Actualité

Une aurore boréale en direct devant 1200 per­sonnes lors des Rencontres Montagnes & Sciences

Une aurore boréale en direct devant 1200 per­sonnes lors des Rencontres Montagnes & Sciences

REPORTAGE VIDÉO – Ce samedi 10 novembre, plus de 1 200 per­sonnes ont pu assis­ter à une démons­tra­tion d’aurore boréale pro­je­tée sur grand écran au Palais des sports de Grenoble, dans le cadre des Rencontres Montagnes & Sciences. Une per­for­mance réa­li­sée par l’astrophysicien Mathieu Barthélémy, qui nous en dit plus sur ce phé­no­mène natu­rel.

« Voir les aurores boréales dans la réa­lité, sou­vent les pieds dans la neige, consti­tue vrai­ment des moments uniques », témoigne l’astrophysicien Mathieu Barthélémy, direc­teur du Centre spa­tial uni­ver­si­taire de Grenoble (CSUG) et cher­cheur à l’Institut de pla­né­to­lo­gie et d’astrophysique de Grenoble (Ipag). Invité ce samedi 10 novembre dans le cadre des Rencontres Montagnes & Sciences, il a réa­lisé avec deux de ses étu­diants une démons­tra­tion d’aurore boréale au Palais des sports de Grenoble.

L’astrophysicien gre­no­blois Mathieu Barthélémy. © Véronique Magnin – Place Gre’net

« C’est la pre­mière fois que nous pré­sen­tons cette expé­rience devant autant de monde », pré­cise-t-il. Jusqu’alors réa­li­sée en petit comité, celle-ci a cette fois-ci été pro­je­tée sur grand écran pour atteindre une jauge de plus de 1 200 per­sonnes dans la grande salle du Palais des sports.

Planeterrella, un for­mi­dable simu­la­teur d’au­rores boréales

Planeterrella, c’est ainsi que se nomme la machine créa­trice d’aurores boréales. Ce, en réfé­rence à une pre­mière expé­rience inti­tu­lée la Terrella, réa­li­sée il y a un siècle par le phy­si­cien nor­vé­gien Olaf Birkeland, l’un des pion­niers de l’étude de ces phé­no­mènes lumi­neux de la haute atmosphère.

Les trois ingré­dients pour créer une aurore boréale ? Basiquement, il faut un vent de par­ti­cules, une atmo­sphère et enfin un champ magné­tique. Mais rien de tel que quelques images pour suivre cette expérience :

L’anneau généré par la machine pos­sède une forme très proche des ovales auro­raux obser­vables autour des pôles magné­tiques de la Terre, tels qu’on peut les admi­rer sous le ciel de Norvège ou au Canada. Mais la cou­leur de ces rubans de lumière d’un dégradé rose vif est bien dif­fé­rente de celle des aurores boréales ter­restres à domi­nante verte avec par­fois un peu de rouge voire de violet.

Aurore boréale recréée en laboratoire. - DR

Aurore boréale recréée en labo­ra­toire. – DR

Comment expli­quer cette dif­fé­rence ? « Dans l’expérience, nous ne sommes pas tout à fait aux mêmes condi­tions de pres­sion. Les aurores boréales se pro­duisent entre 100 et 300 km d’altitude. Avec la Planeterrella, on atteint des pres­sions cor­res­pon­dant à seule­ment 70 km d’altitude. De sur­croît, dans l’enceinte de la machine, on n’est pas en espace libre comme dans la réa­lité où rien ne vient arrê­ter les par­ti­cules », explique Mathieu Barthélémy.

Les aurores boréales, un ther­mo­mètre de l’atmosphère aux hautes altitudes

À quoi sert d’étudier les aurores boréales ? « Pour nous, les aurores boréales sont un ther­mo­mètre de cette couche d’atmosphère dans laquelle les par­ti­cules du vent solaire pré­ci­pitent. Et heu­reu­se­ment que ces phé­no­mènes existent car cette zone atmo­sphé­rique située entre 100 et 300 km d’altitude est très dif­fi­cile à obser­ver », com­mente-t-il. Avant d’expliquer : « Cent kilo­mètre d’altitude, c’est trop haut pour les bal­lons atmo­sphé­riques, et 300 km d’altitude, c’est trop bas pour les satel­lites », sou­ligne l’astrophysicien.

Aurore boréale. - DR

Aurore boréale. – DR

Il existe néan­moins un autre moyen de mieux connaître cette couche d’atmosphère, ajoute le cher­cheur, sou­cieux de pré­ci­sion. Comment ? Au moyen de radars au sol qui, après avoir envoyé une impul­sion radio­élec­trique, col­lectent la réponse de l’atmosphère.

L’étude de cette couche d’at­mo­sphère appe­lée météo de l’es­pace est très impor­tante car les par­ti­cules qui arrivent du Soleil peuvent cau­ser des per­tur­ba­tions jusqu’à faire dis­jonc­ter les réseaux élec­triques, comme ce fut le cas en 1989 au Canada. Ainsi, les varia­tions du champ magné­tique ter­restre consé­cu­tives à une forte érup­tion solaire ont pro­vo­qué l’é­crou­le­ment du réseau élec­trique d’Hydro-Québec. « Ces per­tur­ba­tions peuvent aussi affec­ter la pré­ci­sion des GPS de plus d’une cen­taine de mètres et le fonc­tion­ne­ment des satel­lites », pré­cise encore Mathieu Barthélémy.

Comme pour la météo clas­sique, l’in­té­rêt de la météo de l’es­pace réside dans la pré­vi­sion des per­tur­ba­tions afin de prendre à temps des mesures pour ten­ter de se pro­té­ger de leurs effets.

Des aurores boréale sur Mars

Existe-t-il des aurores boréales ailleurs que sur Terre ? « Oui, notam­ment sur Mars où elles ont été décou­vertes assez récem­ment, il y a une dizaine d’années seule­ment. Il sub­siste en effet des restes de champ magné­tique dans la croûte de la pla­nète rouge », cite-il en exemple. Planeterrella a d’ailleurs été uti­li­sée pour simu­ler une aurore boréale sur Mars. Les scien­ti­fiques ont notam­ment rem­placé l’air par du gaz car­bo­nique (CO2). Résultat ? « Les émis­sions lumi­neuses étaient de cou­leur com­plè­te­ment dif­fé­rentes, d’un bleu nuit très pro­fond », nous révèle-t-il.

Aurore ultraviolette sur Jupiter. - DR

Aurore ultra­vio­lette sur Jupiter. – DR

Les aurores boréales les plus intenses de tout le sys­tème solaire se pro­duisent sur Jupiter mais, là non plus, les cou­leurs ne sont pas les mêmes que sur Terre. « Elles se pro­duisent essen­tiel­le­ment dans l’ultra­vio­let. Elles n’ont donc été décou­vertes qu’avec les pre­miers téles­copes spa­tiaux qui ont pu obser­ver dans le spectre ultra­vio­let alors que sur Terre, la couche d’atmosphère consti­tue un bon filtre UV », pré­cise encore Mathieu Barthélémy.

Plus sur­pre­nant encore, il nous apprend qu’un astre lumi­neux comme le soleil n’est pas indis­pen­sable pour géné­rer une aurore boréale sur une pla­nète. De fait, « il existe d’autres confi­gu­ra­tions capables de géné­rer des aurores boréales, comme une pla­nète et son satel­lite, par exemple Jupiter et son satel­lite Ganymède qui a aussi un champ magné­tique. Car c’est le vent solaire qui est impor­tant, pas les émis­sions sous forme de lumière », insiste l’astrophysicien.

Véronique Magnin

Véronique Magnin

Auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A lire aussi sur Place Gre'net

Le nou­veau centre de tri Athanor de La Tronche va trai­ter les déchets de 740 000 habi­tants de la région grenobloise

FOCUS - Le nouveau centre de tri Athanor a officiellement été inauguré mardi 9 juillet 2024 par les sept intercommunalités partenaires pour sa réalisation, depuis Lire plus

Le Laboratoire euro­péen de bio­lo­gie molé­cu­laire (EMBL) fête son cin­quan­tième anniversaire

FLASH INFO - Le jeudi 4 juillet 2024 ne marque pas seulement la fête nationale américaine ou la saint Florent. C'est aussi le cinquantième anniversaire Lire plus

Législatives 2024 : 6 900 à 8 500 per­sonnes ont défilé à Grenoble pour « la mani­fes­ta­tion uni­taire contre l’ex­trême droite »

REPORTAGE - Entre 6 900 et 8 500 personnes (selon la police ou les syndicats) ont défilé dans les rues de Grenoble, samedi 15 juin 2024, Lire plus

Le Muséum de Grenoble propose un bond de 300 millions d'années dans le passé à la rencontre du carbonifère
Le Muséum de Grenoble pro­pose un bond de 300 mil­lions d’an­nées dans le passé à la ren­contre du carbonifère

ÉVÉNEMENT - Le Muséum de Grenoble invite à un voyage dans le temps... pour remonter très (très) loin dans le passé de notre planète. Avec Lire plus

Le vide et ses métiers sont à l’hon­neur à Grenoble avec la pre­mière édi­tion du Vacuum Technologies For Tomorrow

FLASH INFO - L'annonce a de quoi surprendre, mais le vide sera à l'honneur à Grenoble les mercredi 29 et jeudi 30 mai 2024 au Lire plus

Raphaël Glucksmann, tête de liste PS - Place Publique pour les élections européennes 2024, tenait un meeting lundi 29 avril à Grenoble. © Joël Kermabon - Place Gre'net
Pour Raphaël Glucksmann en mee­ting à Grenoble, « il n’y a pas que deux options ! » pour les euro­péennes 2024

REPORTAGE VIDÉO - Raphaël Glucksmann, eurodéputé et candidat Place publique - Parti socialiste aux élections européennes était en Isère lundi 29 avril 2024 et notamment Lire plus

Flash Info

|

14/07

11h04

|

|

10/07

15h12

|

|

09/07

15h36

|

|

09/07

11h24

|

|

07/07

10h36

|

|

05/07

19h12

|

|

05/07

11h23

|

|

04/07

18h57

|

|

04/07

17h13

|

|

04/07

16h03

|

Les plus lus

Culture| Festivités du 14 juillet : feux d’ar­ti­fice, bals, concerts et ani­ma­tions dans les com­munes de la métro­pole grenobloise

Culture| Dix-sept groupes à l’af­fiche du Cabaret frappé 2024 au jar­din de ville de Grenoble

Politique| Grenoble : deux ex-élus attaquent la déli­bé­ra­tion octroyant un ter­rain de la Ville à moi­tié prix pour un « pseudo-habi­tat participatif »

Agenda

Je partage !