Lancement de la chaire e‑santé portée par la fondation Université Grenoble Alpes

sep article

Notre indépendance c

FIL INFO – La fondation UGA et le professeur Jean-Louis Pépin ont lancé, le 11 février dernier, une cinquième chaire de recherche : « e‑santé et données massives pour un soin intégré des maladies chroniques et du sommeil ». Pluridisciplinaire et s’appuyant sur des big data, l’approche vise à mettre en place des actions préventives thérapeutiques plus personnalisées.

 

 

Inauguration de la chaire e-santé à l'UGA, le 11 février 2019. © Charles Thiebaud - placegrenet.fr

Inauguration de la chaire e‑santé à l’UGA, le 11 février 2019. © Charles Thiebaud – placegrenet.fr

 

La chaire de recherche “e‑santé et don­nées mas­sives pour un soin inté­gré des mala­dies chro­niques et du som­meil” a vu le jour le 11 février der­nier. Un pro­jet porté par le pro­fes­seur Jean-Louis Pépin, direc­teur du labo­ra­toire HP2, et la fon­da­tion Université Grenoble Alpes.

 

 

Une chaire de collaboration académique grenobloise

 

La chaire e‑santé est la cin­quième chaire de recherche de la Fondation UGA. Ses cher­cheurs entendent ana­ly­ser les tra­jec­toires de santé de patients atteints de plu­sieurs mala­dies chro­niques, afin d’en iden­ti­fier les déter­mi­nants. Ce à tra­vers une approche plu­ri­dis­ci­pli­naire et l’exploitation de don­nées mas­sives (big data). En par­ti­cu­lier l’é­va­lua­tion de l’impact de fac­teurs cru­ciaux comme la situa­tion socio-éco­no­mique, l’environnement ou encore l’accès aux soins. Avec un objec­tif : « mettre en place des actions pré­ven­tives thé­ra­peu­tiques plus per­son­na­li­sées ».

 

Bilan complet au Centre Référent de l’arc alpin. © Chuga

Bilan com­plet au Centre Référent de l’arc alpin. © Chuga

 

Le pro­jet fait par­tie de l’axe stra­té­gique Maladies chro­niques et can­cer du CHU et asso­cie des cher­cheurs du labo­ra­toire HP2, des méde­cins du CHU Grenoble Alpes, des bio­sta­tis­ti­ciens et des socio­logues. Le tout dans le cadre du mécé­nat de la MGEN et de la société d’é­qui­pe­ment médi­cal Resmed. « On est vrai­ment sur une chaire de col­la­bo­ra­tion aca­dé­mique gre­no­bloise », sou­ligne Anne-Catherine Ohlmann, direc­trice géné­rale de la fon­da­tion UGA.

 

 

« L’histoire de notre vie, c’est l’histoire de trajectoires »

 

« L’histoire de notre vie, c’est l’histoire de tra­jec­toires, où on va com­men­cer avec des symp­tômes qui sont très sou­vent neu­ro­psy­chiques, et puis on accu­mule des mala­dies chro­niques », explique Jean-Louis Pépin.

 

Jean-Louis Pépin, por­teur de la chaire e‑santé. © Charles Thiebaud – placegrenet.fr

« On ne peut pas s’occuper cor­rec­te­ment des patients ou régler un cer­tain nombre de pro­blèmes socié­taux si on reste concen­tré sur le méca­nisme molé­cu­laire en oubliant tout le réseau social, tout l’environnement, tous les aspects socio-éco­no­miques, toutes les dis­cus­sions que les patho­lo­gies peuvent avoir entre elles », fait-il encore obser­ver. Le pro­fes­seur illustre son pro­pos : « Le cher­cheur alle­mand Ingemar Weber repro­duit à par­tir de pho­tos sur Instagram la carte de l’obésité aux États-Unis. »

 

La chaire e‑santé vise à « déve­lop­per des méthodes d’analyse inno­vantes », notam­ment par le recours au big data. Cela désigne « une masse colos­sale d’informations, même en vie réelle ». Pour le trai­te­ment de ces don­nées, la chaire requiert, et déve­lop­pera par consé­quent, des algo­rithmes et ana­lyses sta­tis­tiques com­plexes.

 

 La thé­ma­tique prin­ci­pale de labo­ra­toire HP2 : com­pré­hen­sion des méca­nismes molé­cu­laires et cel­lu­laires à l’origine des com­pli­ca­tions car­dio­vas­cu­laires et méta­bo­liques du syn­drome d’apnées du som­meil.

 

Une chaire « au profit de l’intérêt général »

 

Une durée de quatre ans est pré­vue pour la chaire. « Je suis abso­lu­ment cer­tain que ce qui va sor­tir de ce pro­jet, c’est beau­coup de connais­sances évi­dem­ment, au pro­fit de l’intérêt géné­ral », avance Patrick Lévy, pré­sident de l’UGA. Avant de conclure : « Pour nous, l’université de demain, c’est d’a­bord une uni­ver­sité ouverte sur le monde. »

 

CT

 

commentez lire les commentaires
2483 visites | 0 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.