Trois créations théâtrales iséroises soutenues par Les Envolées désormais sur les planches

sep article



EN BREF – Le dispositif d’aide porté par le collectif Troisième bureau, Les Envolées, a dévoilé les pièces des trois jeunes créatrices qu’il a soutenues cette année. On pourra voir les mises en scène de Céline Bertin, Solène Krystkowiak et Heidi Folliet jusqu’au mois de juillet 2018 dans les différentes structures culturelles partenaires. Retour sur l’une d’entre elles, La Vie devant soi.

 

 

En mai 2017, il y a tout juste un an, le col­lec­tif Troisième bureau, avec le sou­tien de cinq struc­tures cultu­relles gre­no­bloises – L’Autre Rive (Eybens), Le Pot au noir (Rivoiranche), le Festival textes en l’air (Saint-Antoine‑l’Abbaye), le Nouveau Théâtre Sainte-Marie‑d’en-Bas, et la MC2 : Grenoble – annon­çait la reprise des Envolées. Le pro­jet vient épau­ler de jeunes créa­teurs évo­luant dans la sphère théâ­trale contem­po­raine.

 

Les spec­ta­teurs peuvent désor­mais décou­vrir les trois pro­jets rete­nus pour la sai­son 2017 – 2018. Ce sont trois jeunes femmes – Céline Bertin, Solène Krystkowiak et Heidi Folliet – qui ont béné­fi­cié d’une aide finan­cière et logis­tique pour mener à bien la mise en scène de textes écrits res­pec­ti­ve­ment par Eva Bondon, Carole Thibaut et Romain Gary. Nous avons vu La Vie devant soi ce samedi 28 avril à L’Autre rive, à Eybens.

 

 

Romain Gary à la scène : une valeur sûre

 

Maxime Ubaud dans La Vie devant soi, mis en scène par Heidi Folliet © Solène Fourt

Maxime Ubaud dans La Vie devant soi, mis en scène par Heidi Folliet © Solène Fourt

Le fameux texte de Romain Gary, La Vie devant soi, n’a pas été écrit pour la scène. Mais la langue très orale de son nar­ra­teur, l’attachant Momo, se prête par­fai­te­ment à l’adaptation dra­ma­tique. Ce qui explique pour­quoi elle a si sou­vent eu lieu.

 

La condi­tion sine qua non pour que la magie du texte opère ? Un inter­prète à la hau­teur. Avec le jeune comé­dien Maxime Ubaud, c’est gagné. Il émeut dans le rôle de cet enfant aban­donné, élevé par Mme Rosa dans une pen­sion clan­des­tine. On ne se lasse pas de sa gouaille savou­reuse, qui valut à Romain Gary, alias Émile Ajar, l’at­tri­bu­tion d’un second prix Goncourt.

 

La mise en scène signée par Heidi Folliet cultive une épure qui sied par­fai­te­ment à l’émotion et à la drô­le­rie que porte le texte. Cette sim­pli­cité est d’autant plus judi­cieuse qu’elle contraste habi­le­ment avec le dénoue­ment de la pièce qui ménage une belle sur­prise, tant en termes de jeu que de scé­no­gra­phie et de cos­tume. Une pre­mière mise en scène pro­met­teuse que l’on pourra revoir dimanche 6 mai au Pot au noir à Rivoiranche et le 25 ou 26 juillet au Festival Textes en l’air à Saint-Antoine‑l’Abbaye.

 

 

Adèle Duminy

 

Infos pratiques

 

Pour voir les repré­sen­ta­tions sou­te­nues par Les Envolées

LA VIE DEVANT SOI

Dimanche 6 mai, à 17 heures, au Pot au noir, à Rivoiranche
25 ou 26 juillet, au Festival Textes en l’air, à Saint-Antoine‑l’Abbaye

 

ÉTÉ

Samedi 5 mai, à 20 heures, à L’Autre Rive, à Eybens
25 ou 26 juillet, au Festival Textes en l’air, à Saint-Antoine‑l’Abbaye

 

CE QUI RESTE

Vendredi 4 mai, à 20 heures, au Nouveau Théâtre Sainte-Marie‑d’en-Bas
25 ou 26 juillet, au Festival Textes en l’air, à Saint-Antoine‑l’Abbaye

 

 

Pays Voironnais, un jour, une activité
commentez lire les commentaires
2033 visites | 0 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.