Les sportifs de haut niveau de l'UGA et Lise Dumasy, Presidente de la COMUE. Crédit photo : Université Grenoble-Alpes.

L’Université Grenoble-Alpes bichonne ses étu­diants spor­tifs de haut niveau

L’Université Grenoble-Alpes bichonne ses étu­diants spor­tifs de haut niveau

FOCUS – L’Université Grenoble-Alpes compte une dizaine d’é­tu­diants ayant par­ti­cipé aux Jeux olym­piques de Pyeongchang cet hiver, dont plu­sieurs médaillés. Un hom­mage leur a été rendu ce jeudi 24 mai lors d’une céré­mo­nie orga­ni­sée sur le cam­pus de Saint-Martin-d’Hères.

L’Université Grenoble-Alpes, para­dis pour spor­tifs de haut niveau ? Pour s’en convaincre, il suf­fit de regar­der les noms des médaillés olym­piques de Pyeongchang au mois de février 2018. Le constat a de quoi sur­prendre : des quinze ath­lètes fran­çais titrés en Corée du Sud, six étaient étu­diants ou jeunes diplô­més de l’UGA. Soit 40 % de l’en­semble des médaillés.

Le mois sui­vant, aux Jeux para­lym­piques, deux nou­veaux étu­diants gre­no­blois ont décro­ché un podium. Au total, ils sont dix-huit à avoir par­ti­cipé aux Jeux olym­piques ou para­lym­piques cet hiver.

Les sportifs de haut niveau de l'UGA et Lise Dumasy, Presidente de la COMUE. Crédit photo : Université Grenoble-Alpes.

Les spor­tifs de haut niveau de l’UGA et Lise Dumasy, pré­si­dente de la Comue. © Université Grenoble-Alpes.

Ces étu­diants triom­phants ont été célé­brés jeudi 24 mai par leur uni­ver­sité qui a orga­nisé une céré­mo­nie en leur hon­neur, en pré­sence de nom­breux repré­sen­tants de la Communauté uni­ver­si­taire ou de la région Auvergne-Rhône-Alpes. À l’in­té­rieur du gigan­tesque amphi­théâtre Louis Weil, les ath­lètes se sont vu remettre des tro­phées en récom­pense de leurs exploits spor­tifs. Ils ont témoi­gné à cette occa­sion de leur condi­tion d’é­tu­diant spor­tif de haut niveau.

Un dis­po­si­tif d’ac­com­pa­gne­ment à nul autre pareil

Mais pour­quoi diable le cam­pus de Saint-Martin-d’Hères abrite-t-il tant de spor­tifs vic­to­rieux ? Cela ne relève pas du hasard. L’Université Grenoble-Alpes a mis en place le Comité inter-uni­ver­si­taire du sport de haut niveau. Composé de l’Université Grenoble-Alpes, de l’Institut d’é­tudes poli­tiques, de l’é­cole d’in­gé­nieurs INP et de l’é­cole d’ar­chi­tec­ture (Ensag), il ras­semble quatre cents étu­diants ins­crits dans des par­cours divers et variés.

Un dis­po­si­tif d’ac­com­pa­gne­ment des étu­diants spor­tifs de haut niveau à nul autre pareil, à en croire Philippe Giroud, en charge de ce pro­gramme. « Il n’y a qu’à Grenoble que cela se passe », nous a‑t-il confié, obser­vant qu’il existe « des ini­tia­tives ailleurs, mais [qu”]elles ne sont pas aussi déve­lop­pées ».

Permettre aux spor­tifs de choi­sir leur parcours

Au cœur du pro­gramme d’ac­com­pa­gne­ment : la pos­si­bi­lité pour les étu­diants de choi­sir leur filière d’é­tudes. Dans nombre d’u­ni­ver­si­tés fran­çaises, les bache­liers décident d’une filière en fonc­tion des amé­na­ge­ments acces­sibles pour les spor­tifs de haut niveau, explique Philippe Giroud. « À Grenoble, le choix du par­cours est un préa­lable », revendique-t-il.

Des mesures géné­riques sont aussi pré­vues au cas par cas pour per­mettre aux étu­diants de pas­ser les cours et les par­tiels dans de bonnes condi­tions. Enfin, une cen­taine d’en­sei­gnants jouent le rôle de tuteurs pour accom­pa­gner les spor­tifs dési­reux d’ob­te­nir des aménagements.

La signa­ture des affiches. © Samuel Ravier – Placegrenet​.fr

Ce dis­po­si­tif a per­mis à quelques jeunes étu­diants de deve­nir de véri­tables cham­pions. Parmi tous les spor­tifs pré­sents ce jeudi à l’am­phi­théâtre Louis Weil, un res­sort par­ti­cu­liè­re­ment du lot : Maurice Manificat. Né à Sallanches, en Haute-Savoie, et diplômé de bio­lo­gie – il a obtenu sa licence en 2011 –, Manificat est une figure majeure du ski de fond fran­çais. Médaillé de bronze sur le relais lors des Jeux olym­piques de Sotchi (Russie) en 2014, il a décro­ché deux nou­veaux podiums à Pyeongchang : le bronze en sprint par équipes et le bronze sur le relais.

Marie Dorin, elle, a été sacrée sur le relais biath­lon mixte et a ter­miné troi­sième sur le relais 4 × 6 kilo­mètres. Pierre Vaultier, qui était absent lors de la céré­mo­nie, est devenu cham­pion olym­pique de snow­board cross, alors même qu’il ter­mine sa licence de géo­gra­phie. Anaïs Bescond a été cou­ron­née d’or en biath­lon, Justine Braisaz a accro­ché le bronze, Anaïs Chevalier aussi… La liste est longue.

À l’UGA, « la culture du sport de haut niveau »

Âgé de vingt-huit ans, Romain Heinrich par­ti­ci­pait à ses deuxièmes Jeux olym­piques. Il est bob­beur (pra­ti­quant de bobs­leigh) et son par­cours sus­cite l’ad­mi­ra­tion. Diplômé de l’INP en 2012 après deux ans dans une classe pré­pa­ra­toire de mathé­ma­tiques à Strasbourg, il a ensuite obtenu un Master à l’Institut d’ad­mi­nis­tra­tion des entre­prises de Grenoble (IAE). Aujourd’hui, il est sur le point de signer un contrat de tra­vail pour deve­nir ingé­nieur. Il s’a­git d’un contrat à mi-temps, un peu sin­gu­lier : une Convention d’in­ser­tion pro­fes­sion­nelle pour spor­tifs de haut niveau.

Remise du trophée à Romain Heinrich, bob Pierre Benech, Grenoble INP. Crédit photo : Université Grenoble-Alpes.

Remise du tro­phée à Romain Heinrich par bob Pierre Benech, Grenoble INP. © Université Grenoble-Alpes.

Études de haut niveau et sport de haut niveau, on ima­gine un emploi du temps sur­chargé et un rythme irres­pi­rable. Mais Romain Heinrich ne se plaint pas : « Je n’ai pas vécu ça comme contrai­gnant », assure-t-il. Et celui-ci de louer la « culture du sport de haut niveau » de l’Université Grenoble-Alpes, grâce à laquelle il a pu de concert mener à bien ses dif­fé­rents objec­tifs. Les résul­tats obte­nus par les béné­fi­ciaires du sta­tut spor­tif de haut niveau semblent le confirmer.

Samuel Ravier

SR

Auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A lire aussi sur Place Gre'net

Grenoble, ville amie des aînés... ou fuie par les personnes âgées? Le débat s'invite au conseil municipal
Grenoble, ville amie des aînés… ou fuie par les per­sonnes âgées ? Le débat s’est invité au conseil municipal

FOCUS - La politique en direction des personnes âgées, ou des "aîné-es" selon la terminologie de la Ville, était au programme du conseil municipal de Lire plus

La prise de rendez-vous avec la police nationale en commissariat désormais possible via Internet en Isère
La prise de ren­dez-vous avec la police natio­nale en com­mis­sa­riat désor­mais pos­sible via Internet en Isère

FLASH INFO - Depuis le lundi 20 mai 2024, la prise de rendez-vous dans les commissariats de police nationale est possible via Internet pour l'ensemble Lire plus

Simone, une exposition itinérante dédiée à Simone Lagrange, à voir à la bibliothèque Mi-Plaine de Meylan
Simone, une expo­si­tion iti­né­rante dédiée à Simone Lagrange, à voir à la biblio­thèque Mi-Plaine de Meylan

ÉVÉNEMENT - La bibliothèque Simone-Lagrange/Mi-Plaine de Meylan accueille du mercredi 22 mai au samedi 29 juin 2024 la première étape de l'exposition itinérante Simone, organisée Lire plus

L'Alliance citoyenne se mobilise contre la panne prolongée d'un ascenseur "essentiel" à Grand-Place
L’Alliance citoyenne se mobi­lise contre la panne pro­lon­gée d’un ascen­seur « essen­tiel » à Grand’Place

FLASH INFO - Après une première action le samedi 4 mai 2024, les associations Alliance citoyenne de l'agglomération grenobloise, Grenoble Habitants et Handi-citoyens ont organisé Lire plus

Tribune libre : "De la “culture” du tag à la “souillure” partout dans Grenoble, jusqu’à la violence"
Tribune libre : « De la “culture” du tag à la “souillure” par­tout dans Grenoble, jusqu’à la violence »

TRIBUNE LIBRE - L'Union des habitants du centre-ville (UHCV) de Grenoble remet la question des tags sur le tapis en interpellant la Ville, tant sur Lire plus

Un second Chatipi, refuge pour chats errants, prochainement implanté rue Anatole-France à Grenoble
Un second Chatipi, refuge pour chats errants, pro­chai­ne­ment ins­tallé rue Anatole-France à Grenoble

FLASH INFO - La Ville de Grenoble annonce l'installation prochaine d'un second "Chatipi" sur son territoire, après celui mis en place en décembre 2022 quai Lire plus

Flash Info

Les plus lus

Agenda

Je partage !