Suite à son AG houleuse, l’Union des habitants du centre-ville de Grenoble “récuse” l’élu Antoine Back

sep article



FIL INFO – Suite à l’assemblée générale houleuse de l’Union des habitants du centre-ville de Grenoble, au cours de laquelle les élus de la Ville avaient purement et simplement quitté la salle, l’UHCV annonce son refus de continuer à travailler avec l’élu de secteur Antoine Back. Motif de cette “récusation” ? Le conseiller municipal aurait eu un comportement agressif, et tenu des propos privés déplacés.

 

 

Conséquence directe du clash entre élus et habi­tants ou com­mer­çants durant la der­nière assem­blée géné­rale de l’Union des habi­tants centre-ville : l’UHCV a fait savoir aux Unions de quar­tier de Grenoble, au Comité de liai­son des unions de quar­tier (Cluq) et à Lahgglo (Les asso­cia­tions des habi­tants du grand Grenoble : Lien et ouver­ture) qu’elle “récu­sait” l’élu gre­no­blois de sec­teur Antoine Back comme inter­lo­cu­teur.

 

Une « rupture de la confiance et du respect nécessaires au dialogue »

 

« Monsieur Antoine Back a, par son com­por­te­ment lors de notre réunion publique et par des pro­pos tenus ensuite en “off”, rompu la confiance et le res­pect néces­saires à un dia­logue sans hypo­cri­sie. En consé­quence, nous avons informé M. le maire qu’il sera doré­na­vant impos­sible à l’UHCV de pour­suivre avec l’élu attri­bué à notre sec­teur », écrit ainsi l’Union des habi­tants.

 

Antoine Back et Lucille Lheureux lors de l'assemblée générale de l'UHCV © Joël Kermabon - Place Gre'net

Antoine Back et Lucille Lheureux lors de l’as­sem­blée géné­rale de l’UHCV © Joël Kermabon – Place Gre’net

 

Le « com­por­te­ment » d’Antoine Back ? « En quit­tant la salle, l’élu de sec­teur s’en est agres­si­ve­ment pris à notre admi­nis­tra­trice qui rem­plis­sait le rôle de modé­ra­trice de la réunion », fai­sait valoir l’UHCV dans le compte-rendu en ligne de son assem­blée géné­rale hou­leuse. Quant aux pro­pos tenus en “off”, ils seraient selon nos sources viru­lents et cri­tiques envers l’Union des habi­tants.

 

La déci­sion de l’UHCV tombe à un moment cru­cial : Antoine Back vient pré­ci­sé­ment d’être nommé repré­sen­tant du Rassemblement citoyen de la gauche et des éco­lo­gistes (RCGE), soit le groupe de la majo­rité au conseil muni­ci­pal de Grenoble. Une nomi­na­tion que l’élu de sec­teur par­tage avec Anne-Sophie Olmos, et qui avait été déci­dée avant le dérou­le­ment de l’as­sem­blée géné­rale de l’UHCV.

 

 

Premières réactions politiques du côté des Républicains

 

Les pre­mières réac­tions poli­tiques* face à cette déci­sion sont venues des rangs des Républicains. Dans un prompt com­mu­ni­qué, l’an­cien maire de Grenoble Alain Carignon juge qu’elle « témoigne de la situa­tion de crise que vit la muni­ci­pa­lité dans sa rela­tion avec les citoyens ». Avant d’ap­pe­ler le maire de Grenoble Éric Piolle à « sanc­tion­ner tous les déra­pages into­lé­rables des élus de la majo­rité qui témoignent du cli­mat de for­te­resse assié­gée dans lequel elle évo­lue en fin de man­dat ».

 

Le rang des élus avant que l'assemblée générale de l'UHCV ne débute. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Le rang des élus avant que l’as­sem­blée géné­rale de l’UHCV ne débute. © Joël Kermabon – Place Gre’net

 

Plus modéré, Matthieu Chamussy estime la crise « à la hau­teur du déca­lage entre les pro­messes de démo­cra­tie par­ti­ci­pa­tive et la réa­lité des actes depuis quatre ans ». Jugeant que les Unions de quar­tier sont « les inter­lo­cu­teurs pri­vi­lé­giés avec les­quels les élus doivent tra­vailler », le conseiller muni­ci­pal d’op­po­si­tion attend de la part du maire une « démarche per­son­nelle », notam­ment pour expli­quer les rai­sons de son absence lors de la fameuse assem­blée géné­rale, alors que sa pré­sence avait bel et bien été annon­cée.

 

FM

 

 

* Sollicitée par Place Gre’net, la Ville de Grenoble n’a­vait, au moment de la publi­ca­tion de l’ar­ticle, pas réagi.

 

Pays Voironnais, un jour, une activité
commentez lire les commentaires
3783 visites | 1 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 1
  1. Back sou­vent bor­der-line dans ses pro­pos et limite violent confirme son carac­tère emporté et extré­miste, d’ex­trême gauche. Des per­sonnes comme lui et nombre de ses amis élus à la muni­ci­pa­lité Piolle sont dan­ge­reuses pour la demo­cra­tie Grenobloise qui est mise à mal depuis 2014 ; vous savez, ceux qui veulent faire votre bon­heur mal­gré vous !

    sep article