Lionel Beffre, préfet de l’Isère : “Il n’y aura pas de police de sécurité du quotidien avant 2020 à Grenoble”

sep article
48 € par an pour louer un vélo : et si c

ENTRETIEN – Voilà des mois que les maires de Grenoble, Échirolles et Saint-Martin-d’Hères relancent Gérard Collomb pour obtenir des renforts de police en vue de faire face à la recrudescence des violences. Ils devront patienter jusqu’en 2020. C’est du moins le message que fait passer Lionel Beffre, préfet de l’Isère, alors que le ministre de l’Intérieur est attendu le 28 septembre à Grenoble. Pour le représentant de l’État, si l’armement en Taser de la police municipale la nuit est un premier pas, il n’est pas suffisant.

 

 

Place Gre’net — L’agglomération grenobloise a été écartée de la première vague des quartiers éligibles au dispositif de police de sécurité du quotidien. Peut-elle prétendre à une session de rattrapage avant 2020 ?

 

Pour Lionel Beffre, le préfet de l'Isère, le dispositif de police de sécurité du quotidien ne sera pas déployé à Grenoble avant 2020. « Grenoble n'est pas Chicago !» © Patricia Cerinsek

Pour Lionel Beffre, le préfet de l’Isère, le dispositif de police de sécurité du quotidien ne sera pas déployé à Grenoble avant 2020. « Grenoble n’est pas Chicago ! » © Patricia Cerinsek

Lionel Beffre – La première vague a consisté à identifier trente quartiers dits de reconquête républicaine pour l’automne 2018 et janvier 2019. Ensuite, il y aura des annonces que fera le gouvernement, le moment venu, pour mettre en place cette même police de sécurité au quotidien pour trente quartiers supplémentaires.

 

Grenoble n’a pas été retenue lors de la première vague parce que Grenoble n’était pas la seule candidate ! Le gouvernement s’est efforcé de donner un caractère expérimental à ces quartiers de reconquête républicaine. Cela veut dire qu’il fallait trouver des quartiers qui aient différents aspects pour que l’expérimentation soit conclusive. C’est pourquoi il y a des quartiers plus ou moins difficiles, plus ou moins concentrés pour voir si le système fonctionne.

 

 

Grenoble n’était donc pas prioritaire au regard des trente premiers quartiers…

 

Elle l’aurait été, cela n’aurait pas été scandaleux. Pour autant, ceux qui y sont, ce n’est pas scandaleux non plus. Il a fallu faire des choix et le choix s’est porté sur d’autres. Cela ne veut pas dire du tout que c’est rédhibitoire.

 

 

Jusqu’en 2019, on sait donc que ni Grenoble, ni Echirolles ni Saint-Martin-d’Hères ne sont éligibles. Et après ?

[…]

La suite du contenu est réservé aux abonnés

Connectez vous…

Veuillez vous connecter pour accéder à cette page.
S'inscrire

 

…ou choisissez votre abonnement ci-dessous !

commentez lire les commentaires
4006 visites | 6 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 6
  1. Ping : Gérard Collomb à Grenoble vendredi 28 septembre : la classe politique s’agite | Syndicat National des Policiers Municipaux

  2. c’est normal. On s’attendait pas que G Collomb fasse des cadeaux électoraux à M Piolle ?! Le maire de Grenoble a su se fâcher non seulement avec les grenoblois, mais avec quasi tout le monde politique. Il est exclu de la compagnie des gens avec qui on discute. Grenoble attendra encore 18 mois pour virer M Piolle et sa bande des fous du quartier et après on fera le nettoyage de la ville

    sep article
    • Qu’appelez vous « faire le nettoyage de la ville » ? qui c’est « on » ? qui se cache derrière ce « on » ?
      Un peu de franchise, SVP.

      sep article
  3. Je pense que la police et la gendarmerie restent le maillon fort de la
    sécurité, puisqu’ils remplissent les missions qui leurs sont confiées .
    Les points faibles sont l’absence de désir des autorités politiques et judiciaires
    à appliquer la « tolérance zéro », et à durcir la répression envers les criminels .
    Les lois existent , il suffit de les appliquer .
    https://www.cairn.info/revue-francaise-de-science-politique-2009-4-page-655.htm

    sep article
  4. La comparaison avec Chicago – pas celle d’Al Capone mais l’actuelle – peut tout à fait être faite.
    Si on arrive fort heureusement pas à deux meurtres par arme à feu par jour à Chicago, la manière dont se développe la criminalité et le découpage territorial sont étrangement ressemblants, et l’analogie est un mode analytique pas désintéressant…

    https://groupedanalysemetropolitain.com/2017/06/12/coeur-de-ville-coeur-de-metropole-la-green-zone-de-grenoble/

    sep article