Lionel Beffre, préfet de l’Isère : “Il n’y aura pas de police de sécurité du quotidien avant 2020 à Grenoble”

sep article

Notre indépendance c

ENTRETIEN – Voilà des mois que les maires de Grenoble, Échirolles et Saint-Martin-d’Hères relancent Gérard Collomb pour obtenir des renforts de police en vue de faire face à la recrudescence des violences. Ils devront patienter jusqu’en 2020. C’est du moins le message que fait passer Lionel Beffre, préfet de l’Isère, alors que le ministre de l’Intérieur est attendu le 28 septembre à Grenoble. Pour le représentant de l’État, si l’armement en Taser de la police municipale la nuit est un premier pas, il n’est pas suffisant.

 

 

Place Gre’net — L’agglomération grenobloise a été écartée de la première vague des quartiers éligibles au dispositif de police de sécurité du quotidien. Peut-elle prétendre à une session de rattrapage avant 2020 ?

 

Pour Lionel Beffre, le préfet de l'Isère, le dispositif de police de sécurité du quotidien ne sera pas déployé à Grenoble avant 2020. « Grenoble n'est pas Chicago !» © Patricia Cerinsek

Pour Lionel Beffre, le pré­fet de l’Isère, le dis­po­si­tif de police de sécu­rité du quo­ti­dien ne sera pas déployé à Grenoble avant 2020. « Grenoble n’est pas Chicago ! » © Patricia Cerinsek

Lionel Beffre – La pre­mière vague a consisté à iden­ti­fier trente quar­tiers dits de recon­quête répu­bli­caine pour l’au­tomne 2018 et jan­vier 2019. Ensuite, il y aura des annonces que fera le gou­ver­ne­ment, le moment venu, pour mettre en place cette même police de sécu­rité au quo­ti­dien pour trente quar­tiers sup­plé­men­taires.

 

Grenoble n’a pas été rete­nue lors de la pre­mière vague parce que Grenoble n’é­tait pas la seule can­di­date ! Le gou­ver­ne­ment s’est efforcé de don­ner un carac­tère expé­ri­men­tal à ces quar­tiers de recon­quête répu­bli­caine. Cela veut dire qu’il fal­lait trou­ver des quar­tiers qui aient dif­fé­rents aspects pour que l’ex­pé­ri­men­ta­tion soit conclu­sive. C’est pour­quoi il y a des quar­tiers plus ou moins dif­fi­ciles, plus ou moins concen­trés pour voir si le sys­tème fonc­tionne.

 

 

Grenoble n’était donc pas prioritaire au regard des trente premiers quartiers…

 

Elle l’au­rait été, cela n’au­rait pas été scan­da­leux. Pour autant, ceux qui y sont, ce n’est pas scan­da­leux non plus. Il a fallu faire des choix et le choix s’est porté sur d’autres. Cela ne veut pas dire du tout que c’est rédhi­bi­toire.

 

 

Jusqu’en 2019, on sait donc que ni Grenoble, ni Echirolles ni Saint-Martin-d’Hères ne sont éligibles. Et après ?

[…]
La suite du contenu est réservé aux abon­nés

Connectez vous…

Veuillez vous connec­ter pour accé­der à cette page.
S’inscrire

 

…ou choi­sis­sez votre abon­ne­ment ci-des­sous !

commentez lire les commentaires
4710 visites | 6 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 6
  1. Ping : Gérard Collomb à Grenoble vendredi 28 septembre : la classe politique s’agite | Syndicat National des Policiers Municipaux

  2. c’est nor­mal. On s’at­ten­dait pas que G Collomb fasse des cadeaux élec­to­raux à M Piolle ?! Le maire de Grenoble a su se fâcher non seule­ment avec les gre­no­blois, mais avec quasi tout le monde poli­tique. Il est exclu de la com­pa­gnie des gens avec qui on dis­cute. Grenoble atten­dra encore 18 mois pour virer M Piolle et sa bande des fous du quar­tier et après on fera le net­toyage de la ville

    sep article
    • Qu’appelez vous « faire le net­toyage de la ville » ? qui c’est « on » ? qui se cache der­rière ce « on » ?
      Un peu de fran­chise, SVP.

      sep article
  3. Je pense que la police et la gen­dar­me­rie res­tent le maillon fort de la
    sécu­rité, puis­qu’ils rem­plissent les mis­sions qui leurs sont confiées .
    Les points faibles sont l’ab­sence de désir des auto­ri­tés poli­tiques et judi­ciaires
    à appli­quer la « tolé­rance zéro », et à dur­cir la répres­sion envers les cri­mi­nels .
    Les lois existent , il suf­fit de les appli­quer .
    https://www.cairn.info/revue-francaise-de-science-politique-2009 – 4‑page-655.htm

    sep article
  4. La com­pa­rai­son avec Chicago – pas celle d’Al Capone mais l’ac­tuelle – peut tout à fait être faite.
    Si on arrive fort heu­reu­se­ment pas à deux meurtres par arme à feu par jour à Chicago, la manière dont se déve­loppe la cri­mi­na­lité et le décou­page ter­ri­to­rial sont étran­ge­ment res­sem­blants, et l’a­na­lo­gie est un mode ana­ly­tique pas dés­in­té­res­sant…

    https://groupedanalysemetropolitain.com/2017/06/12/coeur-de-ville-coeur-de-metropole-la-green-zone-de-grenoble/

    sep article