Marche blanche et appel au calme : Mistral à l’heure du recueillement après la mort d’Adam et Fatih

sep article

Festival oenologique et musical Le Millésime à Grenoble du 5 au 20 octobre 2019

REPORTAGE – Une marche blanche a réuni près de 2 000 personnes à Grenoble, ce mercredi 6 mars après-midi, en hommage à Adam et Fatih. Les deux jeunes de 17 et 19 ans ont trouvé la mort dans la nuit de samedi à dimanche après une course-poursuite avec la brigade anti-criminalité. Depuis, le quartier Mistral a été secoué par de violents heurts entre de jeunes gens et la police. La marche a ainsi été l’occasion pour les familles des victimes d’appeler au calme et au recueillement. Un message visiblement pas reçu…

 

 

« Plus jamais ça. » Tel est le mot d’ordre de la marche blanche, ce mercredi 6 mars à Grenoble. Un slogan, avec comme un air de déjà vu, inscrit sur la banderole tenue par la famille des victimes, en tête de cortège. Derrière elles, près de 2 000 personnes pour les soutenir dans leur deuil.

 

Le cortège a fait le tour de la cité Mistral avant de se diriger vers le pont de Catane où Adam et Fatih ont perdu la vie samedi dernier. © Jules Peyron - Place Gre'net

Le cortège a fait le tour de la cité Mistral avant de se diriger vers le pont de Catane où Adam et Fatih ont perdu la vie samedi dernier. © Jules Peyron – Place Gre’net

 

Beaucoup de Mistraliens bien sûr, mais aussi des Grenoblois venus d’autres quartiers pour rendre hommage à Adam et Fathi, morts dans la nuit de samedi après une course-poursuite avec la brigade anti-criminalité.

 

Heline, la cousine de Fatih a pris la parole en début et fin de marche pour remercier les personnes venues soutenir les familles. © Jules Peyron - Place Gre'net

Heline, la cousine de Fatih, a pris la parole en début et fin de marche pour remercier les personnes venues soutenir les familles. © Jules Peyron – Place Gre’net

La famille d’Adam, 17 ans, est bien là. La majorité des membres de celle de Fatih est en revanche partie en Turquie. C’est là qu’ils enterreront le jeune homme de 19 ans, jeudi. Heline, sa cousine, se dit « un peu seule, mais soutenue par un quartier très soudé et la famille d’Adam ».

 

« Aujourd’hui, c’est la solidarité qui s’exprime », ajoute Karim, l’oncle d’Adam. Depuis la Turquie et par la voix d’un de ses amis proches, le père de Fatih fait passer le message : « Nous ne sommes pas deux familles mais une seule. »

 

 

Une marche dans le calme

 

Dans le cortège, des roses blanches, beaucoup de T-shirts blanc, sur lesquels on peut lire « Adam & Fatih » entouré d’un cœur, et un grand silence. La foule s’élance à 16 h 30 depuis le Plateau, centre culturel et sportif du quartier, fait un tour de la cité Mistral puis emprunte l’avenue Rhin-et-Danube jusqu’au pont de Catane, où a eu lieu l’accident mortel samedi dernier.

 

À quelques mètres des lieux, tout le monde s’arrête et laisse les familles aller se recueillir seules à l’endroit précis où Adam et Fatih se sont tués à scooter quelques jours plus tôt. Avant de revenir tous ensemble au quartier Mistral et que le cortège ne se disperse.

 

En tête de cortège, les membres de la famille d'Adam et de Fatih. © Jules Peyron - Place Gre'net

En tête de cortège, les membres de la famille d’Adam et de Fatih. © Jules Peyron – Place Gre’net

 

La marche blanche est réglée comme du papier à musique. Des habitants du quartier assurent la sécurité, tandis que la police se tient à l’écart pour éviter toute tension. But affiché : défiler « dans le calme ». C’est en tout cas ce que répètent à longueur d’interventions les membres des familles des victimes, inquiets que la colère qui a embrasé le quartier ces derniers jours ne s’empare du cortège. Il n’en sera rien, l’heure est au recueillement ce mercredi après-midi.

 

 

Une soirée à nouveau sous tension

 

Après la marche, une conférence de presse est organisée pour la trentaine de journalistes présents. L’avocat des familles, maître Girault, prend la parole : « Les familles d’Adam et Fatih veulent intégrer leur action dans le cadre légal, dans le calme et le respect du droit. » Il est vite rejoint par la cousine de Fatih, qui assure « faire confiance à la justice ». Mais sur quoi portent au juste les contestations des familles ?

 

Plusieurs véhicules ont été incendiés et disposés au milieu de la route ce mercredi soir. © Jules Peyron - Place Gre'net

Plusieurs véhicules ont été incendiés et disposés au milieu de la route ce mercredi soir. © Jules Peyron – Place Gre’net

« Il y a de nombreuses interrogations suite aux événements de samedi », explique maître Girault. « Qu’est-ce que ces deux jeunes avaient pu faire d’aussi grave pour mériter d’être pris en chasse par la police ? Pourquoi le bus impliqué dans l’accident a-t-il pu repartir immédiatement ? Je n’ai pas de réponse, que des questions. »

 

Pour obtenir des réponses, les familles d’Adam et Fatih ont donc décidé de porter l’affaire devant la justice et de se constituer partie civile. La justice prend ainsi les choses en main, comme elles le souhaitent. Mais l’appel au calme de ces derniers jours n’aura guère rendu la nuit plus paisible.

 

Mercredi soir, le quartier a de nouveau été le théâtre d’échauffourées. Des véhicules incendiés ont ainsi servi à ériger des barricades. Les forces de l’ordre ont par ailleurs été la cible de projectiles avant qu’elles ne répliquent à coup de gaz lacrymogène. Si le calme est revenu assez vite, rien ne dit que la nuit de jeudi sera plus apaisée…

 

Jules Peyron

 

commentez lire les commentaires
2197 visites | 17 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 17
  1. Amen. Les ressortissants des pays arabes en France doivent apprendre à respecter la LOI et pas essayer d’imposer la loi des jungles

    sep article
    • commentaire purement et ridiculement raciste

      sep article
  2. Dans le message « plus jamais ça », il faut comprendre que les jeunes ou moins jeunes doivent perdre leurs vies ou mettre en danger les autres par des actions comme celle là.
    Mais bon la lecture du message, cela dépend ou l’on se place?

    sep article
  3. La mort de ces deux jeunes poursuivis par la police rappelle étrangement celle de Ziad et Bouna mort dans un transfo pour échapper à la poursuite de policiers
    http://prdchroniques.blog.lemonde.fr/2015/05/18/zyed-et-bouna-le-jugement-qui-relaxe-les-deux-policiers/
    qui ont d’ailleurs été relaxés, comme le seront certainement ceux de Grenoble s’il y a un procès…
    Les jeunes étaient connus. Pourquoi les poursuivre alors qu’il aurait « facile » de les interpeler chez eux ?
    La marche blanche a été organisée certainement pour calmer les esprits échauffés.
    Ce n’est encore pas cette fois que le « vivre ensemble » pourra triompher …

    sep article
    • « Vivre ensemble », ça commence par respecter le code de la route, qui est le même pour tous! Emmerder le quartier à longueur de journée avec des rodéos en scooter, c’est ne pas respecter le vivre-ensemble! Et cela, ce sont des gens de toutes origines qui le disent! Eh oui, il n’y a pas que les « gaulois » qui cherchent à quitter ces quartiers! Une bonne partie de la population est exaspérée car elle a le sentiment qu’une autre partie de la population ne respecte rien! Et vous n’avez pas honte, de mettre en cause la police, sans preuve? Et d’excuser des comportements de ces jeunes à scooter, qui semblent avoir mis en danger les autres, en plus d’eux-mêmes? Les déresponsabiliser et accuser la police ne fait que nourrir haine, sentiment d’impunité et excuser le saccage du quartier.

      sep article
    • Personne n’a obligé ces jeunes (dont un majeur!) à prendre le risque de rouler sans casque, sans éclairage (comment être vu par le bus, alors?), sur l’autoroute, voire sur les trottoirs avec un scooter volé! Tant que l’on excusera ce genre de comportement, il y aura des drames de la route, et sans implication de la police, cette fois-ci! Moi, je les vois sur le cours Jean-Jaurès, ou à Catane, sur les trottoirs! Et vous savez très bien que la police, qui ne les a pas forcément identifiés, ne va pas les chercher chez eux vu qu’ils seront accueillis avec des parpaings, à moins de venir avec le RAID! Donc ils cherchent à les interpeller en flagrance, comme tout auteur d’infraction routière!
      Le vivre-ensemble, cela commence par respecter la règle commune, et je crois que ceux qui ne veulent pas vivre ensemble ne sont pas ceux que vous croyez! Les gens, y compris dans les quartiers, sont exaspérés par les rodéos à scooter qui pourrissent la vie de tout le monde! D’ailleurs, il n’y a pas que des « gaulois », qui cherchent à quitter ces quartiers, dès qu’ils le peuvent afin d’éviter à leurs enfants de subir la loi de la jungle!
      Un raisonnement comme le vôtre est criminel! Excuser ces jeunes tout en accusant (sans preuve!) la police, c’est nourrir la déresponsabilisation et le sentiment d’impunité ainsi qu’avaliser le saccage de tout un quartier, dont la disparition des services publics ne profitera qu’aux trafiquants, renforçant ainsi la ghettoïsation et le sentiment « d’abandon »!
      Les excuser, encore, tout en pourrissant la police, c’est dire à ces jeunes qu’ils ne sont pas soumis aux mêmes règles que les autres! Ce n’est pas vraiment leur rendre service! Continuons à les excuser, et ne nous étonnons surtout pas que le RN finisse à 75%!

      sep article
      • Où avez-vous lu que je les excuse ? j’aurais préféré qu’ils soient arrêtés chez eux puisque la police les connaissait. Les poursuivre était une faute, mais la police n’est pas à une faute près, entre gazer, tirer des LBD, tabasser, poursuite motorisée etc
        C’est vous qui dédouanez la police.

        sep article
        • Et si ces délinquants routiers avaient tué ou blessé gravemment une personne, comme cette pauvre fillette de 4 ans qui avait perdu son oeil, heurtée par un scooter alors qu’elle marchait sur le trottoir il y a deux ans ?
          La faute est d’abord dans le camp de ces deux délinquants de la route qui refusent d’obtempérer sur un simple contrôle routier et dont la conséquence de leurs actes leur coûte la vie.
          Le rôle premier de la Police est, dans ce cas précis (je ne fais pas d’amalgame comme vous tentez de le faire avec d’autres situations), d’assurer d’abord la protection des citoyens, ici les autres autres usagers de la chaussée en particulier piétons, cyclistes voire autres 2-roues motorisés particulièrement faibles par rapport à un scooter roulant à fond avec deux personnes à bord. Les délinquants passent en 2ème ce que me semblent tout à fait justifiable. L’enquête dira si la Police a réellement fait une faute. En attendant, elle a tenté de faire son boulot et pour ça, et c’est le piéton, le cycliste, le père d’enfants qui se déplacent avec ces mêmes modes de déplacement qui parle, qu’elle en soit remerciée.

          sep article
    • Il s’agit de la mort de deux délinquants routiers ! Qu’ils soient jeunes, vieux, hommes, femmes, CSP+, d’une cité, blanc, jaune, noir ou autre ne changent rien et ils resteront ce qu’ils étaient : des dangers sur la chaussée !
      Personnellement, je ne vais absolument pas les pleurer mais au contraire me réjouir de voir partir peut-être deux de ces co…ds (parce qu’il n’y a pas d’autre mot) que je croise régulièrement sur la voie verte des berges du Drac en espérant que l’un d’eux à fond ne m’accroche pas ou alors que je vois passer au bas de ma rue sur la roue arrière avec un pot non homologué.
      N’inversons pas les rôles ! Le vivre-ensemble commence également par le respect des autres !

      sep article
      • comment peut-on se réjouit de la mort de deux personnes ? seriez-vous pour le rétablissement de la peine de mort ?

        sep article
        • Je ne suis nullement pour le rétablissement de la peine de mort. Non, je ne me réjouis pas de la mort de deux personnes qui n’auraient rien fait.
          Mais oui, je me réjouis de la mort de deux délinquants routiers qui par leurs comportements abrutis mettaient en danger de blessures graves ou même de mort les autres usagers de la chaussée en toute impunité.

          sep article
  4. J’hallucine. Ces braves gens, ils se prennent pour qui ?! Pour la conscience citoyenne ?! Ce sont des parents de petits délinquants qui ont trouvé leur mort d’une façon la plus stupide au monde. Et je suis vraiment étonné que leurs parents ne soient pas détenus pour la complicité et le manquement aux obligations parentales

    sep article
  5. Il faut arrêter avec le politiquement correct ! Quand on se pose la question de savoir pourquoi la Police tente d’arrêter des délinquants routiers qui mettent en danger les autres usagers par leur comportement dangeureux et ce quelqu’ils soient et où qu’ils habitent, je pense que notre société part vraiment en sucette !
    Il faudrait demander aux parents de la fillette de 4 ans qui a perdu un oeil il y a deux ans (https://france3-regions.francetvinfo.fr/auvergne-rhone-alpes/isere/grenoble/fillette-4-ans-percutee-scooter-zone-pietonne-grenoble-1262539.html) alors qu’elle était sur un trottoir s’ils n’auraient pas souhaité que la Police intercepte ce scootard *avant* l’accident !

    sep article
  6. Quel drame pour ces jeunes et leur familles / amis.
    Quelle incompréhension du rôle de la police.

    Sur un scooter (volé?) sans plaques ni casques…. et des personnes se demandent su qu’ils ont fait pour que la police s’intéresse à eux?! c’est effarant.

    Il faut attendre l’enquête pour en savoir plus, mais si comme la vidéo surveillance le valide, la police n’as pas « poussé » / « tapé » le scooter. Donc « la police tue » est quelque peu abusif…

    il y a un fossé culturel qui semble ne plus pouvoir être comblé ici. Plus de volonté de vivre ensemble, d’accepter des régles communes et au final des sociétés qui vivent en parallèle sans pouvoir coexister.
    Espérons effectivement qu’il n’y ai pas de nouveaux malheurs dans les violences qui ont court.

    sep article
  7. Plus jamais ça?
    Effectivement, il ne faut plus jamais rouler sans casque, touts feux éteints, sur un scooter sans plaque et volé, en grillant des feux rouges et se soustraire à un contrôle de police.

    sep article