Plan lecture 2025 : les bibliothécaires de Grenoble en lutte dénoncent « un nouveau plan com »

sep article



FIL INFO – Dans le cadre du Plan lecture 2025, la Ville de Grenoble organise trois réunions publiques cette semaine, la première se tient ce lundi 12 novembre. Au centre des débats : 58 propositions établies sur la base d’enquêtes lecteurs et, nous dit-on, validées par les professionnels. « Faux ! » tape du poing sur la table le collectif Les bibliothécaires de Grenoble en lutte, qui se désolidarise de la démarche et dénonce « un nouveau plan com” ».

 

 

Isabelle Westeel, directrice du réseau des bibliothèques, Eric Piolle maire de Grenoble, Corinne Bernard, adjointe aux Cultures, lors de la présentation de l'avancée du Plan lecture 2025 Bibliothèque Abbaye Les Bains à Grenoble, mercredi 17 octobre 2018 © Séverine Cattiaux - Place Gre'net

Isabelle Westeel, direc­trice du réseau des biblio­thèques, Eric Piolle maire de Grenoble, et Corinne Bernard, adjointe aux Cultures, lors de la pré­sen­ta­tion de l’a­van­cée du Plan lec­ture 2025. Bibliothèque Abbaye Les Bains, mer­credi 17 octobre 2018. © Séverine Cattiaux – Place Gre’net

Engagé depuis l’automne 2017, le Plan lec­ture 2025 vise à moder­ni­ser le réseau des biblio­thèques.

 

Après avoir fina­lisé une liste de 58 pro­po­si­tions à même de faire évo­luer le réseau et atti­rer de nou­veaux lec­teurs, la Ville sou­haite en débattre avec les habi­tants. Et orga­nise trois réunions publiques en ce sens.

 

La pre­mière se déroule ce lundi 12 novembre de 18 à 20 heures à la biblio­thèque Alliance.

 

La deuxième, jeudi 15 novembre au Théâtre 145 de 10 heures à midi. Et la troi­sième et der­nière, samedi 17 novembre de 10 heures à midi à la biblio­thèque Arlequin.

 

 

Un plan pas suffisamment concerté avec les professionnels ?

 

À la veille des trois réunions, les Bibliothécaires de Grenoble en lutte sont sor­ties du bois pour expri­mer leur désac­cord avec ce plan, dans une publi­ca­tion dif­fu­sée sur leur page Facebook. Plusieurs points chif­fonnent les mili­tants.

 

Les bibliothécaires en lutte lors de l'annonce de la montée à Paris d'une délégation à l'occasion du Salon du livre. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Les biblio­thé­caires en lutte lors de l’an­nonce de la mon­tée à Paris d’une délé­ga­tion à l’oc­ca­sion du Salon du livre. © Joël Kermabon – Place Gre’net

D’abord, il y a l’in­ter­pré­ta­tion que fait la Ville des sta­tis­tiques concer­nant le nombre de lec­teurs, en baisse en l’oc­cur­rence… Il ne tien­drait pas compte, selon le col­lec­tif, « de l’é­vo­lu­tion des usages et des par­ti­cu­la­ri­tés locales ».

 

S’agissant des 58 pro­po­si­tions, elles « n”[ont] fait l’ob­jet d’aucun‑e discussion/débat/validation avec les biblio­thé­caires », assène le col­lec­tif.

 

 

Elles « ne sont pas l’é­ma­na­tion d’une véri­table consul­ta­tion ni le résul­tat d’une réflexion col­lec­tive d’agent-e‑s de ter­rain », ren­ché­rissent encore Les biblio­thé­caires de Grenoble en lutte. Par consé­quent, le col­lec­tif refuse de les « cau­tion­ner ».

 

 

Automatisation, offre digitale, grande bibliothèque…

 

Parmi les pro­jets d’é­vo­lu­tion du réseau, le col­lec­tif déplore en par­ti­cu­lier l’au­to­ma­ti­sa­tion des prêts (pro­po­si­tion 17), du reste déjà amor­cée et bud­gé­ti­sée à hau­teur de 800 000 euros. Sous pré­texte de faci­li­ter le prêt, pour­fend le col­lec­tif, la tech­no­lo­gie déshu­ma­ni­se­rait les échanges entre les biblio­thé­caires et les usa­gers. Et pour­rait bien, à terme – bien que la Ville s’en défende –, jus­ti­fier la dimi­nu­tion de per­son­nel.

 

Plan lecture 2025 à Grenoble, les entrées de bibliothèques pourraient être repensées © Séverine Cattiaux - Place Gre'net

Plan lec­ture 2025 à Grenoble, les entrées de biblio­thèques pour­raient être repen­sées. © Séverine Cattiaux – Place Gre’net

Quant aux pro­po­si­tions d’é­tendre les horaires d’ou­ver­ture des biblio­thèques et de déve­lop­per les acti­vi­tés au sein des biblio­thèques, le col­lec­tif pré­vient qu’à effec­tif constant ce sont d’autres mis­sions qui en pâti­ront.

 

À l’heure où les deniers publics se font rares, Les biblio­thé­caires de Grenoble en lutte contestent la prio­rité de ren­for­cer l’offre numé­rique, comme l’ex­horte le Plan lec­ture 2025. Et arguent que la numo­thèque n’in­té­resse qu’une mino­rité d’u­sa­gers. Quant à la créa­tion d’une grande biblio­thèque, le col­lec­tif y est favo­rable, à condi­tion que ce nou­vel éta­blis­se­ment ne remette pas en cause le maillage actuel, ni la réno­va­tion des biblio­thèques exis­tantes.

 

 

« Nous ne serons pas la caution des fossoyeurs […] du service public »

 

Après la longue mobi­li­sa­tion menée contre la fer­me­ture de biblio­thèques de proxi­mité à Grenoble et ses moult rebon­dis­se­ments, Les biblio­thé­caires de Grenoble en lutte semblent prêts à enga­ger un nou­veau bras de fer avec la Ville, contre le Plan lec­ture 2025 cette fois : « Nous ne serons pas la cau­tion des fos­soyeurs de notre métier et du ser­vice public » pré­viennent-ils.

 

SC

 

Festival du film France Nature Environnement
commentez lire les commentaires
1901 visites | 0 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.