CVCM : le collectif Grenoble à cœur réclame le rétablissement d’une voie de circulation sur Sembat-Rey

sep article

FIL INFO – S’appuyant sur la décision de la Commission européenne de déferrer la France devant la Cour de justice, le collectif Grenoble à cœur demande le rétablissement d’une voie de circulation sur l’axe Sembat-Rey. Pour ce collectif de commerçants et d’habitants opposé à l’opération Cœurs de ville, cœurs de métropole, le nouveau plan de circulation est directement responsable de la hausse de la pollution qu’il a constatée.

 

 

Commerçants et unions de quartier réunis dans le collectif Grenoble à cœur contestent le projet de piétonnisation de CVCM et proposent des alternatives. crédit Patricia Cerinsek

Commerçants et unions de quartier réunis dans le collectif Grenoble à cœur contestent le projet de piétonnisation de CVCM et proposent des alternatives © Patricia Cerinsek

Alors que la Commission européenne a décidé de déferrer la France devant la Cour de justice de l’Union européenne pour son incapacité à lutter contre la pollution de l’air, Grenoble à cœur remonte au créneau.

 

Le collectif de commerçants et d’habitants opposé à l’opération Cœurs de ville, cœurs de métropole rebondit sur la décision de Bruxelles pour remettre CVCM sur le tapis et demander que ses promoteurs retouchent le nouveau plan de circulation. « Nous demandons qu’une voie de circulation soit immédiatement rétablie sur l’axe Sembat – Rey et que la borne de la rue de la République ne soit fermée que les week-ends et jours fériés », souligne-t-il dans un communiqué.

 

Les boulevards Sembat et Rey, coupés à la circulation automobile depuis la mise en place du nouveau plan de circulation, sont la colonne vertébrale de Cœurs de ville, cœurs de métropole. Pourquoi CVCM revient-il sur la table à la faveur de la décision de la Commission européenne ? Parce qu’un des premiers objectifs du projet était de réduire les nuisances et la pollution.

 

 

Pour Grenoble à cœur, CVCM est responsable de la hausse de la pollution

 

Depuis, l’opération est dans le collimateur de ce collectif comme de groupes d’élus d’opposition à la Ville de Grenoble et à la Métropole. Pour Grenoble à cœur, qui a fait ses propres analyses sur la base des mesures d’Atmo,« la pollution directement liée au trafic, le NO2, s’est mise à augmenter de façon totalement anormale dès les premiers jours du nouveau plan de (non-) circulation, en mai 2017 ».

 

Le juge des référés a pour la 2e fois rejeté une demande de suspension du projet Cœurs de ville, cœurs de métropole. A Grenoble, les travaux se poursuivent.

L’axe Sembat-Rey est désormais fermé à la circulation automobile © Patricia Cerinsek

 

« Les douze premiers mois de CVCM ont confirmé cela, avec une augmentation de 12,5 % de cette pollution. Le dépassement du niveau maximal fixé par l’Organisation mondiale de la santé (OMS), ce que Bruxelles observe, a été multiplié par 2,3 .»

 

Grenoble à cœur a déposé un recours au fond devant le tribunal administratif pour faire annuler l’opération. Recours toujours à l’instruction alors que les procédures en référé ont été rejetées par la justice.

 

« Il n’est jamais trop tard pour revenir au bon sens et rien n’est irréversible, souligne le collectif Ce qui a été fait en deux jours les 18 et 19 avril 2017 peut aussi bien être défait en deux jours. » Grenoble à cœur réclame également la mise en place d’un observatoire indépendant, de même que soit étudiée sa contre-proposition.

 

 

PC

 

 

commentez lire les commentaires
2537 visites | 9 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 9
  1. J’aime bien penser à Audiard quand je lis les arguments de certains sur la pollution et le nouveau plan de circulation.

    Bon allez, on a une hausse limitée de la pollution à un endroit. Fact-based : 12,5%. Ok. Qui provoque ce sursaut de pollution ? Le méthane des vaches ? Non, les véhicules motorisés ! Imaginons qu’il y ait moins de voitures, que ferait la pollution ? Allez, un peu de bonne foi !

    Bon, imaginons qu’il y ait eu des capteurs de pollution sur la place Victor Hugo avant le début CVCM ? De 15 000 véhicules par jour, on passe à combien : allez, je le fais large : 5 000. Trafic divisé par 3. Quid de la pollution à cet endroit ? 12,5% en moins ? Davantage ?

    Donc ces gugusses découvrent que la pollution se déplace avec le trafic motorisé. Solution : ne rien faire sur ce trafic (c’est-à-dire ne pas tenter de le diminuer, surtout pas) mais continuer comme avant ! Ha, ce cher Audiard…

    On nous dit que la pollution vient des embouteillages. Qui provoque les embouteillages ? Quand on occupe 10m2 à l’arrêt, 25m2 en roulant à 30km/h pour transporter une personne, il faudrait se poser des questions aussi, non ? Et peut-être considérer qu’on EST le problème dans sa voiture. L’embouteillage est une des composantes du trafic motorisé. Il doit donc être considéré quand on décide de faire un trajet en voiture. Si cela devient trop contraignant, peut-être qu’il devient opportun d’envisager un autre mode de transport tout aussi compétitif compte-tenu de la durée induite par les embouteillages.

    Ensuite, en tant qu’habitant de Grenoble, j’aimerai aussi qu’on arrête de considérer la ville où je vis comme un immense tuyau à voitures en transit.

    sep article
    • Tout à fait d’accord et même le +12,5% à un seul endroit n’est pas vérifié ! Il s’agit d’un calcul fait par les opposants au projet CVCM en prenant comme hypothèse une baisse constante de la pollution au fil des années et en prenant 2017, année très sèche et ensoleillé, comme mesure justifiant leur raisonnement à la hausse ! Il faut du temps et du calme ! En contraignant le trafic automobile, on peut avoir moins de véhicules et donc agir sur la pollution… Vivement qu’ils se battent aussi pour la réduction de l’émetteur plutôt que faire de la politique 😉

      sep article
  2. Mmmm banir la voiture completement ne ferait il pas baisser plus la pollution?
    Le soucis de Grenoble c’est l absence d infrastructures lourdes, métro, trains qui vont vers crolles / merlan
    On pourra faire tout, c est compliqué en vélo quand on est en costume (obligé par le taf) quand on doit ne pas arriver en nage, etc etc etc
    Sans structuration forte pas de changements

    sep article
  3. sep article
    • Car ces dits travaux ont servi de couverture à la Ville pour bloquer les rues ??

      Non car pendant bien 9 mois il n’y a eu aucun travaux sur cet axe !!!
      ça n’a repris que ce mois ci…

      Les marquages au sol ne sont pas temporaire ( marquage jaune ) mais bien définitif avec l’interdiction aux voitures et cette fameuse autoroute à vélo ..

      sep article
  4. Les chiffres d’INRIX sont sans appel. En 8 mois de CVCM, Grenoble est passée de la 10ème à la 6ème place au classement des villes les plus embouteillées de France. Extrapolé sur 12 mois, le taux de congestion a augmenté entre 13% et 15% à Grenoble, toujours selon INRIX. Sans surprise, la pollution aussi et avec exactement ce même ordre de grandeur.

    sep article
    • Je suis curieux de savoir comment les chiffres du mois de Mai 2018, particulièrement bons en terme de qualité de l’air, vont être interprétés…

      Je peux faire un résumé pour le bal des faux-c.ls :
      – chiffres de la qualité de l’air mauvais : c’est la faute à CVCM
      – chiffres de la qualité de l’air bon : c’est grâce à la météo

      sep article
  5. A minima dans un 1er temps, le boulevard gambetta sur sa partie du croisements hoche à Lesdiguieres doit être fermé à la circulation, afin de faire diminuer les repports de circulations et d’embouteillages qui se déversent dans le quartier CBCH, durement touché par les nuisances découlant de nouveau plan de circulation, pollution, bruits!…

    sep article
    • Incompréhensible argument ! Au lieu d’aller dans la rue Hoche pour aller vers l’ouest, les gens iront dans la rue Lesdiguières ! Aucun intérêt pour Championnet, voir même peut-être pire…
      D’ailleurs pour éviter la pollution, ne serait il pas mieux que les associations qui veulent moins de pollution, militent aussi pour le péage urbain, ou toute autre forme d’action pour réduire le nombre de véhicules ?

      sep article