Coup de pédale : la Ville de Grenoble expérimente l’indemnité kilométrique vélo

sep article

FIL INFO – Grenoble expérimente l’indemnité kilométrique vélo. Pendant un an, les agents de la Ville vont pouvoir bénéficier d’un forfait de 200 euros s’ils se rendent sur leur lieu de travail à bicyclette. À condition de ne pas avoir souscrit d’abonnement aux transports en commun. C’est l’un ou l’autre…

 

 

L'indemnité kilométrique vélo mise en place à Grenoble ne pourra toutefois pas être cumulée avec un abonnement dans les transports en commun.

© Anaïs Mariotti – Place Gre’net

La Ville de Grenoble expérimente pendant un an l’indemnité kilométrique vélo. Prévue par la loi relative à la Transition énergétique de 2015, la mesure, pour l’heure facultative dans l’attente de l’adoption de la loi sur les mobilités, a été peu mise en œuvre dans les collectivités territoriales.

 

Après Rennes ou Angers, Grenoble se lance à l’eau. Pendant un an, les agents municipaux pourront bénéficier d’un maximum de deux cents euros, en échange d’une attestation sur l’honneur, signée de leur supérieur hiérarchique, certifiant qu’ils ont effectué au moins les trois-quarts de leurs déplacements domicile-travail en vélo au cours des six dernier mois. Moyennant quoi, la collectivité, elle, se voit exonérée de cotisations sociales, également dans la limite de 200 euros par an et par salarié cycliste.

 

 

Vélo ou transports en commun… il faudra choisir

 

Objectif de cette mesure : encourager la pratique cycliste alors que la Ville de Grenoble estime, sur la base d’un diagnostic, que seul un trajet sur quatre de ses agents est à l’heure actuelle effectué à vélo.

 

Tout le monde ne pourra néanmoins pas bénéficier de l’indemnité. À Grenoble, les déplacements de moins d’un kilomètre ne rentrent ainsi pas dans le dispositif. Les agents qui ont souscrit un abonnement Métrovélo ou transports en commun ne pourront pas non plus cumuler, de même que ceux bénéficiant d’un vélo de service.

 

L'indemnité kilométrique vélo mise en place à Grenoble ne pourra toutefois pas être cumulée avec un abonnement dans les transports en commun.

Jacques Wiart, conseiller municipal en charge des déplacements. © Séverine Cattiaux – Place Gre’net

Avec le risque d’opposer les différents modes de transports entre eux ? « Si on dispose d’un vélo de service, on ne peut pas bénéficier de l’indemnité kilométrique », a confirmé Jacques Wiart, conseiller municipal en charge des déplacements lors du conseil municipal. « Si on est abonné à Métrovélo, non plus. Il faut faire un choix… sauf s’agissant du train. Mais c’est perfectible et c’est le sens de l’expérimentation. »

 

Toutes les communes n’ont pas choisi cette voie. À Montigny-lès-Cormeilles dans le Val-d’Oise par exemple, l’indemnité kilométrique peut être cumulée avec la prise en charge de la moitié du montant d’un abonnement de transport collectif dans le cas où l’agent utilise son vélo pour rejoindre un arrêt de transport en commun et réalise le trajet restant vers son lieu de travail.

 

La possibilité de cumuler cette indemnité avec le remboursement partiel d’un abonnement dans les transports en commun, comme c’est le cas dans le privé, est d’ailleurs ce que préconise le Centre d’études et d’expertise sur les risques, l’environnement, la mobilité et l’aménagement (Cerema) dans son rapport d’évaluation publié en mars.

 

PC

 

 

commentez lire les commentaires
2223 visites | 2 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 2
  1. A ce niveau là, du chantage ça s’appelle. Et du foutage de gu…..

    sep article
  2. Mais quelle ânerie! 200 euros par an mais il ne faut pas rendre les TC… Et quand il pleut, neige ou vente?
    Pas le droit non plus de poser le pieds au sol?
    Et si on fait du vélo sans les mains, la prime est doublée?

    La réalité est que les déplacements en vélo on atteint un palier, qui ne convient pas à la municipalité parce que ça rentre pas dans leurs objectifs de CVCM – aucun n’est atteint par ailleurs.

    sep article