans aucune gêne pour le chantier. Et le pont des Martyrs qui pourrait être utilisé dans le sens rive droite -> rive gauche a aussi été condamné. Face à cette situation, l’ADTC a réagi en demandant à AREA des améliorations de bon sens pour les cyclistes qui ne souhaitent pas utiliser les déviations conseillées.
      Dernier point, concernant l’accident de mars 2013 lors de l’extension des travaux du tram B : la zone où a eu lieu l’accident mortel d’une jeune étudiante avait été pointée du doigt comme accidentogène (manque d’un sas vélo) dès octobre 2012 mais rien n’avait été fait jusqu’au décès de la jeune fille à bicyclette. Il serait regrettable qu’un tel accident se reproduise alors qu’il existe des solutions pouvant être mises en place pour l’éviter.

      Votre haine vous aveugle.

      sep article
      • Ben oui, c’est effectivement simple pour qui sait lire un plan. Il y a l’itinéraire de déviation officiellement recommandé pendant les trois semaines de travaux, plus long mais sûr. Et il y a l’itinéraire déconseillé, plus court mais dangereux et néanmoins choisi par l’ADTC.

        sep article
        • Relisez bien ce que j’ai écrit plus haut. L’itinéraire le plus court n’est pas *interdit* aux personnes qui se déplacent à bicyclette (et encore moins celles à pied) et, une fois de plus, n’est pas recommandé par l’ADTC. Par conséquent, il y a des personnes qui font le choix de passer ici. Seulement, rien n’est fait pour signaler leur présence sur la chaussée et tout est fait pour rallonger les portions en commun avec les véhicules motorisés sans aucun raison valable.
          On se retrouve donc dans une situation où les conducteurs motorisés ne savent pas que la voie verte piéton/cycle est coupée et se retrouvent avec des cyclistes devant eux parfois très loin du chantier (entre l’entrée de l’IBS et le giratoire de Sassenage) le tout avec un différentiel de vitesses très important (vitesse à 80 km/h ou bien en approche de la zone de chantier, du 30 km/h non respecté). Le risque est là, bien présent. Il est normal de le signaler pour éviter des accidents.

          sep article
          • L’ADTC avait le choix : taper sur AREA, ou informer les cyclistes du danger pendant 3 semaines et de l’existence d’une déviation pour leur sécurité. Le choix que vous avez fait est très clair et c’est le mauvais. Alors moi je vais rester comme je suis : pas actionnaire d’AREA et sans confiance dans l’ADTC.

            sep article
            • Une fois de plus, vous causez sans avoir toutes les informations et répandez ainsi de fausses informations. Votre pseudo est tout à fait inopportun !
              Les actions faites avant et pendant les travaux :
              – signalement nombreux à AREA des dangers potentiels liés au passage de personnes à vélo et de piétons qui souhaiteraient / souhaitaient passer dans la zone affectée par les travaux. Également des contacts avec la Métro et la ville de Grenoble.
              – signalement aux personnes à bicyclette et aux piétons / personnes en trottinette ou gyropode de la zone de chantier avec explications/précisions sur les deux déviations en place par la distribution de tracts sur place le jeudi 11 avril et une présence sur place entre 7h30 et 8h30 et 17h30 et 18h30 tous les jours de la semaine 16 (première semaine des travaux) et un peu moins en semaines 17 et 18. Pour information, AREA ne mentionnait aucune date de la coupure jusqu’au mardi 16 avril.
              – passage en vélo-bus (c’est-à-dire en groupe) pour les personnes à vélos qui souhaitaient passer par la zone des travaux entre 7h30 et 8h30 et 17h30 et 18h30 tous les jours de la semaine 16 et un peu moins en semaines 17 et 18.
              Comme vous le voyez, à l’épreuve des faits, vous racontez *n’importe quoi*. C’est à souligner une fois de plus.

              C’est votre choix de ne pas faire confiance à l’ADTC. Ce que je retiens, c’est les remerciements reçus à l’association ou bien sur place par les personnes qui ont été renseignées ou qui ont traversées en sécurité par vélo-bus la zone de travaux.

              sep article
  3. @Gilce
    Cher Monsieur, je soutiens de tout mon cœur le projet d’élargissement de l’A480. Si j’ai proposé de faire un appel à l’établissement à St-Egreve, c’était exclusivement au profit des membres de l’ADTC.
    Où étaient ils avec leurs protestations quand la municipalité PS/EELV/ADES a mis en place exactement le même genre du trafic dangereux sur le Quai Stephane Jay?! Apparemment, la m***^ qui vient de leur propre milieu ne pue pas autant

    sep article
    • Je vois que vous confondez avec une certaine facilité l’accès à un échangeur autoroutier avec un trafic dense de véhicules motorisés dont des poids lourds et des bus et des vitesses élevées et un quai en centre-ville. C’est dingue ce que la mauvaise foi peut faire dire !

      sep article
  4. M’enfin ! si l’élargissement de l’A480 a été décidé, c’est bien que les décideurs se fichent des cyclistes, non ? alors, pourquoi sécuriser les voies qu’ils empruntent ? Ils ne sont pas en sécurité, ils prennent leur voiture. CQFD
    🙁

    sep article
  5. mais ça suffit. A Saint-Egrève il y a un établissement médical pour ces cas-là.

    sep article
    • C’est vrai, quoi, l’hospitalisation d’office ça existe !
      😉

      sep article
    • Bonjour,
      l’élargissement de l’A480, vous l’avez demandé et ou vous l’avez eu, avec avis favorable de la Métro ET de la majorité verte de la ville de Grenoble, ET financement de la Métro pour le Rondeau à hauteur de 23M€! Coût total du projet: 380M€ dont 80€ à la charge du contribuable pour le Rondeau! Juste un petit rappel des faits, pour que vous, avec d’autres, arrêtiez de laisser entendre que rien n’est fait pour les automobilistes dans l’agglomération! Par ailleurs, les cyclistes, qui sont d’ailleurs pour beaucoup également automobilistes, ont le droit à des aménagements leur garantissant rapidité et sécurité, tout comme les automobilistes ont leurs autoroutes et les piétons leurs trottoirs! Et il est inutile de nous rappeler à longueur de posts que le comportement de CERTAINS cyclistes est dangereux, car dans ce cas-là il faudra évoquer le comportement également dangereux de CERTAINS automobilistes et piétons! (feux rouges grillés, dépassements dangereux, circulation ou stationnement sur des bandes cyclables obligeant le cycliste à se déporter, etc.). Enfin, lors de la construction des autoroutes et des zones commerciales d’entrée de ville, personne ou très peu ont manifesté contre l’impact négatif de ces aménagements sur le commerce de centre-ville, et pourtant il y aurait de quoi dire! Bien à vous,

      sep article