Grenoble ne sera pas sur la carte du Tour de France 2019

sep article

EN BREF – Candidate avec la Métropole à l’accueil du Tour de France en 2019, la Ville de Grenoble a indiqué que la Grande Boucle ne poserait pas ses roues dans la capitale des Alpes l’an prochain. Contactés, Amaury Sport Organisation (ASO), l’organisateur de l’épreuve, et la Métropole se refusent à tout commentaire avant la présentation officielle du parcours le 25 octobre.

 

 

L’opportunité était belle. Le 19 juillet 1919 à Grenoble, le Maillot jaune du Tour de France était revêtu pour la première fois. Cent ans plus tard, en 2019, la Ville et la Métropole souhaitaient accueillir la Grande Boucle dans la capitale des Alpes pour célébrer cet anniversaire. Une candidature avait ainsi été déposée auprès d’Amaury Sport Organisation (ASO), l’organisateur de l’épreuve.

 

2014, la dernière fois que Grenoble a accueilli un départ d'une étape du Tour de France. En 2019, la capitale des Alpes va passer son tour. © Archive Nils Louna

2014, la dernière fois que Grenoble a accueilli un départ d’une étape du Tour de France. En 2019, la capitale des Alpes va passer son tour. © Archive Nils Louna

 

Las, le Tour et sa caravane ne feront pas étape à Grenoble l’année prochaine. La Ville de Grenoble l’a confirmé au Dauphiné libéré mardi 16 octobre. Le quotidien local avait par ailleurs déjà annoncé, il y a quelques jours, que l’on s’acheminait vers cette issue.

 

 

Une attitude différente adoptée par la Ville de Grenoble et la Métropole

 

Contacté ce mercredi, ASO ne souhaite pas s’exprimer sur le sujet. Le parcours du Tour de France 2019 sera présenté jeudi 25 octobre à Paris. ASO fait de la présentation du tracé un événement et n’a donc pas l’intention de communiquer avant cette date.

 

La capitale des Alpes n'a pas été retenu pour figurer au tracé du Tour de France 2019. La Ville de Grenoble l'a confirmé mardi 16 octobre.En juin, les coureurs s'étaient élancés de Grenoble pour une étape du Critérium du Dauphiné. En juillet, ils avaient traversé la capitale des Alpes lors du Tour de France. © EM

En juin, les coureurs s’étaient élancés de Grenoble pour une étape du Critérium du Dauphiné. En juillet, ils avaient traversé la capitale des Alpes lors du Tour de France. © EM

Également sollicité, Yannick Belle, vice-président de la Métropole en charge notamment des sports, nous a répondu poliment : « Nous ne ferons aucun commentaire avant que le tracé ne soit dévoilé le 25 octobre. C’est un engagement que nous avons pris auprès d’ASO. » Une attitude plus prudente que celle de la Ville de Grenoble qui a donc devancé l’annonce officielle.

 

Comment expliquer que la capitale des Alpes n’accueille pas la Grande Boucle en 2019 ? Petit retour en arrière. Olivier Bertrand, conseil municipal de la majorité, avait déclaré en 2014 que « Grenoble ne paiera[it] plus » seule pour accueillir la Grande Boucle. « L’important, c’est que ça profite à l’ensemble du territoire, qu’il y ait la Métro, le conseil général, peut-être la Région aussi autour de la table. Pas que Grenoble ! Oui, on laisse volontiers notre place pour les années qui viennent », avait-il ajouté. Un message visiblement bien reçu par ASO.

 

 

Éric Piolle assure bien s’entendre avec Christian Prudhomme, le patron d’ASO

 

La Ville paierait-elle donc, encore, ces déclarations de 2014 ? Ses relations avec l’organisateur de la Grande Boucle semblaient en fait s’être réchauffées, voire normalisées, ces derniers temps. Avec Christophe Ferrari, Éric Piolle avait même rencontré Christian Prudhomme, le patron d’ASO, au début de l’été.

 

Eric Piolle explique l'absence de Grenoble notamment par "le départ de Bruxelles et un tracé complexe en raison des cols choisis en montagne". © Séverine Cattiaux

Eric Piolle explique l’absence de Grenoble, notamment par « le départ de Bruxelles, et un tracé complexe en raison des cols choisis en montagne ». © Séverine Cattiaux

« Il n’y a pas de tension, je m’entends bien avec lui », assure le maire dans le Dauphiné libéré ce mercredi. Avant d’ajouter : « Je l’ai encore eu au téléphone lundi soir. Il n’y a pas de sa part la volonté d’envoyer un message [en ne faisant pas étape à Grenoble, ndlr], il mesure bien la sensibilité du sujet. »

 

Pour le premier édile, le fait que le Tour ne passe pas par la capitale des Alpes est notamment lié au « départ de [l’épreuve à] Bruxelles et [à]  un tracé complexe en raison des cols choisis en montagne ».

 

LG

 

commentez lire les commentaires
1146 visites | 1 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 1
  1. le bruit qui circule avec insistance et qui sera sans doute confirmé le 25, c’est que le Tour ne passera pas dans l’Isère, même pas dans le Vercors qui avait fait les yeux doux à l’ASO.
    Comme une ville d’arrivée et de départ doit payer 170 000 € à l’organisation, je me passe volontiers du Tour, je pense qu’il y a autre chose à faire avec autant d’argent.

    sep article