Centre-ville de Grenoble : des débats toujours dans l’impasse avec l’Union de quartier

sep article

FOCUS – La réunion publique annuelle de l’Union des habitants du centre-ville (UHCV) s’est tenue ce jeudi 11 avril. Les débats ont porté sur la question du « bouleversement du centre-ville » selon trois axes : le piéton, la tranquillité et l’attractivité. Hormis un incident en fin de séance, le débat s’est déroulé dans le calme, ce qui n’était pas joué d’avance alors que reste en mémoire la réunion d’avril 2018 où les élus avaient quitté la salle en cours de séance.

 

 

Une centaine d'habitants du centre-ville a participé à cette réunion publique organisée par l'UHCV. © Jules Peyron - Place Gre'net

Une centaine d’habitants du centre-ville a participé à cette réunion publique organisée par l’UHCV. © Jules Peyron – Place Gre’net

« Nous ne sommes pas dans une salle de spectacle », prévient Marc Resche dès le début de la séance. Ce membre du conseil d’administration de l’Union des habitants du centre-ville (UHCV) va jouer le rôle de médiateur tout au long de la réunion. En guise d’introduction, il agite, non sans un sourire en coin, une cloche qui permettra de faire taire les bavards. La séance durera plus de deux heures, et la cloche restera silencieuse.

 

 

Un an après le clash

 

Pour autant, l’ambiance qui règne dans l’amphithéâtre de la Maison du tourisme n’est pas non plus chaleureuse. Reste en effet dans les mémoires de la plupart des participants la dernière réunion publique du collectif, tenue le 25 avril 2018.

 

Antoine Back et Lucille Lheureux, suivis par les autres élus municipaux, avaient quitté la séance prématurément l'année dernière. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Antoine Back et Lucille Lheureux, suivis par les autres élus municipaux, avaient quitté la séance prématurément l’année dernière. © Joël Kermabon – Place Gre’net

 

Les élus municipaux avaient alors quitté la salle en pleine séance, suite à des huées à l’encontre de Lucille Lheureux, adjointe aux espaces publics. Cette dernière n’est pas présente ce jeudi, Antoine Back si. Le conseiller municipal élu du secteur 2 avait pourtant été « récusé » par l’UHCV après la réunion mouvementée de l’année dernière. « On ne récuse pas un élu. Je suis élu de secteur, je fais le travail pour lequel je suis mandaté », assène Antoine Back ce jeudi soir.

[…]

La suite du contenu est réservé aux abonnés

Connectez vous…

Veuillez vous connecter pour accéder à cette page.
S'inscrire

 

…ou choisissez votre abonnement ci-dessous !

commentez lire les commentaires
2877 visites | 4 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 4
  1. Comme l’atteste la photo en début d’article, l’UHCV est une clique de vieux qui passent leur temps à râler et qui seront insastifaits quoiqu’il advienne. Mieux vaut donc ne pas leur accorder trop d’attention. L’avenir de Grenoble passe surtout par la réhabilitation des quartiers sud, il ne faut pas l’oublier.

    sep article
    • Tu te trompes camarade, chaque citoyen.ne.s doit être pris en compte (les habitant.e.s du centre ville connaissent aussi les chemins des urnes).

      sep article
    • « clique de vieux » ?
      Ouh là ! Délit de faciès ! Gérontophobie ! Que fait la Ligue des Droits de l’Homme ?! Et notre élu en charge des discriminations ? Eric ne portait-il pas, voilà peu, un splendide tee-shirt indiquant que nous étions tous humains ?
      « All Human Beings Are Born » (la suite n’est pas visible sur la photo, et j’espère qu’il y en a une, parce que « Tous les êtres humains sont nés », le sieur de La Palice doit être dans le coup).
      Attention, les jeunots, Papy fait encore et toujours de la résistance !

      sep article
    • réhabiliter les quartiers Sud, avec l’argent de ‘la clique de petits vieux »,
      au lieu de demander aux habitants des quartiers de prendre soin des immeubles
      et appartements qui leurs sont confiés, c’est de la démagogie d’irresponsables …

      sep article