Plus de 200 personnes ont défilé dans les rues de Grenoble à l’occasion du « printemps des retraités »

sep article



EN BREF – Plus de 200 personnes ont défilé dans les rues de Grenoble ce jeudi 11 avril à l’occasion du « printemps des retraités ». Pour la neuvième fois depuis l’élection d’Emmanuel Macron, les retraités expriment leurs inquiétudes sur leur pouvoir d’achat en répondant à l’appel unitaire de neuf syndicats. Malgré le recul du gouvernement sur la CSG pour les petites retraites, leur mécontentement perdure face à la « surdité » des pouvoirs publics.

 

 

© Joël Kermabon - Place Gre'net

© Joël Kermabon – Place Gre’net

Neuf orga­ni­sa­tions syn­di­cales et asso­cia­tions* avaient appelé les retrai­tés à par­ti­ci­per à une nou­velle mani­fes­ta­tion dans Grenoble ce jeudi 11 avril au départ de la rue Félix Poulat.

 

Parmi les quelques 200 têtes blanches pré­sentes, cer­taines sont venues avec un brin fleuri à la main, un bou­quet voire un cha­peau de paille orné de fleurs.

 

Il s’a­gis­sait ainsi de res­pec­ter le thème du « Printemps des retrai­tés » choisi pour la neu­vième mani­fes­ta­tion depuis l’é­lec­tion d’Emmanuel Macron. Devant un étal ins­tallé près d’une voi­ture sono, de nom­breux retrai­tés se pressent. Tous attendent de pou­voir rem­plir une carte pos­tale des­ti­née au pré­sident de la République lui deman­dant de satis­faire leurs reven­di­ca­tions.

 

 

Des revendications qui « peuvent et doivent être satisfaites »

 

© Joël Kermabon - Place Gre'net

© Joël Kermabon – Place Gre’net

Du reste, les reven­di­ca­tions n’ont guère changé au fil des mani­fes­ta­tions. Ce mal­gré les quelques conces­sions consen­ties par un gou­ver­ne­ment que  les syn­di­cats jugent atteint de « sur­dité ».

 

Parmi ces conces­sions, l’an­nu­la­tion de l’aug­men­ta­tion de la CSG mais, au grand dam des retrai­tés, seule­ment pour les béné­fi­ciaires de petites pen­sions.

 

Un petit pas en avant essen­tiel­le­ment dû à l’ir­rup­tion du mou­ve­ment social des gilets jaunes. Et pour cause, leurs ras­sem­ble­ments ont concen­tré un grand nombre de per­sonnes à la retraite sur les ronds-points. Face à ces “mesu­rettes” pour cal­mer la colère selon les orga­ni­sa­tions syn­di­cales de retrai­tés, leurs reven­di­ca­tions « peuvent et doivent être satis­faites ».

 

 

« Nous rassemblons énormément de signatures »

 

« Nous avons édité une carte pos­tale à des dizaines de mil­liers d’exem­plaires à tra­vers toute la France qui vont être adres­sées à Emmanuel Macron », explique Pascal Costarella de l’Union dépar­te­men­tale FO des retrai­tés. Que réclament-elles ? Sans sur­prise, prin­ci­pa­le­ment  l’aug­men­ta­tion des pen­sions, la sup­pres­sion de la hausse de la CSG et le retour à l’in­dexa­tion des retraites sur les salaires.

 

« Ça marche plu­tôt bien, assure le syn­di­ca­liste. Nous ras­sem­blons énor­mé­ment de signa­tures. Nous les remet­trons au pré­sident de la République lors d’un ras­sem­ble­ment des délé­gués de tous les dépar­te­ments de France ».

 

Printemps des retraités à Grenoble. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Printemps des retrai­tés à Grenoble. © Joël Kermabon – Place Gre’net

 

Hormis leur par­ti­ci­pa­tion à cette col­lecte de signa­tures, les retrai­tés tenaient à rendre visible « leur colère et leurs exi­gences ». Au centre de leurs pré­oc­cu­pa­tions, un pou­voir d’a­chat bien mal en point. Pourtant, jugent-ils, « de l’argent il y en a » mais le gou­ver­ne­ment reste « inflexible » et ne veut rien entendre. C’est du moins ce que nous explique Yves Richard, le secré­taire dépar­te­men­tal de la CGT des retrai­tés de l’Isère.

 

 

 

« Après on va nous dire que nous sommes des nantis ! »

 

Dans les rangs, les dis­cours tenus par les uns et par les autres n’ont eux aussi pas varié. Les retrai­tés sont nom­breux à recon­naître avoir du mal à joindre les deux bouts. Et bien sou­vent contraints de devoir sacri­fier cer­taines dépenses. « On se serre la cein­ture, on dimi­nue les cadeaux pour nos petits-enfants », regrette un mani­fes­tant.

 

© Joël Kermabon - Place Gre'net

© Joël Kermabon – Place Gre’net

« Pouvoir vivre digne­ment », voilà ce qu’es­père une autre mani­fes­tante tenant un bou­quet de fleur. « Il y a de plus en plus de coupes sombres dans notre pro­tec­tion sociale. Ce n’est qu’a­vec la lutte et les mani­fes­ta­tions que peuvent abou­tir nos reven­di­ca­tions », nous confie-t-elle. « C’est plus facile de détruire que de construire.», regrette encore la dame au bou­quet.

 

Un autre retraité se montre, quant à lui, tota­le­ment désa­busé. « Ça fait qua­torze ans que je suis à la retraite. Elle n’a aug­menté que de 100 euros dans le même inter­valle. Après on va nous dire que nous sommes des nan­tis ! », iro­nise-t-il.

 

Joël Kermabon

 

 

  • * CGT, CFTC, FO, CFE-CGC, FSU, Union syn­di­cale Solidaires. Et les asso­cia­tions Ensemble Solidaires, LSR, et celle des retrai­tés de la fonc­tion publique

 

 

Grenoble Finaliste pour le concours de Capitale Verte
commentez lire les commentaires
1126 visites | 0 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.