Nouvelle campagne contre le harcèlement sexiste dans les transports en commun sur le réseau Tag

sep article



FIL INFO – La Sémitag lance une nouvelle campagne de sensibilisation à la lutte contre le harcèlement sexiste sur son réseau Tag. Ses objectifs ? Jouer sur la caricature pour culpabiliser les harceleurs et déculpabiliser les victimes, et contrer la loi du silence pour favoriser la prévention autant que la verbalisation des comportements délictueux.

 

 

« Le har­cè­le­ment sexiste n’a pas sa place dans les bus et les tram­ways », tel est le slo­gan de la nou­velle cam­pagne de la Sémitag, exploi­tant du réseau Tag (Transports de l’ag­glo­mé­ra­tion gre­no­bloise), et du SMTC (Syndicat mixte des trans­ports en com­mun) contre le har­cè­le­ment sexiste sur leur réseau. Une cam­pagne qui démarre ce jeudi 26 avril.

 

Visuel de la campagne contre le harcèlement sexiste © Tag

Visuel de la cam­pagne contre le har­cè­le­ment sexiste © Tag

 

Du point de vue esthé­tique, la com­mu­ni­ca­tion de la Tag choi­sit l’angle de la cari­ca­ture pour faire pas­ser son mes­sage. « L’image fait sou­rire mais inter­pelle sur une situa­tion sérieuse », explique la Sémitag, pour qui la cari­ca­ture contri­bue à « culpa­bi­li­ser les har­ce­leurs et décul­pa­bi­li­ser les vic­times ». Au pas­sage, elle expé­ri­mente un logo « inter­sexe » et orné d’un ruban blanc, qui sera pré­sent sur les visuels affi­chés ou les flyers dis­tri­bués aux usa­gers.

 

 

Des expérimentations d’arrêt à la demande bientôt sur le réseau

 

La Sémitag rap­pelle des chiffres pour le moins alar­mants : 87,5 % des femmes ont subi du har­cè­le­ment sexuel ou sexiste au cours des douze der­niers mois, pou­vant aller de regards insis­tants jus­qu’à des insultes, des menaces ou des attou­che­ments. Son objec­tif ? Mettre fin à la loi du silence. « Témoins ou vic­times il est impor­tant de ne pas se taire », insiste-t-elle.

 

Des expérimentations d'arrêt sur demande seront réalisées dans des tramways grenoblois © Séverine Cattiaux - Place Gre'net

Des expé­ri­men­ta­tions d’ar­rêt sur demande seront réa­li­sées dans des tram­ways gre­no­blois © Séverine Cattiaux – Place Gre’net

 

« Nous met­tons tout en œuvre pour pré­ve­nir, sécu­ri­ser et ver­ba­li­ser toutes per­sonnes aux com­por­te­ments déviants ou nui­sibles », assure encore la com­pa­gnie de trans­ports. Et de mettre en avant ses 75 agents, ses 1 800 camé­ras de sur­veillance et, natu­rel­le­ment, les bou­tons d’ap­pel conduc­teur pré­sents dans les tram­ways. Des « expé­ri­men­ta­tions d’arrêt à la demande » seront d’ailleurs pro­chai­ne­ment menées sur le réseau.

 

La com­mu­ni­ca­tion contre le har­cè­le­ment sexiste s’a­dresse éga­le­ment… au per­son­nel de la Sémitag. Qui a pu la décou­vrir en avant-pre­mière dans l’en­tre­prise, à tra­vers son jour­nal interne, sur les écrans ou encore les affi­chages des salles com­munes. La société attend enfin de ses sala­riés qu’ils portent un badge estam­pillé du nou­veau logo « afin de mon­trer leur impli­ca­tion face au har­cè­le­ment sexiste ».

 

 

FM

 

 

Paysage>Paysages saison 04 été 2020 : spectacles expositions expériences en plein air en Isère
commentez lire les commentaires
2498 visites | 0 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.