A480 : la climatologue Valérie Masson-Delmotte « stupéfaite » des doutes des commissaires enquêteurs

sep article

FIL INFO – Dans un tweet, la climatologue française Valérie Masson-Delmotte se dit stupéfaite de la réponse apportée par les commissaires-enquêteurs à une question en lien avec l’enquête publique sur le projet d’élargissement de l’A480. La commission d’enquête, qui s’est dite favorable au projet porté par Area, a en effet ouvertement douté des conclusions du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (Giec).

 

 

DR

Dans un tweet, la climatologue française Valérie Masson-Delmotte se dit « stupéfaite » de la réponse apportée par les commissaires-enquêteurs à une question en lien avec le projet d’élargissement de l’A480 dans sa traversée de Grenoble.

 

La commission d’enquête a en effet rendu publiques les réponses aux questions posées par les contributeurs, en marge de ses conclusions, favorables au projet porté par Area (moyennant simples recommandations). En réponse à l’un de ces contributeurs, qui s’étonnait qu’un tel projet puisse voir le jour deux ans après la signature par la France de l’Accord de Paris et alors que le Giec s’apprêtait à publier un énième rapport alarmant, la commission d’enquête s’était montrée pour le moins dubitative…

 

 

Après Eric Piolle, c’est la climatologue Valérie Masson-Delmotte qui réagit

 

« La Cop 21 a démontré son échec, les principales puissances planétaires (États-Unis, Russie, Inde et surtout Chine) n’ayant pas répondu favorablement à l’accord souhaité », soulignent les commissaires-enquêteurs.

 

L'A480 est bouchée à plusieurs heures de la journée.

L’A480 dans la traversée de Grenoble.

L’assertion a fait bondir la climatologue française qui a contribué aux 4e et 5e rapports du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat, publiés en 2007 et 2013.

 

D’autant que, quelques lignes plus loin, la commission d’enquête ajoute, enfonçant le clou : « les conclusions du Giec sont actuellement contredites par un certain nombre de scientifiques. Qui croire ? »

 

Des propos qui ont déjà fait réagir Eric Piolle, et ce dès la publication du rapport. Le maire écologiste de Grenoble a ainsi immédiatement interpellé le préfet et le ministre de la Transition écologique. Jusqu’ici, sans résultat. Il a, à cette occasion, clairement accusé la commission d’enquête de relayer les arguments des climato-sceptiques à quelques jours de l’ouverture à Katowice, en Pologne, de la 24e Conférence des Nations unies sur le climat.

 

PC

 

commentez lire les commentaires
1134 visites | 1 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 1
  1. Ce commissaire-enquêteur a des circonstances atténuantes. Contrairement à un élève de fin de primaire ou à un collégien, il ne sait pas qu’il ne faut pas mélanger des mesures différentes (kilomètre et mètre) dans un calcul de surface. Voir son calcul de l’aire de l’autoroute concerné par l’élargissement : 8,5 kms [sic ! avec un ‘s’] x 2 x 18m de large = 306km2. Alors forcément, avoir un avis scientifique sur le climat, c’est peut-être lui demander beaucoup à ce brave homme.

    Enfin tout n’est pas négatif ! Grâce à lui, on a la démonstration qu’on peut être nul en maths et finir commissaire-enquêteur. C’est quand même un point positif 😀

    sep article