Renouveau du quartier Esplanade : l’îlot Peugeot prend vie à la satisfaction de (presque) tous les acteurs

sep article

FOCUS – Le renouveau du quartier de l’Esplanade à Grenoble va bon train. Au nord du quartier en requalification, sur l’îlot Peugeot, deux nouveaux immeubles, route de Lyon sont fraîchement sortis de terre. Les habitants ont pris leurs marques. Les principaux acteurs politiques et économiques du projet sont satisfaits des premiers résultats. Seule ombre au tableau : les ateliers municipaux voués à la démolition grèvent quelque peu la commercialisation d’une partie du programme.

 

 

Le premier gros morceau du projet urbain de l'Esplanade prend forme à Grenoble. Deux immeubles viennent d'être inaugurés. Il en reste six à construire.Inauguration des deux premiers immeubles de l'îlot Peugeot, l'un des secteurs du quartier Esplanade en cours de requalification, samedi 26 janvier 2019 © Séverine Cattiaux - Place Gre'net

Les deux premiers immeubles de l’îlot Peugeot, secteur du quartier Esplanade en cours de requalification. © Séverine Cattiaux – Place Gre’net

Au pied de la Bastille, deux cents nouveaux habitants ont emménagé, il y a peu, sur le quartier de l’Esplanade, en cours de requalification.

 

Un site d’exception, où « chaque logement dispose d’une vue sur les montagnes », se félicite le maître d’œuvre.

 

« On peut quasiment toucher du doigt la Chartreuse », renchérit Vincent Fristot, adjoint à l’urbanisme et à la transition énergétique de la commune de Grenoble.

 

 

Un projet urbain revu et corrigé par le maire écologiste

 

« C’est un nouvel élan pour ce quartier qui n’avait pas connu de constructions depuis longtemps », fait pour sa part remarquer Maryvonne Boileau, présidente de Grenoble Habitat, maître d’ouvrage de l’un des deux immeubles inaugurés.

 

îlot Peugeot, l'un des secteurs du quartier Esplanade en cours de requalification. Inauguration des deux premiers immeubles, samedi 26 janvier 2019 © Séverine Cattiaux - Place Gre'net

Inauguration des deux premiers immeubles de l’îlot Peugeot, dans le quartier Esplanade en cours de requalification, samedi 26 janvier 2019 © Séverine Cattiaux – Place Gre’net

« Ce projet représente ce que nous voulons faire dans le Plan local d’urbanisme intercommunal, où il s’agit d’économiser le foncier […] et de faire de la mixité sociale […] », se félicite à son tour Christine Garnier, vice-présidente déléguée à l’habitat, au logement et à la politique foncière à Grenoble-Alpes Métropole.

 

Quant à Eric Piolle, le maire de Grenoble, il tient à rappeler le rôle qu’a joué sa majorité dans les choix des nouvelles orientations de ce quartier. « En 2014, à notre arrivée [aux commandes de la Ville, ndlr], nous avons revu ce projet. Nous avons mis fin au projet d’une tour de 100 mètres de haut. Nous avons changé de philosophie […] La grande Esplanade sera préservée, les berges seront reconquises d’ici dix à quinze ans… Nous travaillons sur les îlots urbains de chaleur, la qualité de l’air […] On espère que la RN481 deviendra un boulevard urbain qu’il sera possible de traverser. »

 

 

Géothermie, bois, isolation « ultra renforcée« …

 

Situé sur l’un des angles de l’îlot Peugeot, l’immeuble numéro 59 géré par Grenoble Habitat compte trente logements en locatif social. Tandis que son voisin en dénombre 39 en locatif privé. Ces derniers ont très vite trouvé preneurs. « C’est un succès auquel nous ne nous attendions pas », reconnaît Jean-Louis Féry, l’un des investisseurs de la foncière lyonnaise.

 

La foncière Bellecour Participation est, du reste, associée à Grenoble Habitat dans la société civile immobilière (SCI) qui pilote tout le projet « îlot Peugeot ». Un type de montage auquel est coutumier le bailleur, a indiqué Maryvonne Boileau lors de l’inauguration des bâtiments.

 

Le projet urbain de l'Esplanade prend forme à Grenoble. Deux immeubles viennent d'être inaugurés sur l’îlot Peugeot. Il en reste encore six à construire.Inauguration des deux premiers immeubles de l'îlot Peugeot, l'un des secteurs du quartier Esplanade en cours de requalification, samedi 26 janvier 2019 © Séverine Cattiaux - Place Gre'net

Maquette de l’îlot Peugeot en cours de requalification dans le quartier Esplanade. © Séverine Cattiaux – Place Gre’net

Les deux premiers immeubles de l’îlot Peugeot présentent par ailleurs de nombreux points communs. Tous deux font sept étages et disposent de volets et loggia en bois (non local) et de locaux d’activité au rez-de-chaussée.

 

Sur le plan énergétique, les charges devraient être limitées, grâce à un « système d’isolation ultra renforcé », souligne le maître d’œuvre.

 

Le chauffage et la climatisation seront par ailleurs approvisionnés par géothermie. Tout comme l’ensemble du quartier de l’Esplanade, à l’instar de l’écocité Presqu’île.

 

 

Les investisseurs privés inquiets pour la commercialisation en cours

 

Au demeurant, les loyers modérés participent pour une bonne part à l’attractivité du secteur. C’est en particulier vrai pour l’immeuble de locatif privé du 59, où les loyers dits intermédiaires sont plafonnés de 15 à 20 % en-dessous des prix du marché. Il faut ainsi compter 640 euros environ pour un T3.

 

Le même logement dans l’immeuble voisin d’habitat social se loue à 490 euros. D’ici 2020, devraient encore être livrés huit immeubles, soit 238 logements, ainsi que 770 m2 d’activités commerciales, 192 places de stationnement… Le tout sur un tènement dont la forme triangulaire a visiblement donné du fil à retordre aux architectes.

 

Les ateliers municipaux jouxtent un futur immeuble en accession... Une proximité dommageable pour la commercialisation selon Jean Louis Féry, investisseur dans l'ïlot Peugeot, quartier Esplanade à Grenoble. © Séverine Cattiaux - Place Gre'net

Les ateliers municipaux (à gauche) près d’un immeuble en cours de construction… Une proximité dommageable pour la commercialisation des appartements, s’inquiète Jean-Louis Féry, investisseur dans l’îlot Peugeot. © Séverine Cattiaux – Place Gre’net

 

Globalement satisfaits de la mise en œuvre du chantier et des constructions réalisées, les investisseurs de la foncière lyonnaise montrent néanmoins quelques signes d’impatience. Il leur tarde que la Ville se décide à démolir les ateliers municipaux jouxtant l’îlot Peugeot, situés à environ 3 mètres d’appartements en construction.

 

Ces logements doivent être livrés cette année mais, en l’état, les particuliers se montrent frileux pour acheter. « La commercialisation n’est pas possible avec un tel voisinage ! », s’indigne Jean-Louis Féry. Quoi qu’il en soit, le calendrier communal n’est pas calé sur celui des investisseurs. La Ville n’a pas prévu le départ des ateliers municipaux… avant 2021.

 

Séverine Cattiaux

 

commentez lire les commentaires
2812 visites | 2 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 2
  1. Bientôt une nouvelle « cité » verra le jour avec une mixité de social de 50% (au debut), les platanes centenaires seront abbatus, et près de 700 places de stationnement supprimées sans construction d’un parking de remplacement. De quoi se réjouir, youpiiiii 👏

    sep article
    • Je sais, je vais vous décevoir, mais d’après les plans actuels (peut être les vôtres datent un peu …) les arbres sont gardés et un parc va remplacer l’affreux parking. Les habitants des nouveaux immeubles auront leurs places de stationnement (c’est obligatoire dans la loi) et un parking en silo devrait être construit comme parking relai. Les voitures ne sont pas oubliées, même si les transports « doux », comme le vélo, sont privilégiés.
      Je suis ravie que la tour de 100 m de haut prévue par l’ancienne municipalité a disparu des plans de construction actuels.
      Laissons les nouveaux habitants critiquer ou louanger. Je n’habite pas l’Esplanade, je leur laisse la parole.

      sep article