Email this to someoneShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on Twitter

Consultations citoyennes : l’Europe s’ouvre au débat à Grenoble à un an des élections

sep article

EN BREF – Les consultations citoyennes promettent d’ouvrir le débat sur l’Europe. Le dispositif permettra-t-il de recoller les morceaux à un an des élections européennes ? À Grenoble, le premier dialogue citoyen organisé le 17 mai dans le cadre de la Quinzaine de l’Europe portera sur le traité international de libre-échange. Autour de la table, le sénateur de Haute-Savoie Loïc Hervé, candidat aux Européennes en 2009 mais aussi Eric Piolle, le maire de Grenoble. La campagne est ouverte ?

 

 

À un an des élections, l’Europe s’ouvre au débat. Depuis le mois d’avril, de nombreuses villes en France et en Europe* organisent des consultations citoyennes. À Grenoble, la première se tiendra le 17 mai à 18 h 30 à l’auditorium du musée de Grenoble. La seconde est prévue en septembre.

 

Objectif, au travers de plusieurs tables rondes et thématiques : continuer à sensibiliser aux questions européennes et, surtout, recréer du lien dans un contexte tendu : crise à la Commission Junker, défiance du parlement européen, Brexit, montée des extrêmes droites… Sans parler de la recomposition du paysage politique.

 

Les premières consultations citoyennes se tiennent dans toute l'Europe, dont Grenoble ce 17 mai. Le but : ouvrir le débat. Et commencer à poser des jalons ? Signature d'une convention liant l’Université populaire européenne de Grenoble et la Section Isère du Mouvement Européen – France an présence de Pascal Clouaire, adjoint à l'Europe à la ville de Grenoble © Patricia Cerinsek

Signature d’une convention liant l’Université populaire européenne de Grenoble et la Section Isère du Mouvement européen – France en présence de Pascal Clouaire, adjoint à l’Europe à la ville de Grenoble © Patricia Cerinsek

 

À quoi serviront ces consultations citoyennes ? Officiellement, à créer le débat mais aussi à faire remonter des propositions. Les conclusions de cette vaste consultation seront publiées sur le site quelleestvotreeurope.fr, avant d’être débattues entre chefs d’État et de gouvernement lors du Conseil européen en décembre prochain.

 

 

« Il est fondamental qu’il y ait une appropriation des citoyens »

 

L’Europe à un tournant ? Il semble en tout cas urgent de recoller les morceaux. Les consultations citoyennes y parviendront-elles ? À Grenoble, l’université populaire européenne et la section Isère du mouvement européen, qui ont scellé un partenariat au travers de la signature d’une convention, sont convaincues de la nécessité de poursuivre et d’amplifier le débat.

 

La plasticienne britannique Diana Bell invite au voyage au travers d'une installation interactive (photo tirée du site de Diana Bell)

La plasticienne britannique Diana Bell invite au voyage au travers d’une installation interactive (photo tirée du site de Diana Bell)

La Ville de Grenoble aussi qui, depuis une dizaine d’années, organise chaque année une semaine, une quinzaine ou un mois dédié à l’Europe.

 

En 2018, cette quinzaine se tiendra du 14 au 31 mai, avec quelques moments phares comme la journée de l’Europe, le 15 mai, et un focus sur la Roumanie. Ou la conférence sur la Hongrie avec la présence de son ambassadeur en France le 22 mai. Ou bien encore des rencontres et débats sur les migrations le 24 mai. Une animation interactive sur le thème du voyage sera par ailleurs installée du 15 au 17 mai devant la Maison de l’international.

 

Grenoble investie ? Certes. Europhile ? « Nous ne sommes pas des europhiles au pays des Bisounours », se défend Philippe Gonnet, le président du Mouvement européen Isère. « À un an des élections européennes, il est fondamental qu’il y ait une appropriation des citoyens. Il ne s’agit pas d’un débat électoral mais d’un débat de dialogue sur l’Europe avant que ne commence le débat électoral. »

 

 

Un premier dialogue citoyen sur le traité international de libre-échange

 

« Les défenseurs de l’Europe n’osent pas s’exprimer », souligne Henri Oberdorff, le président de l’Université populaire européenne de Grenoble qui, depuis des années, entre conférences, notes de lecture, cours et chroniques radiophoniques sur RCF-Isère, s’emploie à parler de l’Europe. « Il est plus facile de dénigrer l’Europe que de la valoriser. »

 

Action de sensibilisation contre CETA. 21 janvier 2017. © Yuliya Ruzhechka - Place Gre'net

Action de sensibilisation contre Ceta. 21 janvier 2017. © Yuliya Ruzhechka – Place Gre’net

Le 17 mai, c’est sur le thème du Ceta que s’ouvrira le débat à Grenoble : « Le Ceta, l’Union européenne, le Canada et moi ? »  Autour de la table pour débattre de la question du traité international de libre-échange ? Le sénateur de Haute-Savoie, Loïc Hervé, candidat aux élections européennes en 2009, Édouard Bourcieu, représentant de la Commission européenne en France et en Belgique pour les questions commerciales, mais aussi le maire de Grenoble. Le 21 septembre dernier, Eric Piolle avait d’ailleurs cosigné une tribune dans Libération dénonçant les lacunes du Ceta.

 

« L’Europe doit rassembler les Européens, ceux qui croient au projet européen, souligne Pascal Clouaire, adjoint à la démocratie locale à la ville de Grenoble, notamment délégué à l’Europe. Mais l’Europe doit aussi être au cœur du débat contradictoire. »

 

Si le débat électoral n’a pas commencé, les grandes manœuvres, elles, se poursuivent. À deux ans d’une autre échéance, les municipales…

 

 

Patricia Cerinsek

 

 

* Vingt-six États-membres organisent ces consultations citoyennes (sans le Royaume-Uni et la Hongrie).

 

 

Email this to someoneShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on Twitter
commentez lire les commentaires
1460 visites | 4 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 4
  1. Oui merci d’étayer cette affirmation!
    Par ailleurs il ne s’agit pas de pétition mais de consultation . Ce sont deux choses tout à fait distinctes

    sep article
  2. Peut etre pas encore les « grandes manœuvres ». Mais l’air de rien, ça commence a bouger.

    sep article
  3. On se moque de qui?

    Nous avons une municipalité qui depuis 2014 est parfaitement de faire vivre la démocratie locale au point d’imposer un système fondamentalement illégal, et qui maintenant veut le faire au niveau européen???

    Notons que la pétition existe depuis un bail en Europe http://www.europarl.europa.eu/atyourservice/fr/20150201PVL00037/Pétitions

    Mais le plus drôle c’est tout ce beau monde n’a pas la moindre idée de ce qu’est l’Europe et de comment elle fonctionne…

    A pleurer de rire, si le sujet n’était pas grave.

    sep article
    • Pouvez-vous nous expliquer, SVP, ce qui vous permet d’écrire : « Mais le plus drôle c’est tout ce beau monde n’a pas la moindre idée de ce qu’est l’Europe et de comment elle fonctionne… »

      Une accusation n’est crédible que si elle est étayée.
      Merci

      sep article