Un incendie d’origine criminelle détruit les locaux de la police municipale de Pont-de-Claix

sep article

FIL INFO – Les locaux de la police municipale à Pont-de-Claix ont été détruits par les flammes dans la nuit de lundi à mardi. Un incendie dont l’origine criminelle ne fait guère de doutes d’après les premiers éléments relevés sur place par les enquêteurs.

 

 

Incendie des locaux de la police municipale de Pont-de-Claix © Anne Hédiard / France 3 Alpes

Incendie des locaux de la police muni­ci­pale de Pont-de-Claix © cap­ture d’é­cran image Anne Hédiard / France 3 Alpes

Les locaux de la police muni­ci­pale de Pont-de-Claix dans la ban­lieue de Grenoble ont été détruits par un incen­die sur­venu dans la nuit du lundi 5 au mardi 6 novembre. Cent mètres car­rés de locaux situés au rez-de-chaus­sée de l’an­cien col­lège des Iles de Mars sont par­tis en fumée vers 1 h 30 du matin, relate France 3 Alpes.

 

D’après les pre­miers élé­ments de l’en­quête confiée à la sec­tion de recherche de la gen­dar­me­rie de Grenoble, l’o­ri­gine cri­mi­nelle de l’in­cen­die ne laisse guère de doutes après les traces d’ef­frac­tion rele­vées sur place.

 

Pendant la nuit d’Halloween, onze véhi­cules avaient été incen­diés sur la com­mune. Ce n’est pas la pre­mière fois que les forces de l’ordre sont la cible de tels actes. En sep­tembre 2017, un incen­die reven­di­qué par un grou­pus­cule d’ex­trême gauche avait détruit un entre­pôt de la caserne de gen­dar­me­rie de Grenoble. En octobre 2017, c’est la caserne de Meylan qui était rava­gée par les flammes.

 

 

Premiers renforts policiers à la fin de l’année

 

« Il n’y a pas et il n’y aura pas de zone de non-droit à Pont-de-Claix », a fait part le maire de la com­mune, Christophe Ferrari dans un com­mu­ni­qué. « Ces évé­ne­ments ren­forcent notre volonté de lut­ter contre toute forme d’in­sé­cu­rité et de garan­tir la tran­quillité publique pour les habi­tants et les bonnes condi­tions d’exer­cice de leurs mis­sions pour les agents publics ».

 

Cet incen­die sur­vient un peu plus d’un mois après la venue à Grenoble de l’an­cien ministre de l’Intérieur. Fin sep­tembre, Gérard Collomb avait, face à la recru­des­cence des vio­lences dans l’ag­glo­mé­ra­tion, annoncé des ren­forts pro­gres­sifs d’ef­fec­tifs poli­ciers. Les pre­mières arri­vées — une ving­taine de poli­ciers sor­tis d’é­cole – sont atten­dues d’ici la fin de l’an­née.

 

 

PC

commentez lire les commentaires
1617 visites | 0 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.