TéléGrenoble va toucher 1,425 million d’euros sur trois ans de la Ville de Grenoble et de la Métro

sep article



EN BREF – Pendant trois ans, la Métro va verser chaque année 375 000 euros à TéléGrenoble, la Ville de Grenoble près de 100 000 euros. En échange de quoi, la télévision locale s’engage à mettre en valeur les initiatives, actions et manifestations organisées sur ces territoires. Seul un groupe politique a voté contre au conseil municipal.

 

 

TéléGrenoble (cap­ture d’é­cran)

TéléGrenoble va rece­voir sur trois ans plus de 1,4 mil­lion d’eu­ros de la part de la Ville de Grenoble et de la Métro. Ainsi en ont décidé, à la quasi-una­ni­mité les élus, gre­no­blois et métro­po­li­tains, lors de leur der­nière séance, res­pec­ti­ve­ment les 9 et 6 juillet der­niers.

 

Les conven­tions d’ob­jec­tifs et de moyens fixent le mon­tant que les contri­buables métro­po­li­tains et gre­no­blois vont ver­ser à la télé­vi­sion locale sur trois ans. À savoir, 375 000 euros par an pour la Métro et près de 100 000 euros par an pour la Ville.

 

À la Métro, la déli­bé­ra­tion est pas­sée comme une lettre à la poste sans ques­tion, ni com­men­taire. Avec un vote à l’u­na­ni­mité. Lors du conseil muni­ci­pal de la Ville de Grenoble, seul le groupe Ensemble à gauche s’est ouver­te­ment inter­rogé et a voté contre. Paul Bron s’est quant à lui abs­tenu.

 

 

« De télé-préfet à… télé-maire ? »

 

« Il y a quelques années, on appe­lait France 3 “télé-pré­fet”, se sou­vient Guy Tuscher. Je me demande si TéléGrenoble ce n’est pas télé-maire… ». L’ex-colis­tier d’Eric Piolle a demandé à ce que lui soient com­mu­ni­qués le bilan de la société ainsi que les chiffres de son audience*.

 

« À ce jour, je n’ai rien. On donne 300 000 euros sur trois ans… Je ne sais pas si vous vous rap­pe­lez les coupes qu’on a fait sur les biblio­thèques, sur les MJC qui souffrent actuel­le­ment beau­coup. Sur les prin­cipes jour­na­lis­tiques, est-ce qu’ils res­pectent les prin­cipes ? Moi, j’en doute… »

 

Olivier Bertrand, conseiller municipal délégué à l'Animation, aux Évènements et Temps festifs de la Ville de Grenoble© Muriel Beaudoing / placegrenet.fr

Olivier Bertrand, conseiller muni­ci­pal délé­gué à l’Animation, aux Évènements et Temps fes­tifs de la Ville de Grenoble. © Muriel Beaudoing – placegrenet.fr

« Cette télé, comme toute télé locale est conven­tion­née avec le CSA et, dans ce cadre, res­pecte une charte de déon­to­lo­gie comme n’im­porte quel jour­na­liste détient une carte de presse », a répondu Olivier Bertrand, le conseiller muni­ci­pal en charge des ani­ma­tions à la Ville de Grenoble.

 

« TéléGrenoble est la seule télé­vi­sion avec une cou­ver­ture locale depuis l’ar­rêt de M6 Grenoble et France 3 Grenoble […] L’objet de cette conven­tion est jus­te­ment d’a­voir des objec­tifs plus clairs. »

 

 

TéléGrenoble doit « mettre en valeur les initiatives et actions sur le territoire de Grenoble »

 

Une télé sous per­fu­sion au risque d’être sous influence, comme le craint Guy Tuscher ? Le code géné­ral des col­lec­ti­vi­tés ter­ri­to­riales per­met, en tout cas, aux col­lec­ti­vi­tés de conclure avec l’é­di­teur d’un ser­vice de télé­vi­sion locale « un contrat d’ob­jec­tifs et de moyens défi­nis­sant des mis­sions de ser­vice public et leurs condi­tions de mise en œuvre ». Ce que rap­pelle d’ailleurs la conven­tion.

 

Capture d'écran. © TéléGrenoble

Capture d’é­cran. © TéléGrenoble

 

S’il est bien pré­cisé que « TéléGrenoble est libre de la défi­ni­tion de sa grille et du contenu de ses pro­grammes, le pré­sent contrat n’ayant ni pour objet ni pour effet, de limi­ter ou d’en­ca­drer son indé­pen­dance édi­to­riale », le média est tenu à un cer­tain nombre d’o­bli­ga­tions en contre­par­tie de l’argent versé.

 

TéléGrenoble s’en­gage ainsi à « éta­blir des pro­grammes de qua­lité per­met­tant de véhi­cu­ler auprès de la popu­la­tion l’i­mage locale et régio­nale du ter­ri­toire. Les pro­grammes […] devront mettre en valeur les ini­tia­tives et actions sur le ter­ri­toire de Grenoble, et sou­te­nir la vie asso­cia­tive et les mani­fes­ta­tions orga­ni­sées à Grenoble ».

 

Patricia Cerinsek

 

 

 

* Médiamétrie fai­sait état d’une audience cumu­lée (nombre de per­sonnes ayant eu au moins un contact avec le média quelle qu’en soit la durée) de 100 000 spec­ta­teurs par semaine en 2011 (der­niers chiffres dis­po­nibles).

 

 

Pays Voironnais, un jour, une activité
commentez lire les commentaires
6087 visites | 9 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 9
  1. Télégrenoble ment … Télégrenoble ment … Télégrenoble est alle­mand !

    sep article
  2. Il faut sans doute beau­coup de cou­rage à M. Tuscher et on l’en féli­cite. C’est abra­ca­da­brant ! de quoi s’a­li­mente aujourd’hui un canal de télé­vi­sion si ce n’est d”
     » ini­tia­tives et actions » qui ont lieu sur le « ter­ri­toire » où règne la ville centre. S’il ne le fait pas, on se demande ce que fait le CSA … Qu’est-ce qui conduira le conseiller en com­mu­ni­ca­tion et jour­na­liste ( voir article du Postillon décembre 2013 ) à oublier la main qui le nour­rit à l’ap­proche des élec­tions ? sa déon­to­lo­gie ? qu’en dit la com­mis­sion natio­nale qui délivre les cartes de presse ? quant aux élus, ils semblent plus pré­oc­cu­pés, tant ils sont gon­flés d’eux-mêmes, de jouer au jeu-de-l’in­ter­view-comme-à-la-télé ( la vraie, la natio­nale) que de comp­ter les télé-spec­ta­teurs … ce fric est foutu en l’air et il ne nous reste plus qu’à nous déso­ler …

    sep article
  3. Guy Tuscher écrit : Je me demande si TéléGrenoble ce n’est pas télé-maire… »
    Pourquoi ne met-il pas un « s » à maire ? la Métro aussi par­tie pre­nante ras­semble 49 com­munes (dont Grenoble).

    sep article
    • PT

      11/07/2018
      11:10

      Guy Tuscher n’est pas conseiller métro­po­li­tain mais conseiller muni­ci­pal à la Ville de Grenoble. Il a donc réagi à ce titre, lors du der­nier conseil muni­ci­pal, sur la conven­tion d’objectifs et de moyens qui pré­voit que la Ville de Grenoble verse près de 300 000 euros sur trois ans à TéléGrenoble.

      sep article
      • excu­sez-moi, mais une ana­lyse de texte de « Je me demande si TéléGrenoble ce n’est pas télé-maire… » veut dire que M. Tuscher pense que télé­gre­noble sera à la botte du maire de Grenoble, alors qu’Il y a 49 maires concer­nés par cette télé. Tout le monde connait l”  »amour » que M. Tuscher porte à E. Piolle …

        sep article
  4. Audience cumu­lée de 100 000 télé­spec­ta­teurs par semaine, cela signi­fie que 100 000 des gens ont été en contact avec le médias. On ne sait pas qui com­bien de fois.
    Sur une audience poten­tielle qui est celle du SCOT (Métro, Grésivaudan, voi­ro­nais), soit env. 700 000 per­sonnes, soit une audience heb­do­ma­daire de 4,9 mil­lions (700 000 mul­ti­plié par 7).

    Audience cumu­lée de 100 000 per­sonnes sur une audience poten­tielle de 4,9 mil­lions.
    Wow ! Même Hanouna ne fait pas mieux…

    sep article
  5. « TéléGrenoble s’engage ainsi à « éta­blir des pro­grammes de qua­lité per­met­tant de véhi­cu­ler auprès de la popu­la­tion l’image locale et régio­nale du ter­ri­toire. Les pro­grammes […] devront mettre en valeur les ini­tia­tives et actions sur le ter­ri­toire de Grenoble, et sou­te­nir la vie asso­cia­tive et les mani­fes­ta­tions orga­ni­sées à Grenoble ». »

    C’est donc une tran­sac­tion, un échange d’argent contre ser­vice sou­mis à concur­rence. Allez hop requa­li­fi­ca­tion de la conven­tion en mar­ché public et pas­sage au Parquet pour favo­ri­tisme.

    Allez zou !

    https://groupedanalysemetropolitain.com/2018/07/10/1425-millions-pour-telegrenoble-verses-par-la-metro-et-la-ville-de-grenoble-sur-3-ans-2-ans-avant-les-elections/

    sep article